L’Église
Catholique
À Paris

Hommages au Cardinal Lustiger

Hommages de personnalités du monde entier.

Communiqué de Mgr André Vingt-Trois
Dimanche 5 août 2007

Le cardinal Jean-Marie Lustiger est mort le dimanche 5 août en la Vigile de la fête de la Transfiguration du Christ, après plusieurs mois d’un long traitement qu’il a supporté avec constance. Les dernières semaines ont été plus particulièrement douloureuses et pénibles pour lui. Je veux d’abord exprimer notre reconnaissance à toutes celles et à tous ceux qui l’ont accompagné au long de ces derniers mois, en particulier au personnel de la Maison Jeanne Garnier qu’il a quitté aujourd’hui. Nous sommes tous frappés par le chagrin de son départ, même s’il nous y avait préparé depuis quelques temps.

Pour moi, c’est à la fois un père, un frère et un ami que je perds, après avoir reçu la lourde charge de lui succéder à la tête du diocèse de Paris. Depuis deux ans, j’ai pu apprécier d’une manière nouvelle sa délicatesse à mon égard. Toujours disponible pour répondre aux questions que je souhaitais lui poser et me donner les conseils dont j’avais besoin, sans jamais essayer d’interférer dans les décisions que j’avais à prendre ni vouloir s’en mêler de quelque façon.

Pour beaucoup d’évêques de France, de prêtres et de diacres de Paris, c’est celui qui les a consacrés dans leur ministère qui s’en va. Ils savent que ce départ n’est pas un abandon et qu’il continuera de veiller sur eux et de leur être proches.

Pour les catholiques parisiens, c’est un archevêque exceptionnel qui les quitte. Pendant presque vingt-cinq années d’épiscopat à Paris, il a marqué profondément la vie de notre diocèse. Sans cesse, il a eu le souci de relancer la mission des chrétiens dans un monde très changeant. Par ses nombreuses initiatives, il a profondément amélioré les moyens apostoliques de notre diocèse : moyens de formation, moyens de communication, moyens de relations culturels avec la société. Des noms évoqueront longtemps les institutions et les initiatives de son ministère épiscopal : École cathédrale, Radio Notre-Dame, Séminaire de Paris, KTO, Faculté Notre-Dame, Paris-Toussaint 2004, Collège des Bernardins, etc-

Pour notre pays, c’est une grande figure qui disparaît. Fils d’immigrés, il avait à cœur de défendre les droits de l’homme dans une société démocratique à laquelle il était profondément attaché. Toujours prêt à intervenir dans les débats publics aux moments difficiles ou importants comme à accueillir discrètement des personnages officiels, il tenait une place particulière dans notre société et dans les débats intellectuels de notre temps, notamment par sa participation à l’Académie Française.

Cardinal de l’Église romaine, il a été un conseiller fidèle et discret des papes successifs, tout entier dévoué au service de l’évangélisation dans le monde. Ses nombreux voyages et ses relations internationales donnaient un lustre particulier au siège de Paris. Sa réflexion comme son histoire personnelle l’ont conduit a joué un rôle important dans l’évolution des relations entre juifs et chrétiens.

La tristesse de sa famille que nous partageons, notre tristesse, bien naturelle en ce moment pénible, est largement tempérée par l’action de grâce que nous devons rendre à Dieu pour ce qu’Il a accompli par la vie de son serviteur. Nous croyons qu’il entend la phrase de l’Évangile : « C’est bien, bon et fidèle serviteur,-entre dans la joie de ton Seigneur. » ( Mt. 25, 21)

Lundi 6 août à 21h30, en la cathédrale Notre-Dame de Paris, je célébrerai une Messe pour confier le Cardinal à la miséricorde de Dieu, en cette fête de la Transfiguration du Seigneur. Tous ceux qui le veulent sont invités à s’y joindre. Une chapelle ardente sera organisée jeudi 9 août de 9h à 22h, dans la Cathédrale pour permettre aux Parisiens et à ceux qui le voudront de prier près du Cardinal ou de le saluer une dernière fois.

Les obsèques seront célébrées le vendredi 10 août à 10h à la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Sa Sainteté le Pape Benoît XVI

Apprenant avec une vive émotion le décès du cardinal Jean-Marie Lustiger, archevêque émérite de Paris, je tiens à vous exprimer ma profonde union de prière avec l’archidiocèse de Paris, avec les proches du défunt et avec tous ceux que touche la disparition de cette grande figure de l’Eglise en France. Je confie à la miséricorde de Dieu le cher cardinal Lustiger qui consacra généreusement sa vie au service du peuple de Dieu dans le diocèse d’Orléans et dans l’archidiocèse de Paris. Je rends grâce au Seigneur pour son ministère épiscopal, gardant présent le souvenir de ce pasteur passionné par la recherche de Dieu et par l’annonce de l’Evangile au monde. De son ministère auprès des étudiants, il avait gardé le souci des jeunes. Dans les communautés qui lui ont été confiées, il contribua à développer l’engagement missionnaire des fidèles et il s’attacha particulièrement à renouveler la formation des prêtres et des laïcs. Homme de foi et de dialogue, il se dépensa généreusement afin de promouvoir des relations toujours plus fraternelles entre chrétiens et juifs. Intellectuel clairvoyant, il sut mettre ses dons au service de la foi, pour rendre présent l’Evangile dans tous les domaines de la vie de la société. En gage de réconfort, je vous accorde, Monseigneur, la bénédiction apostolique, ainsi qu’à vos auxiliaires, aux proches du cardinal défunt, aux prêtres, aux diacres, aux personnes consacrées, aux fidèles de l’archidiocèse et à toutes les personnes qui prendront part aux obsèques.

Nicolas Sarkozy
Président de la République

Je viens d’apprendre avec tristesse la disparition du Cardinal Jean-Marie Lustiger, la France perd une grande figure de la vie spirituelle, morale, intellectuelle et naturellement religieuse de notre pays.

Sa personnalité était à l’image des épreuves que la vie lui avait fait traverser et qui furent d’abord celles de l’Europe au cours du 20ème siècle. Elles avaient forgé un homme de caractère, mais aussi d’engagement et de liberté d’esprit.

Dans toutes les responsabilités qui lui furent confiées, Jean-Marie Lustiger ne se donna jamais à moitié. Archevêque de Paris, il renouvela profondément la vie du diocèse, dynamisa les paroisses, transforma la formation des prêtres et des laïcs. Cardinal, il fut le relais inlassable de l’esprit de la génération Jean-Paul II, en particulier à l’occasion des Journées mondiales de la Jeunesse à Paris en 1997, dont il fut l’artisan principal.

Pour ma part, j’ai toujours apprécié de pouvoir trouver en lui un interlocuteur authentique, qui ne dissimulait pas ses convictions, et dont la liberté de ton était pour moi un signe du respect et des attentes qu’il avait à l’égard des responsables publics.

Pour tous les hommes et toutes les femmes de foi, mais aussi pour tous ceux qui s’interrogent sur le rôle du fait religieux dans l’histoire de l’humanité, le parcours spirituel du Cardinal Lustiger restera à la fois un exemple et un grand mystère. Ayant vécu dans sa chair la continuité entre le judaïsme et le christianisme, mais aussi l’originalité du message chrétien qui conduit certains à faire le don absolu et exigeant de leur personne, Jean-Marie Lustiger était l’image même de l’homme de foi et de vie intérieure.

Lors des échanges téléphoniques que j’ai eus avec Jean-Marie Lustiger au cours des dernières semaines, j’ai trouvé un homme de grand courage, lucide sur son état, mais plein de l’Espérance de rencontrer bientôt Celui auquel il avait consacré sa vie.

Je m’associe à la peine des catholiques de France, des religieux et des religieuses, des prêtres et des évêques, qui savent gré au Cardinal Lustiger d’avoir toujours cherché à conforter les valeurs morales, la force spirituelle et l’exigence intellectuelle du catholicisme français. Je sais aussi que leur espérance les soutient dans l’épreuve qu’ils traversent.

Cardinal Jean-Pierre Ricard
président de la Conférence des évêques de France

Alors que le cardinal Jean-Marie Lustiger vient de s’éteindre, bien des images me reviennent à l’esprit pour évoquer sa riche et forte personnalité.

Jean-Marie Lustiger a d’abord été un homme de Dieu. Il a été comme saisi par Dieu lorsqu’il l’a rencontré. Elevé dans la conscience de son identité juive, c’est dans la lecture de la Bible, et en particulier de l’Evangile, qu’il a découvert le Christ, Messie d’Israël et lumière des nations.

Tout au long de son ministère de prêtre puis d’évêque, conscient d’avoir été appelé et choisi par Dieu, il a voulu témoigner avec passion de Celui qui, par sa mort sur la croix, sauve l’humanité.

Son intelligence vive, son intérêt pour la pensée et la culture contemporaines, sa perception du sens de l’histoire, dont il connaissait intimement le tragique, sa curiosité insatiable, ses intuitions fulgurantes sur l’évolution de la civilisation occidentale et les dangers qui pouvaient la menacer, ont fait de lui une voix écoutée, non seulement par les chrétiens, mais aussi par tous ceux qui oeuvrent au respect de la conscience humaine et s’interrogent sur le devenir de notre culture et de notre société.

Evêque d’Orléans puis archevêque de Paris pendant vingt quatre ans, il a profondément marqué et renouvelé son diocèse, en particulier dans le domaine de la formation, avec la création du séminaire de Paris et de l’Ecole cathédrale, et dans le domaine de la communication, avec Radio Notre-Dame et le lancement de la chaîne KTO.

Au sein de la conférence épiscopale, il tenait une place spécifique. Son acuité intellectuelle et sa profondeur spirituelle lui permettaient d’enrichir la réflexion et les débats de ses analyses et de ses propositions pour la mission de l’Eglise aujourd’hui.

Nommé cardinal en 1983, il a été membre de plusieurs congrégations pontificales. La confiance et l’amitié qui le liaient au pape Jean-Paul II ont fait de lui un conseiller écouté et une figure de l’Eglise catholique au-delà des frontières de notre pays. Profondément concerné par la transmission de la Foi aux jeunes générations, il a été un ardent promoteur des Journées Mondiales de la Jeunesse (JMJ) dont le succès en 1997 à Paris lui doit beaucoup.

Invitant les catholiques à mieux redécouvrir leurs racines spirituelles dans la première Alliance, il a poursuivi jusqu’au bout le dialogue avec le judaïsme, aidant à la relecture historique, favorisant les liens, invitant à dépasser les préjugés.

Mgr Christoph Schönborn
Archevêque de Vienne
Mémento pour le Cardinal Jean-Marie Lustiger
Un grand homme, un grand chrétien, un grand évêque.

Certes, « Dieu seul est grand ». Mais Sa grandeur se manifeste dans le don qu’il fait d’y participer. Le Cardinal Lustiger en est un témoin privilégié. Par son appartenance au Peuple élu d’abord. La trajectoire de sa vie a manifesté à quel point le choix de Dieu est concret, incontournable. Sa vie et celle de sa famille, celle de sa mère en particulier, est tellement liée à tout le destin du Peuple élu en ces temps modernes, en ce « siècle des loups » comme l’appelait le poète juif et russe, Osip Mandestam.

Pour moi, Jean-Marie Lustiger incarnait d’une façon bouleversante le drame et la beauté des racines juives de la foi et la vie chrétienne. Le Cardinal était pour moi l’image vivante de cette parole du Christ nous invitant à prendre Son joug et à porter Son fardeau, légers tous les deux, accomplissant de cette disponibilité, cette volonté et du choix de Dieu.

Le Christ Jésus, gloire d’Israël et lumière des Nations, est sans aucun doute au cœur de cette vie qui vient d’achever sa part terrestre en la vigile de la Transfiguration. Saisi par le Christ, Jean-Marie Lustiger lui a rendu, remis, tous ses dons, riches, d’intelligence, d’intuition, d’action, de ténacité, de courage, de force. Rencontres décisives pour lui, pour l’Eglise, entre beaucoup d’autres, celles du P. Hans von Balthasar, et (par lui ?) du Pape Jean-Paul II, dont il restera un des très proches jusqu’à la fin.

Grâce soit rendue à l’intuition de Jean-Paul II de l’avoir appelé au siège de Paris ! Ces 24 ans marquent un avant et un après de l’Eglise qui est à Paris. En cette Europe qui a tant besoin qu’on lui dise d’où elle vient, qui elle est et où est sa responsabilité, la voix et l’action du Cardinal Lustiger est de la qualité des grands prophètes du Peuple élu. Ses nombreux fils spirituels savent qu’ils doivent plus qu’un souvenir nostalgique.

J’ai pu visiter le Cardinal deux semaines avant son départ. A la fin, il disait : « Au revoir, ici ou là-haut ». Jusqu’à cet au revoir, il faut y aller, son exemple oblige –et donne du courage. Et son aide ne manquera pas !

Hommages au Cardinal Lustiger adressés à Mgr Vingt-Trois, archevêque de Paris

Monseigneur Jean-Pierre Blais
évêque auxiliaire et vicaire général de Québec

À l’Archidiocèse de Québec, nous avons appris avec regret le décès de Monsieur le Cardinal Jean-Marie Lustiger. Même si nous savions déjà que son état de santé allait en se détériorant, son départ nous attriste beaucoup.

En l’absence de Monsieur le Cardinal Marc Ouellet, en son nom et au nom des évêques auxiliaires de l’Archidiocèse de Québec, Monseigneur Jean-Pierre Blais, évêque auxiliaire et vicaire général, tient à exprimer à l’Archidiocèse de Paris leur profonde sympathie et l’assurance de leur fraternelle prière.

Puisse ce grand serviteur du Seigneur et de l’Église que fut Monsieur le Cardinal Lustinger goûter maintenant l’éternel repos !

Mgr Maurice Fréchard
archevêque émérite d’Auch

Au nom de la communauté des chapelains de la Basilique du Sacré Coeur de Montmartre et des prêtres qui les aident durant l’été, au nom aussi des adorateurs de Montmartre, je t’adresse mes condoléances fraternelles et émues alors que nous avons appris tard hier soir le retour à Dieu du cher Cardinal Jean-Marie LUSTIGER, au soir du Jour du Seigneur. Avec l’Eglise qui est à Paris, nous avons prié pour le Cardinal durant la dure épreuve de santé qui fut la sienne. Au matin de la fête de la Transfiguration du Seigneur, nous confions notre ancien pasteur à la miséricorde et à la tendresse du Père qui transfigurera nos pauvres corps à l’image du corps glorieux de son Fils. Nous prions aussi pour notre Archevêque actuel.

Mgr Michel Méranville
archevêque de Fort-de-France-Saint-Pierre (Martinique)

Associés au deuil du peuple de Dieu dans l’hexagone et bien au-delà, partout où a rayonné la grande figure du Cardinal Lustiger, nous voulons partager aussi l’espérance qui a donné la plénitude de son sens à toute sa vie.
Dans l’Eucharistie de demain qui sera célébrée à son intention, nous demanderons au Seigneur de lui donner dans son « Royaume la place préparée pour lui depuis toujours ».

Mgr Erdo
archevêque de Budapest (Hongrie)

Excellence,

Comme vous j’ai été troublé quand j’ai appris le décès du Cardinal Jean-Marie Lustiger, archevêque émérite de Paris. Je tiens à vous exprimer ma profonde union de prière avec l’archidiocèse de Paris. J’espère et je prie que Dieu vous donnera le courage et la consolation pour subir cet événement.

Je vous exprime ma condoléance et proximité spirituelle, en assurant pour l’âme du défunt Cardinal et des croyants de l’archidiocèse de Paris, mes prières et celles de la communauté de notre archidiocèse entière.

Je me souviens du Cardinal Lustiger avec ma vive gratitude pour les indications pastorales et l’amitié paternelle que j’ai toujours constatées de sa part. Nous lui sommes toujours très reconnaissants pour l’initiative de la mission de ville qui se termine à Budapest cette année.

La foi nous induit à croire que Son Eminence a trouvé sa destination finale dans la gloire de Dieu Eternel. Son héritage humain et spirituel et son témoignage chrétien authentique resteront un encouragement et un exemple obligatoire pour nous aussi dans l’avenir.

Que Dieu élargisse sa paix éternelle et sa lumière à Son Eminence.

En espérant de vous revoir chez nous, daignez, Excellence, agréer l’expression de ma très respectueuse considération.

Mgr Alain Planet
évêque de Carcassonne

L’évêque de Carcassonne & Narbonne s’associe à la peine et à l’espérance de l’Eglise qui est à Paris. Il n’oublie pas que dans des conditions particulièrement difficiles c’est à Narbonne que le cardinal a prononcé sa dernière homélie qui fut d’une particulière élévation.

Mgr Antoine Ganye
Président de La Conférence Episcopale du Bénin

Excellence,

La nouvelle de la subite disparition de Son Eminence Jean-Marie Lustiger Cardinal Lustiger nous est parvenue au Bénin comme une douleur aussi poignante qu’une incision dans la chair vive.
Archevêque Emérite de Paris et Membre à l’Académie Française, le Cardinal Lustiger était connu des Béninois pour sa grande renommée, sa générosité sans mesure et surtout pour son zèle pastoral à travers sa visite au Bénin en août 2004 lors du cinquantenaire du pèlerinage national marial de Dassa-Zoumè qu’il accepta de présider et au cours duquel il a couronné la Patronne du Sanctuaire de la Grotte d’Arigbo, Marie, Notre Dame de la Paix.
La mémoire du Cardinal Lustiger désormais immortelle nous porte à voir dans sa disparition le signe du grain tombé en terre pour que germent d’innombrables générations porteuses de beaux fruits et remplies de témoins de l’Amour du Christ.
En ces jours de douleur, la Conférence des Evêques du Bénin voudrait vous exprimer ses sincères condoléances, ainsi qu’à toute la famille éplorée. Elle tient à manifester à tout le peuple français sa profonde compassion et sa communion de prières et d’espérance en la résurrection du cher disparu.

Mgr Jean-Louis Bruguès
Evêque d’Angers

Ce vendredi 10 août, je me rendrai à Notre-Dame de Paris, afin de participer à l’A-Dieu de l’Eglise de France au Cardinal Jean-Marie Lustiger. J’y exprimerai l’hommage du diocèse d’Angers, mais aussi ma gratitude personnelle.

Je n’oublie pas, en effet, les encouragements prodigués dans mes recherches en bioéthique, ni surtout l’invitation faite par l’Archevêque de Paris à donner des conférences de carême en sa cathédrale, pendant trois années consécutives (1995-1997). Cette expérience unique avait profondément marqué ma vie de prêcheur et d’enseignant. Lorsque je fus nommé évêque, il m’invita à le joindre aussi souvent que nécessaire, pour recevoir les conseils dont j’avais besoin ; malgré un emploi du temps chargé, il s’est toujours montré affectueusement disponible.

Le cardinal Lustiger avait compris que le message de l’Eglise resterait inaudible tant que celle-ci ne serait pas entrée dans le jeu de la communication du temps présent. Il avait acquis une maîtrise du langage médiatique qui forçait l’admiration de tous. Il comprenait la modernité, il lui parlait face à face, d’égal à égal en somme. Il ne lâchait rien sur le fond, il ne gommait aucune des aspérités de la morale catholique, mais ce qu’il disait sonnait kiste et clair dans l’esprit de ses auditeurs, même les plus réticents.

Il avait « inculturé » dans notre Eglise de France l’esprit du pontificat de Jean-Paul II. On le vit bien lors des J.M.J de 1997, ou de Toussaint 2004. Il a décomplexé les catholiques de notre pays, les a rendus fiers de leur Eglise, et les a invités à quitter les aires trop étroites de la sphère privée pour témoigner sur la place publique. Il est ainsi devenu la figure de proue de la « génération Jean-Paul II ».

Il ne m’appartient pas d’apprécier l’œuvre du Cardinal Lustiger dans le diocèse de Paris. Je croirais cependant qu’il l’a rénové de fond en comble. En particulier, il a su inventer des voies inédites pour la formation des séminaristes. Les vocations ont afflué. Ce diocèse est celui qui compte désormais le plus de jeunes prêtres.

Après le départ du cardinal, notre route s’est faite plus obscure. Une haute figure de l’Eglise de France, la plus haute sans doute depuis la dernière guerre, s’efface. Elle s’est éteinte la veille de Transfiguration, fête de la lumière. Que notre frère Jean-Marie jouisse maintenant de cette même lumière du Christ ressuscité, son compagnon de race et le Maître de sa vie.

Mgr Théodore Adrien Sarr
archevêque de Dakar

Excellence,

Par votre Communiqué et ceux de plusieurs média, nous avons appris la triste nouvelle du rappel à Dieu de Son Eminence le Cardinal Jean-Marie LUSTIGER.

Mesurant les nombreux aspects du rayonnement de sa personne et de son ministère pastoral, nous ressentons un sentiment de perte, le partageant avec vous-même son successeur et les fidèles du Christ du grand Archidiocèse de Paris, avec les Evêques de la Conférence épiscopale de France et leurs diocésains, avec notre Saint Père le Pape Benoît XVI et nos frères et sœurs de l’Eglise universelle.

C’est dans une telle communion fraternelle que je viens vous présenter mes condoléances personnelles, ainsi que celle des fidèles du Christ de l’Archidiocèse de Dakar, des Evêques de la Conférence Episcopale Régionale de l’Afrique de l’Ouest (CERAO) et de leurs diocésains. Nous somme en communion de prières avec vous, et nous le serons plus intensément les 9 et 10 août 2007, avec les célébrations programmées.

Par ailleurs, je me préparais à écrire au défunt Cardinal, pour lui faire parvenir un livre sur le Cardinal Hyacinthe THIANDOUM, écrit par un journaliste musulman du Sénégal, à partir d’une série d’entretiens, que le Cardinal lui avait accordés pendant ses dernières années. Comme le journaliste, Monsieur Chérif Elvalid SEYE, m’avait assuré avoir connu le Cardinal Lustiger, nous avons convenu de lui envoyer un exemplaire du livre avec une dédicace de l’auteur. Malgré ce qui vient d’arriver, je me permets de vous le faire parvenir, en vous laissant le soin de décider quoi en faire.

Veuillez croire, Excellence, à l’assurance de ma fraternelle communion et de mes prières.

Mgr Anatole Milandou
archevêque de Brazzaville

Cher Monseigneur,

C’est avec une grande émotion que j’ai appris la douloureuse nouvelle du décès du Cardinal Jean-Marie Lustiger, ancien Archevêque de Paris. L’Eglise de France mais aussi l’Eglise entière perd, à n’en point douter, un pasteur dynamique, zélé. C’est une grande et belle figure qui disparaît en ce début du 21ème siècle. Nous pleurons en lui un Père de l’Eglise qui avait un rayonnement spirituel universel.

Sa disparition a été ressentie particulièrement dans l’Archidiocèse de Brazzaville, tant il s’était impliqué personnellement dans le projet de la réhabilitation de la Basilique Ste Anne de Brazzaville, endommagée par la guerre de 1997. En effet, Mgr François Gourvès, anvien Evêque de Vannes, Mgr Jean-Marie Lustiger et moi-même avions signé un appel de demande d’aide lancé aux chrétiens français, singulièrement à l’endroit des paroisses ayant Ste Anne comme sainte patronne.

Au moment où la réhabilitation de la Basilique est largement avancée, la mort du Cardinal nous plonge dans une grande tristesse. C’est pourquoi, je viens au nom de tout l’Archidiocèse de Brazzaville et en mon nom personnel, vous présenter les condoléances les plus sincères. Nous prions Dieu, pour qu’il accueille l’âme de son serviteur Jean-Marie Lustiger.

Veuillez recevoir, cher Monseigneur, l’expression de mes sentiments fraternels.

Mgr Jean-Pierre Kutwa
archevêque d’Abidjan

Monseigneur,

C’est avec beaucoup de tristesse que j’ai appris le départ vers la Maison du Père, de Son Eminence Jean Marie Lustiger, Archevêque émérite de Paris.

En cette circonstance douloureuse, je voudrais que vous trouviez ici l’expression de mes sincères condoléances.

A l’occasion de ce triste événement, la Côte d’Ivoire partage avec la France, la douleur causée par cette séparation. Sa mémoire restera gravée dans les souvenirs de nombreux ivoiriens.

Le Seigneur, j’en suis certain, se souviendra de tous les services que le Cardinal Lustiger a rendus à l’Eglise et lui accordera la récompense promise aux bons et loyaux serviteurs. Je prie pour le repos de son âme.

En vous renouvellant mes sincères condoléances, je vous prie de croire, Cher Monseigneur, à l’assurance de mes sentiments fraternels en Jésus-Christ.

Métropolite Emmanuel, de France, Métropole Grec-orthodoxe de France, Exarchat du Patriarcat Œcuménique.

Votre Eminence,
La nouvelle de la « dormition » du serviteur de Dieu Cardinal Jean-Marie Lustiger en vigile de la fête de la Transfiguration de Notre Seigneur et Sauveur Jésus Christ, et juste neuf jours avant la vigile de la Dormition de la Mère de Dieu et toujours Vierge Marie, nous touche beaucoup.
Nous prions le Seigneur afin qu’il fasse reposer son âme parmi les justes, et le confions particulièrement à la Protection de la Vierge Marie dont il portait le prénom.
En effet, toute son œuvre était centrée sur le soutien de l’Eglise qu’il aimait tant, et qu’il voulait pure et sans tâche.
Nos pensées vont aussi vers vous afin que le Seigneur vous donne sa force pour conduire les funérailles de votre bien-aimé prédécesseur, parmi les chants des anges proclamant Saint Dieu, Saint Fort, Saint Immortel, aie pitié de nous.
Veuillez agréer, Eminence, l’assurance de mes ferventes prières.

Archimandrite Arsenios Kardamakis, Vicaire général, Métropole Grec-Orthodoxe de France Exarchat du Patriarcat Œcuménique

Votre Eminence,
Monseigneur Emmanuel et moi-même avons rencontré Monseigneur Jean-Marie Lustiger à plusieurs reprises et tenons à vous assurer de nos condoléances et de nos prières pour le repos de son âme.
La douloureuse maladie qui l’a atteint et lui a donné la possibilité de visiter consciemment l’enfer tout en gardant la prière, est sans doute le chemin permis mais non désiré par Dieu, afin qu’il entre désormais dans son Royaume, là où il n’y plus ni douleur, ni gémissement ni tristesse, mais la vie éternelle.
Veuillez agréer, Votre Eminence, l’expression de ma haute considération et mes condoléances les plus sincères.

Mgr Saïd Elias Saïd

Excellence et cher Père évêque,

Je viens vous présenter, au nom de toute la Communauté maronite de France, et en mon nom propre, l’expression de nos sincères condoléances les plus cordiales à l’occasion du décès de l’homme de Dieu, Son Eminence Monseigneur Jean Marie Cardinal Lustiger, archevêque émérite de Paris. J’ai hier soir rappelé son amical souvenir avec mes paroissiens, à l’occasion de la messe de la Transfiguration de 19h qui a été dédiée à Notre Dame du Liban à Paris à son heureuse et sainte mémoire au coeur de notre Communauté et ce, à travers son oeuvre pastorale si fraternelle tout au long des années de la guerre au Liban, du temps de mon prédécesseur, Monseigneur Boutros Harfouche. Je rappelle aussi, et dans l’action de grâces, la célébration eucharistique par laquelle il m’avait installé de ses propres mains dans mes fonctions curiales à Notre Dame du Liban le 7 mai 2000 et la sollicitude dont il m’avait toujours entouré depuis 1984, alors que j’étais encore inséré pastoralement à Notre Dame du Liban et que je poursuivais ma formation au Séminaire des Carmes. C’est dire l’impression reconnaissante qui caractérise près d’un quart de siècle de notre vie de Maronites en France, passée entre les mains du Seigneur et sous le regard bienveillant de Son Eminence, regard que nous sentons avoir laissé en partage au digne successeur que vous êtes.

Mgr Kude Nacachian

Eminence et Cher Frère,

A l’heure et dans ces moments de pieux recueillement, je veux être de tout mon cœur avec vous, pour prier pour le Repos Eternel de Son Eminence le Cardinal Jean-Marie Lustiger.

Je ne saurais mieux faire que de vous offrir en retour, de bonté et de grâce, en vous citant ses paroles si précieuses qu’il m’avait adressées l’an dernier :

« Un Noël de joie,
Une année de Paix,
Fidèlement votre,
Dans la prière et l’amitié ».

Ces mots qui révèlent sa personne toute entière, resteront à jamais gravés dans notre esprit, en souvenir éternel de sa générosité. « requiescat in Pace ! »

Mgr Cormac Murphy O’Connor
Archevêque de Westminster (Angleterre)

My Dear Brother in Christ,

I write to express my sincere condoleances to you and to the clergy and people of the Archdiocese of Paris at the sad news of the death of Cardinal Jean Marie Lustiger. I pray that this most delicated of sherpherds will be welcomed into the arms of the Good Sherpherd.

It has been my privilege work closely with Cardinal Lustiger over many years as a member of the Pontifical Council for Culture. I have his zeal for the unceasing proclamation of the Gospel to contemporary humanity.

I remember his gracious hosting of the World Youth Day in 1997 and then his kind invitation during the summer of 2004 to attend, with the Archbishops of Washington, Berlin, Moscow and Ottawa, the sixtieth anniversary of the liberation of Paris at the enf of Second Worl War. That moment of remembrance, peace and above all reconciliation was the hallmark of a devoted pastor and a man of deep personal faith.

With my fellow Bishops of England and Wales, I assure you of our prayers to our loving Father for his eternal rest. We pray also for the consolation of his family, his brothers in the French episcopate and the people, religious and clergy of the Dioceses of Paris and Orleans.

May he rest in peace.

Yours devotedly in the Risen Lord.

Mgr Francis George
Archevêque de Chicago (Etats-Unis)

On the death of Cardinal Jean-Marie Lustiger, retired Archbishop of Paris Cardinal Lustiger died August 5, 2007, after a long illness. Aaron Jean-Marie Lustiger was a figure of major importance in the Catholic Church in the second half of the twentieth century. Born into a Polish Jewish family in France in 1926, his own experience, as well as his mother’s death in Auschwitz in 1943, made him a man of dialogue and a builder of bridges between the Jewish and Catholic communities.

He last visited Chicago to give a major lecture at Mundelein Seminary on Pope John Paul II’s theology in 1998, on the twentieth anniversary of the late Pope’s election to the See of Peter. Cardinal Lustiger invited me to come to Paris to give the Lenten Lecture in Notre Dame Cathedral in 2001. I was with him not only at the last Conclave and during numerous meetings in Rome but most poignantly in Normandy in 2004 to remember the 60th anniversary of the beginning of the liberation of Europe during the Second World War.

His poetic imagination joined his prayerful sense of God’s providence in history as he addressed the challenges to the Catholic faith in secularized societies. He was very intent on having faith create culture and, as well as himself writing about twenty books, he brought the Archdiocese of Paris into the realm of modern social communications through a TV station, a radio station and several institutions of higher learning that he founded.

His application of the faith to the situation of the family, of education, of health care, of street people and others often ignored by society shaped the mission of the Church in Paris. He reformed the system for educating and training French seminarians. He organized the World Youth Day of 1997 in Paris and re-invigorated the ministry to young people in France.

I am grateful to God for Cardinal Lustiger’s life and work and friendship. Catholics of Chicago will, I hope, join the Catholics of Paris in praying for the eternal repose of his soul. May he rest in Abraham’s bosom.

Patriarche Gregorios III, Patriarche d’Antioche et de tout l’Orient, d’Alexandrie et de Jérusalem

Excellence Révérendissime et cher Frère et Ami,

C’est avec peine que j’ai appris le décès de Son Eminence le Cardinal Jean-Marie Lustiger, et je tiens à vous assurer de ma participation dans la prière au deuil de l’Eglise de Paris pour la disparition de votre illustre prédécesseur.

Mes condoléances tiennent compte aussi du lien séculier entre la France et le Patriarcat de l’Eglise Grecque-Melkite Catholique, et de la sollicitude montrée par le Cardinal défunt, dans le cadre de sa charge d’Ordinaire pour les Orientaux, à l’égard des paroisses grecques-melkites catholiques de Saint-Julien-le-Pauvre à Paris et de Saint-Nicolas-de-Myre à Marseille, sollicitude que vous continuez d’une façon dont je vous suis très reconnaissant.

J’y ajoute mon amitié personnelle pour le Cardinal Lustiger datant de l’époque où j’étais Vicaire Patriarcal à Jérusalem. Je me rappelle aussi avec émotion sa présence à Damas lors de la visite historique du serviteur de Dieu Jean-Paul II en mail 2001.

Sa Béatitude Mgr Michel Sabbah, Patriarche de Jérusalem

Monseigneur,

En ce jour de fête de la Transfiguration, je viens d’apprendre par les nouvelles la mort de Son Eminence le Cardinal Lustiger, votre prédécesseur. Je voudrais vous exprimer, avec l’assurance de mes prières, mes condoléances sincères, en mon nom et au nom de l’Eglise de Jérusalem avec laquelle le Cardinal Lustiger avait des relations particulières d’amitié, de prière et de sollicitude particulière pour son peuple ici, en général, et d’une manière particulière, pour la communauté catholique d’expression hébraïque. Dans notre prière aujourd’hui au Mont Tabor, nous demandons au Seigneur de l’accueillir dans sa gloire pour toujours. R.I.P

Rabbin Daniel FARHI
Mouvement Juif Libéral de France

J’ai appris avec une immense tristesse la disparition de votre prédécesseur à l’Archevéché de Paris, Mgr Jean-Marie Lustiger (z"l = zikhrono liverakha : que son souvenir nous soit bénédiction). Je vous prie d’accepter ici l’expression de mes très sincères condoléances.

Comme vous vous en souviendrez, vous êtes vous-même venu à la cérémonie du Yom Hashoa que notre communauté, le MJLF organise depuis 1991 en procédant à la récitation ininterrompue de 24 heures des noms des déportés juifs de France. À ce titre, Mgr Lustiger était venu de nombreuses fois honorer cette cérémonie de sa présence et aussi - parfois en pleine nuit - lire lui-même les noms du convoi dans lequel se trouvait sa mère, Gisèle Lustiger, déportée sans retour à Auschwitz. Il s’est, à ces occasions, entretenu avec moi.

Lorsque je l’ai su hospitalisé à la maison médicale Jeanne Garnier (toute proche de notre synagogue du 15ème), je lui ai fait savoir, par M. Lambert, que je souhaitais lui rendre visite. Il avait accepté, mais malheureusement, son état empirant, ça n’a pas été possible. Du moins ai-je la consolation qu’il l’ait su.

Frère Alois
Communauté de Taizé

Cher père archevêque, Au moment où la Cardinal Lustiger est entré dans la vie d’éternité, je voudrais vous dire que nous, les frères de Taizé, nous partageons la peine de sa famille, comme de l’Eglise de France, et nous prions en particulière communion avec les prêtres et les fidèles des diocèses d’Orléans et de Paris.
Sa mort nous touche. Notre frère Roger l’a rencontré à Paris, à Rome, à Taizé. Nous avons eu aussi plusieurs occasions de collaborer avec lui. Au long des années de son ministère, quatre fois notre rencontre européenne de jeunes a eu lieu à Paris et en Ile-de-France. Il a alors ouvert des paroisses de son diocèse, il nous a rejoint pour la prière commune, la dernière fois il a célébré à cette occasion la messe à Notre-Dame de Paris.
Maintenant, déjà le Cardinal contemple l’invisible et il prie pour nous tous.
A vous-même, cher père Archevêque, et au diocèse de Paris, j’adresse mes plus cordiaux messages et ma sympathie fraternelle.

Lech Kaczynski
Président de la république de Pologne

Votre Eminence,

C’est avec une grande tristesse que j’ai appris le décès du Cardinal Jean-Marie Lustiger, Archevêque de Paris à la retraite, grand ami de la Pologne et des Polonais.

Le très regretté Cardinal Lustiger était une personnalité exceptionnelle. Il a été connu pour son engagement dans le dialogue international et interconfessionnel en animant tout particulièrement la réconciliation entre les chrétiens et les juifs.

Le Cardinal Lustiger était aussi un promoteur de la Pologne. Il a visité plusieurs fois la Patrie de ses parents qui étaient originaires de Bedzin dans le sud de la Pologne (Zaglebie Gabrowskie). En tant que proche collaborateur de Jean Paul II, il l’a accompagné pendant ses pèlerrinages en Pologne, à l’époque du régime communiste. Le cardinal Jean-Marie Lustgier s’occupait aussi des Polonais qui se sont installés en France au cours des dernières décennies. Je me rappelle personnellement son engagement dans l’action d’aide à la France pour le mouvement « Solidarnosé » lors de l’état de guerre.

Je prie avec Tous ceux dont la disparition du Cardinal Jean-Marie Lustiger a bouleversé et je saisis cette occasion pour vous présenter mes sincères condoléances.

Communiqué du Congres Juif Mondial suite au décès du Cardinal Jean-Marie Lustiger

Le Congrès Juif Mondial (CJM) se déclare profondément attristé par le décès du Cardinal Jean-Marie Lustiger, pionnier du dialogue judéo-chrétien. « Le Cardinal Lustiger est né juif. Sa mère a été assassinée à Auschwitz. Il a toujours été conscient des dangers que représentaient pour les Juifs, l’antisémitisme, la persécution et la haine et il les a combattus avec toute son énergie. C’est avant tout de cela que le monde juif retiendra » a déclaré M. Maram Stern, Secrétaire-Général Adjoint du CJM, ce lundi à Bruxelles.

M. Stern a dit : « Ensemble avec le regretté Pape Jean-Paul II, le Cardinal Lustiger a été l’artisan du renforcement du dialogue en faveur d’une meilleure compréhension entre catholiques et juifs tant au niveau institutionnel qu’à un niveau personnel. Son engagement est un exemple magnifique pour tous ceux qui entendent promouvoir l’entente et le respect mutuel entre religions et cultures »

Le Cardinal Lustiger a régulièrement pris la parole lors de réunions du Congrès Juif Mondial. En janvier 2005, il a été le premier cardinal à s’adresser à l’Assemblée Générale du CJM. A l’occasion de l’une de ses prises de parole, il a déclaré : « Se rencontrer et apprendre à mieux se connaître ne sera pas suffisant pour effacer toutes les divergences. Cependant,..un tel dialogue devrait mettre – ou plutôt mettra - en lumière les convergences que la globalisation culturelle permet de nos jours. La compréhension mutuelle permettra une nouvelle prise de conscience de perspectives communes au sujet d’aspects cruciaux de la vie en société. Le dialogue permet de d’initier les relations mais il force également chaque partenaire à se remettre en question face à l’autre, et par conséquent à changer et même à se renouveler au cours de cet échange. »

M. Stern a ajouté : « La stature intellectuelle du Cardinal Lustiger, sa vision ainsi que sa personnalité chaleureuse manqueront grandement à tous. Le monde chrétien a perdu une de ses personnalités les plus remarquables, la France a perdu une très grande figure morale et spirituelle et le monde juif un de ses meilleurs amis. »

Bertrand Delanoé
Maire de Paris

La disparition du cardinal Jean-Marie Lustiger est une grande perte pour Paris. Archevêque de la capitale pendant un quart de siècle, après avoir été aumônier de la Sorbonne et curé de la paroisse Sainte-Jeanne de Chantal, il a aimé cette ville et l’a admirablement comprise, dans toutes ses dimensions, spirituelle, intellectuelle culturelle et sociale. Ses paroles exprimaient la force de ses convictions, sa vaste culture, son intelligence rigoureuse, sa lucidité. Lui qui avait éprouvé cruellement l’une des plus grandes tragédies du XXème siècle, portait partout un message d’espérance. Il était attentif à tous. Il ne laissait personne indifférent, au-delà même des catholiques et des croyants.

Je mesure la perte que sa disparition représente pour le diocèse de Paris et aussi pour l’Eglise universelle. Il était écouté du Pape Jean-Paul II. Son implication personnelle dans le rapprochement entre l’Eglise catholique et le judaïsme a été décisive. En Allemagne, aux Etats-Unis, en Afrique, dans les Eglises et dans les Universités, ses interventions étaient reçues avec la plus grande attention.
A vous qui avez été l’un de ses plus proches, comme vicaire puis comme évêque auxiliaire, j’exprime mes très sincères condoléances.

Je vous prie aussi de bien vouloir transmettre le témoignage de ma sympathie aux membres de sa famille, ainsi qu’aux prêtres et aux fidèles du diocèse de Paris.
Veuillez agréer, Monseigneur, l’expression de ma haute considération.

Christian Poncelet, président du Sénat

Monseigneur,

Au moment où notre pays perd un de ses grands serviteurs en la personne du Cardinal Lustiger, je vous présente, ainsi que mes collègues, mes plus vives et sincères condoléances.

Avec la disparition du Cardinal Lustiger, nous perdons un homme non conformiste et attentif à toutes les cultures et idées. A la tête de l’Archevêché de Paris, il fut l’inlassable et l’exigent défenseur de l’Eglise face aux défis du monde actuel.

Je vous serais reconnaissant d’être l’interprète de notre peine auprès de Sa Sainteté le Pape Benoit XVI.

Favela Amara
secrétaire d’état chargée de la politique à la ville

Monseigneur,

Je viens d’apprendre avec émotion la disparition du Cardinal Lustiger et je tenais à vous faire part de mon profond chagrin.

Je m’associe à votre peine en cette triste circonstance et recevez mes condoléances très sincères.

Je vous prie de croire, Monseigneur, à l’assurance de mes sentiments respectueux et dévoués.

Johanne Gurfinkie
Secrétaire général de la CICAD – Coordination Intercommunautaire Contre l’Antisémitisme et la Diffamation

C’est avec émotion que la CICAD tient à rendre hommage au Cardinal Jean-Marie Lustiger décédé ce dimanche 5 août 2007.

La CICAD garde la mémoire d’un Homme qui a su agir pour que le respect et l’amitié entre Catholiques et Juifs prévalent après des siècles d’enseignement du mépris.

Acteur clé de la réconciliation, il avait participé aux côtés du Cardinal Georges-Marie Cottier, le 29 juin 2006 à la célébration, organisée par la CICAD, de la Déclaration Nostra Aetate.

Son intervention restera gravée dans nos souvenirs comme un moment d’intense émotion.

La CICAD veut rendre hommage à l’œuvre de l’Homme exceptionnel, un Homme de cœur et d’engagement.

Philippe Bordeyne,
Doyen de la Faculté de Théologie et de Sciences Religieuses à l’Institut Catholique

Cher Père,
Apprenant ce matin le décès du Cardinal Lustiger, notre ancien Chancelier, je m’associe avec la Faculté de théologie de l’IPC à la peine et à l’espérance du diocèse de Paris, je partage l’émotion de l’Eglise de France et de si nombreux Français qu’il avait su toucher par sa parole et son témoignage de foi. Il nous a souvent provoqué à pousser plus loin la réflexion sur nos choix et nos orientations, nous rappelant qu’il ne peut y avoir de demi-mesures dans la suite du Christ et dans la réponse à l’Amour de Dieu. Que dans sa pâque, il puisse goûter la joie de la promesse faite à Moïse et à Elie, pleinement réalisée en Jésus.
A vous-même qui avez été son compagnon de route et d’agir pastoral, j’adresse mes sincères condoléances.

Son Altesse le Prince Albert de Monaco

Monseigneur,

Les catholiques de la Principauté ont appris avec tristesse la disparition de Monseigneur Jean-Marie Lusitger.

En mon nom personnel, en celui de ma famille et de la population de Monaco, je vous assure de notre union de pensée et de prière avec les catholiques de Paris pour cette personnalité religieuse d’exception qui a su manifester son ouverture au monde et sa passion pour les hommes de son temps en conciliant la fidélité à ses racines avec sa foi.

C’est ainsi que sa vie continuera à porter témoignage pour nous tous.

Je vous prie de recevoir, Monseigneur, mes très respectueuses pensées.

Professeur Georges Schnek
Président honoraire du Consistoire Central Israélite de Belgique

Monseigneur,

Je viens d’apprendre avec tristesse le décès du Cardinal-Archevêque Jean-Marie Lustiger. JE tiens à vous souligner à quel point cette nouvelle m’a profondément attristé, d’autant plus que nous avions des contacts privilégiés en diverses circonstances et plus particulièrement lors des négociations si importantes dans le cadre du problème crée par la présence d’un Carmel à Auschwitz.

J’étais alors président du Consistoire Central Israélite de Belgique. J’ai eu l’occasion, à de très nombreuses reprises, d’apprécier la personnalité extraordinaire du Cardinal Lustiger.

Pourriez-vous être notre interprète pour exprimer nos condoléances émues à la famille et à tous ceux qui lui étaient proches.

Je vous prie d’accepter, Monseigneur, l’expression de mes sentiments de parfaite considération.

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse