La confirmation

La confirmation est le sacrement qui donne l’Esprit Saint pour nous enraciner plus profondément dans notre vie d’enfant de Dieu, nous unir plus fermement au Christ, rendre plus solide notre lien à l’Eglise, nous associer davantage à sa mission et nous aider à rendre témoignage de la foi chrétienne par nos paroles et nos actions.

« Sois marqué de l’Esprit Saint, le don de Dieu ».

Quand un jeune ou un adulte reçoit le sacrement de la Confirmation, l’Evêque lui impose les mains, puis il prononce ces mots, tout en lui faisant une onction sur le front avec un baume parfumé, le Saint Chrême.

Le Saint Chrême est consacré par l’Evêque au cours de la Semaine Sainte, à la Messe Chrismale, et il sert pour les Baptêmes, les Confirmations, les Ordinations. L’onction du Saint Chrême nous configure au Christ qui « oint ». Le mot « Christ » veut dire « Oint ».

L’Esprit Saint est le don de Dieu par excellence, il ne vient à nous que sous forme de don, on ne le possède pas.

L’Esprit Saint agit déjà dans le cœur du petit enfant qui a reçu le baptême. Il lui ouvre le cœur et l’oreille, il fait de lui un auditeur de la Parole de Dieu, un disciple de Jésus. Lors de son adolescence, il est proposé à ce disciple de Jésus de recevoir le sacrement de la Confirmation qui fait de lui un adulte dans la foi. Il demeure toujours un auditeur de la Parole de Dieu, mais il devient aussi porte-parole à la manière des prophètes. Il n’est plus seulement quelqu’un qui est accueilli fraternellement dans l’Eglise, mais il devient aussi un bâtisseur de l’Eglise. L’importance de ce sacrement est telle pour l’édification de l’Eglise que c’et l’Evêque qui est le ministre de ce sacrement.

Le chrétien confirmé est quelqu’un avec qui l’Eglise doit compter, et quelqu’un sur qui elle peut compter. Agissant au cœur du fidèle, l’Esprit Saint l’aide à proclamer sa foi, rendre compte de son espérance, et exercer la charité.

Si la référence du Baptême est Pâques - on est baptisé dans la mort et la résurrection de Jésus Christ - la référence de la Confirmation est la Pentecôte : le don du Saint Esprit à l’Eglise.

Baptême, confirmation et Eucharistie sont tellement liés, que lorsque c’est un adulte qui est baptisé, aussitôt il reçoit le sacrement de la confirmation, puis celui de l’Eucharistie.

Si on n’a pas été confirmé dans l’enfance ou à l’adolescence, il est possible de recevoir le sacrement de confirmation à l’âge adulte. Renseignez-vous dans votre paroisse ou auprès de la Pastorale des Jeunes Adultes.

La confirmation en trois questions

Qu’est-ce que la Confirmation ? Comment cette cérémonie se déroule-t-elle ? À qui s’adresse-t-elle ? Mgr Renauld de Dinechin, évêque auxiliaire de Paris, explique l’importance de ce sacrement parfois méconnu et pourtant essentiel de la foi chrétienne.

 

Textes du magistère

« Les dons de l’Esprit sont des réalités magnifiques, qui vous permettent de vous former comme chrétiens, de vivre l’Évangile et d’être membres actifs de la communauté. »

Extrait.

Les dons de l’Esprit sont des réalités magnifiques, qui vous permettent de vous former comme chrétiens, de vivre l’Évangile et d’être membres actifs de la communauté. Je rappelle brièvement ces dons, desquels parlait déjà le prophète Isaïe et puis Jésus :

— le premier don est la sagesse, qui vous fait découvrir combien le Seigneur est bon et grand, et comme son nom l’indique, rend votre vie pleine de saveur, pour que vous soyez, comme le disait Jésus, « sel de la terre » ;

— puis le don de l’intelligence, afin que vous puissiez comprendre en profondeur la Parole de Dieu et la vérité de la foi ;

— ensuite le don du conseil, qui guidera chacun de vous à la découverte du projet de Dieu sur votre vie, vie de chacun de vous ;

— le don de la force, pour vaincre les tentations du mal et faire toujours le bien, même si cela demande des sacrifices ;

— vient ensuite le don de la science, non pas la science au sens technique, comme enseignée à l’université, mais la science dans le sens plus profond, qui enseigne à trouver dans la création les signes, les traces de Dieu, à comprendre comment Dieu parle en tout temps et me parle à moi, et à animer le travail de chaque jour par l’Évangile ; comprendre qu’il y a une profondeur dans les choses, et comprendre cette profondeur et ainsi donner saveur au travail, même celui qui est difficile ;

— un autre don est celui de la piété, qui garde vivante en nos cœurs la flamme d’amour pour notre Père qui est aux cieux, de façon à Le prier chaque jour avec la confiance et la tendresse d’enfants aimés ; de façon aussi à ne pas oublier la réalité fondamentale du monde et de ma vie : que Dieu existe et que Dieu me connaît et attend ma réponse à son projet ;

— et finalement le septième et dernier don est la crainte de Dieu — nous avons parlé auparavant de la peur — ; crainte de Dieu ne veut pas dire peur, mais ressentir pour Lui un profond respect, le respect de la volonté de Dieu qui est le vrai dessein de ma vie et le chemin à travers lequel la vie personnelle et communautaire peut être bonne ; et aujourd’hui, avec toutes les crises qui frappent le monde, nous voyons combien il est important que chacun respecte cette volonté de Dieu gravée dans nos cœurs, et en accord avec laquelle nous devons vivre ; ainsi cette crainte de Dieu est désir de faire le bien, de faire la vérité, de faire la volonté de Dieu.

- Lire le discours du pape Benoît XVI lors de la rencontre avec les confirmands (Rencontre mondiale des familles 2012)

Avec le Baptême et l’Eucharistie, le sacrement de la Confirmation constitue l’ensemble des “sacrements de l’initiation chrétienne”.

« Apprenant que la Samarie avait accueilli la parole de Dieu, les Apôtres qui étaient à Jérusalem y envoyèrent Pierre et Jean. Ceux-ci descendirent donc chez les Samaritains et prièrent pour eux, afin que l’Esprit Saint leur fût donné. Car il n’était encore tombé sur aucun d’eux ; ils avaient seulement été baptisés au nom du Seigneur Jésus. Alors Pierre et Jean se mirent à leur imposer les mains et ils recevaient l’Esprit Saint » (Ac 8, 14-17).

La Confirmation parfait la grâce baptismale ; elle est le sacrement qui donne l’Esprit Saint pour nous enraciner plus profondément dans la filiation divine, nous incorporer plus fermement au Christ, rendre plus solide notre lien avec l’Église, nous associer davantage à sa mission et nous aider à rendre témoignage de la foi chrétienne par la parole accompagnée des œuvres.

La Confirmation, comme le Baptême, imprime dans l’âme du chrétien un signe spirituel ou caractère indélébile ; c’est pourquoi on ne peut recevoir ce sacrement qu’une seule fois dans la vie.

(…) on administre ce sacrement lorsque l’âge de raison est atteint, et on en réserve ordinairement la célébration à l’évêque, signifiant ainsi que ce sacrement affermit le lien ecclésial.

Un candidat pour la Confirmation (…) doit professer la foi, être en état de grâce, avoir l’intention de recevoir le sacrement et être préparé à assumer son rôle de disciple et de témoin du Christ, dans la communauté ecclésiale et dans les affaires temporelles.

Le rite essentiel de la Confirmation est l’onction avec le saint chrême sur le front du baptisé (…), avec l’imposition de la main du ministre et les paroles : (…) “Reçois la marque du don de l’Esprit Saint” (…).

La célébration de la Confirmation au cours de l’Eucharistie contribue à souligner l’unité des sacrements de l’initiation chrétienne.

- Lire l’article “Le Sacrement de Confirmation” du Catéchisme de l’Église Catholique.