Le mystère de Jésus exploré à Notre-Dame

P. N.-D. – Le thème choisi cette année pour les conférences de cette année est la question : « Qui dites-vous que je suis ? ». Pourriez-vous nous dire pourquoi cette question est importante ?

JPEG - 46.4 ko
P. Antoine Guggenheim, conseiller théologique et responsable du pôle recherche au Collège des Bernardins.
© D. R.

P. Antoine Guggenheim – La phrase de l’Evangile choisie par Mgr Vingt-Trois fait suite à celle des années précédentes : « Voici l’homme ! » « Qu’est-ce que la vérité ? ». « Qui dites-vous que je suis ? » est la question que Jésus adresse à ses disciples pour leur permettre de recevoir de la révélation : « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant ! » Nul ne peut faire l’expérience de la foi s’il ne se risque, un jour, à une vraie parole humaine, même incomplète, face au mystère de Jésus de Nazareth. Jean-Paul II a appelé cela « le laboratoire de la foi ».

P. N.-D. – Comment ce thème va-t-il être déroulé sur les 6 dimanches de carême ? Y-a-t-il une progression ?

P. Antoine Guggenheim – Nous parcourrons différents champs de l’expérience humaine grâce au regard de grands témoins, spécialistes reconnus et théologiens : l’histoire, l’art, l’économie et l’entreprise, l’anthropologie, la philosophie. La diversité des étapes est importante. Elle peut intéresser un public aux goûts variés. La conférence finale de Mgr Vingt-Trois tirera profit de l’ensemble du parcours pour dire la symphonie de la foi. Deux exemples. En invitant un chef d’entreprise, M. François Villeroy de Galhau, nous nous mettons ensemble à l’écoute de l’expérience concrète d’un acteur social. En accueillant, M. Jean de Loisy, commissaire d’une rétrospective importante sur le Sacré dans l’Art au 20e siècle, qui se tiendra au Centre Pompidou au printemps 2008, nous relions la Cathédrale à la vie profane et culturelle du diocèse de Paris et de la France…

P. N.-D. – Que diriez-vous aux catholiques de Paris pour les inciter à se rendre à Notre-Dame pour entendre ces conférences ? Est-ce une manière de vivre le carême ?

P. Antoine Guggenheim – Méditer l’Evangile, c’est toujours utile pendant le carême ! Le faire en compagnie de grands témoins, croyants et non croyants, émus de s’adresser à tous depuis Notre-Dame, c’est une chance rare et peut-être une grâce ! En venant à la Cathédrale, on tire profit d’un événement vivant, « live ». Mais on y participe aussi bien grâce à France-Culture et à KTO, en direct, ou au débat organisé le soir sur RND avec Pierre Moracchini. Enfin, la reprise des conférences par l’étude du livre est la seule manière que je connaisse de ne pas « zapper » mais de chercher l’essentiel et d’approfondir ce que nous aurons reçu pendant ce carême. •

Articles

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse