Homélie du cardinal André Vingt-Trois – Dimanche du Bon Pasteur – Journée de Prière pour les Vocations

Cathédrale Notre-Dame de Paris - dimanche 13 avril 2008

Evangile selon saitn Jean au chapitre 10, versets 1 à 10

Homélie du Cardinal André Vingt-Trois

Frères et sœurs, le passage de l’évangile de saint Jean que nous venons d’entendre mêle ensemble deux allégories pour évoquer la mission du Christ. L’une est celle de la porte et l’autre celle du berger. Comme vous l’avez entendu à la lecture, tantôt nous sommes invités à reconnaître le Christ comme le bon berger, le seul berger authentique et légitime, à la différence de ceux qui sont venus comme des voleurs, mais nous sommes aussi invités par Jésus lui-même à le reconnaître comme la porte des brebis. La porte, cet évangile la décrit, a une fonction de clôture et une fonction d’ouverture. La porte, c’est le passage restreint où l’on doit se faire identifier. C’est d’une certaine façon ce qui va permettre de vérifier que celui qui vient dans la bergerie n’est pas un bandit ou un voleur mais qu’il est vraiment un pasteur. La porte, c’est aussi l’ouverture par laquelle les brebis sont entraînées par leur pasteur pour aller vers les pâturages lointains, c’est le passage de l’abri de la bergerie vers les risques de la vie en plein air, elle marque le moment aussi où la connaissance qui existe entre le pasteur et son troupeau va devenir particulièrement importante puisque c’est à la connaissance de sa voix que ses brebis vont lui faire confiance.

Ainsi, le Christ se présente comme la porte, c’est-à-dire tout à la fois comme celui qui protège les brebis qui sont dans la bergerie et qui authentifie ceux qui se présente pour en prendre soin, et celui qui appelle les brebis à sortir à la suite du vrai berger. Nous avons compris aussi que ce vrai berger, cet authentique serviteur des brebis, celui dont elles connaissent la voix, celui qui les connaît, c’est Jésus lui-même comme il le dira un peu plus loin dans ce même chapitre 10 de l’évangile de saint Jean : « Je suis le vrai pasteur ». Ainsi nous découvrons que le Christ est à la fois celui qui veille sur le troupeau et celui qui le conduit mais il est plus profondément encore celui qui permet aux brebis de s’identifier et de se rassembler au son de sa voix.

Cette double fonction de porte et de pasteur est au service de la mission que le Christ a reçue : « Moi, je suis venu pour que les hommes aient la vie, pour qu’ils l’aient en abondance ». Si le Christ, et en particulier dans l’évangile selon saint Jean, se présente comme l’envoyé du Père, - il est celui « que le Père a envoyé », il est celui qui fait toujours la volonté de celui qui l’a envoyé -, si donc Jésus se présente comme l’envoyé du Père, il nous dévoile ici, dans l’évangile selon saint Jean, pourquoi il a été envoyé, pour quoi faire. Il a été envoyé pour donner la vie aux hommes et la leur donner en plénitude, c’est-à-dire non pas simplement leur donner la vie naturelle qu’ils reçoivent de toutes façons et qui vient de Dieu elle aussi, mais leur donner la vie éternelle : « Celui qui mange ma chair et boit mon sang ne mourra pas, il vivra pour toujours ».

C’est donc le service de cette vie éternelle qui est le cœur de la mission du Christ, ce que l’on peut définir comme sa mission pastorale : il est notre pasteur, il est « le pasteur de nos âmes », comme dit l’épître aux Hébreux, pour nous conduire à la vie et à la vie qui ne finit pas. Mais, nous le savons, la réalisation de cette mission pastorale du Christ au service de la vie humaine s’accomplit à travers le don qu’il fait lui-même de sa propre vie. Car il ne devient vraiment le pasteur selon le cœur de Dieu qu’au moment où, allant jusqu’au bout, - comme l’écrit saint Jean : « Ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, il les aima jusqu’à l’extrême », « Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime ». Le Christ devient vraiment le pasteur universel de l’humanité au moment où il fait l’offrande de sa vie pour la vie du monde : « Il est venu pour que les hommes aient la vie et pour qu’ils l’aient en abondance », mais pour qu’ils aient cette vie en abondance, il faut que lui-même fasse l’offrande de sa vie.

Nous le savons, la mort et la résurrection du Christ ont accompli cette mission pastorale. Dès l’instant où il a remis l’esprit et où Dieu l’a ressuscité d’entre les morts, la victoire finale est acquise, la mort est vaincue, les temps nouveaux sont commencés, l’humanité nouvelle se rassemble comme saint Pierre nous le disait tout à l’heure dans son épître : « Vous êtes revenus vers le berger qui veille sur vous ». Cette humanité nouvelle qui se rassemble est l’annonce de la communion définitive à la fin des temps. Mais cette victoire définitivement acquise par la mort et la résurrection du Christ n’a pas encore atteint la totalité du monde, ni dans l’espace ni dans le temps. Cette victoire universelle sur le péché et sur la mort qui va donner naissance et croissance à une humanité nouvelle ne sera pleinement accomplie que lorsqu’à la fin des temps tous les hommes seront rassemblés en un seul corps. Mais, en attendant cet accomplissement final, il nous incombe, à nous l’Église du Christ, de continuer la mission qui lui a été confiée, et c’est en vue de la poursuite de cette mission qu’il répand son Esprit sur les Apôtres au moment de la Pentecôte et qu’il les constitue comme les colonnes de son Église pour réaliser dans le temps et dans l’espace, jusqu’à la fin des temps et jusqu’aux confins de la terre, le ministère de la vie que lui-même a inauguré en donnant sa propre vie.

C’est ainsi que, peu à peu, dans l’Église, le ministère apostolique s’est constitué comme le sacrement de la continuation du ministère pastoral du Christ. De même que le Christ est consacré tout entier dans ce ministère pastoral, de même les apôtres et ceux qui sont appelés à leur succéder sont consacrés tout entiers à ce ministère, pleinement donnés, pleinement offerts dans toute leur vie. Pour mener cette tâche à bien, ils appellent des hommes auxquels ils imposent les mains et qu’ils associent à leur ministère pour conduire le peuple de Dieu. Prêtres, diacres de l’Église, ils sont appelés et choisis pour collaborer au ministère des évêques, les uns, les prêtres dans notre Eglise latine, en constituant le presbyterium étroitement associé au ministère des évêques, au point que le genre de vie du ministère apostolique s’est imposé peu à peu à l’ensemble du presbyterium qui est composé uniquement d’hommes qui quittent tout pour le service de l’Église. Nous le savons, cette vocation à tout quitter pour le service de l’Évangile n’est ni facile à comprendre, ni facile à assumer, et pourtant, depuis des siècles, des générations d’hommes se sont levés et se sont offerts tout entiers, à plein temps et à plein cœur, pour que l’Evangile soit transmis, que le ministère du Christ soit accompli, que le rassemblement universel de l’humanité se mette en route. Ces prêtres dont l’Église a besoin et sans lesquels il n’y aurait ni sacrement, ni vraiment d’Église du Christ, nous sommes invités aujourd’hui à prier pour que ceux qui sont appelés à répondre à cette vocation le fasse avec générosité. Nous sommes invités surtout à prier pour que les communautés chrétiennes cherchent avec foi, avec espérance et avec détermination, qui elles vont appeler pour recevoir ce ministère. Non seulement nous sommes invités à les accompagner et à les soutenir mais nous sommes invités à prier avec ouverture et générosité pour que Dieu choisisse parmi nous, parmi les nôtres, parmi nos proches, ceux qui deviendront les prêtres de son Église.

Frères et sœurs, unis dans cette prière, nous nous remettons avec confiance à celui qui est « le pasteur de nos âmes », à celui qui n’abandonne pas le troupeau qu’il a rassemblé, celui dont nous connaissons la voix et qui nous connaît, le Christ qui a donné sa vie pour la vie de la multitude et qui veut que nous ayons la vie en abondance. Amen.

+André cardinal Vingt-Trois

Homélies

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse