L’Église catholique à Paris
  • Archevêché de Paris
  • Services diocésains
  • Annuaire ordo
  • Annuaire Étoile du Berger

  • Horaires de messes
  • Denier - Don en ligne

  • Le flux RSS du diocèse de Paris
  • Le diocèse de Paris sur Facebook
  • Le diocèse de Paris sur Twitter
  • Le diocèse de Paris sur Google +
  • Le diocèse de Paris sur YouTube

Un nouveau Saint Patron pour les JMJ : Jean-Paul II

C’est une grande joie pour toute l’Eglise que Benoît XVI ait annoncé la béatification du Pape Jean-Paul II le 1er mai prochain ! Il fut, parmi tant d’aspects de son ministère, l’initiateur des JMJ. Mais ça n’est pas tout… Après l’annonce de sa béatification, Jean-Paul II a été nommé patron de l’édition Madrid 2011 !

C’est la nouvelle annoncée le 14 janvier par le cardinal Stanislaw Rylko, président du Conseil pontifical pour les laïcs, ‘ministère’ du Vatican chargé des Journées mondiales de la jeunesse, au cours d’un congrès de plus de 200 délégués du monde entier réunis à Madrid pour préparer ces prochaines JMJ.

Le cardinal polonais a rappelé que Karol Wojtyla se considérait comme un « ami des jeunes » et a confessé sa grande joie « de pouvoir communiquer cette nouvelle durant cette réunion de délégués ».
Les personnes présentes ont accueilli l’annonce avec émotion et un long applaudissement.

Mgr César Franco, coordinateur général des JMJ de Madrid 2011 et évêque auxiliaire de la capitale espagnole, a expliqué que Jean-Paul II se joignait à la liste des grands saints espagnols intercesseurs de cette édition : saint Isidore le Laboureur, sainte María de la Cabeza, sainte Thérèse de Jésus, saint Ignace de Loyola, saint François Saverio, saint Jean de la Croix, saint Jean d’Avila, sainte Rose de Lima et saint Rafael Arnáiz.

Voici ce que disait Jean-Paul II aux jeunes à Rome pour les JMJ de l’an 2000 (extraits) :

Notre rencontre d’aujourd’hui à Rome, chers jeunes, est une sorte de « laboratoire de la foi » pour vous, disciples d’aujourd’hui, pour ceux qui croient au Christ au seuil du troisième millénaire.

Chacun peut mesurer ses propres difficultés à croire et aussi éprouver la tentation de l’incrédulité. Mais en même temps il peut faire l’expérience d’une maturation progressive dans la conscience et dans la conviction de sa propre adhésion de foi. Toujours, en effet, dans cet admirable laboratoire de l’esprit humain, le laboratoire de la foi, Dieu et l’homme se rencontrent l’un l’autre. Sans cesse, le Christ Ressuscité entre dans le Cénacle de notre vie et permet à chacun de faire l’expérience de sa présence et de proclamer : Ô Christ, tu es « mon Seigneur et mon Dieu ! »

Chers amis, aujourd’hui encore, croire en Jésus, suivre Jésus sur les pas de Pierre, de Thomas, des premiers Apôtres et témoins, exige de prendre position pour lui, et il n’est pas rare que ce soit comme un nouveau martyre : le martyre de celui qui, aujourd’hui comme hier, est appelé à aller à contre-courant pour suivre le divin Maître, pour suivre « l’Agneau partout où il va » (Ap 14, 4).

Il ne vous sera peut-être pas demandé de verser votre sang, mais de garder la fidélité au Christ, oui certainement ! Une fidélité à vivre dans les situations quotidiennes.

Chers jeunes, dans un tel monde, est-il difficile de croire ? En l’an 2000, est-il difficile de croire ? Oui, c’est difficile ! On ne peut pas le nier. C’est difficile, mais avec l’aide de la grâce c’est possible, comme Jésus l’expliqua à Pierre : « Ce n’est pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela, mais mon Père qui est aux cieux » (Mt 16, 17).

En réalité, c’est Jésus que vous cherchez quand vous rêvez de bonheur ; c’est lui qui vous attend quand rien de ce que vous trouvez ne vous satisfait ; c’est lui, la beauté qui vous attire tellement ; c’est lui qui vous provoque par la soif de radicalité qui vous empêche de vous habituer aux compromis ; c’est lui qui vous pousse à faire tomber les masques qui faussent la vie ; c’est lui qui lit dans vos cœurs les décisions les plus profondes que d’autres voudraient étouffer. C’est Jésus qui suscite en vous le désir de faire de votre vie quelque chose de grand, la volonté de suivre un idéal, le refus de vous laisser envahir par la médiocrité, le courage de vous engager avec humilité et persévérance pour vous rendre meilleurs, pour améliorer la société, en la rendant plus humaine et plus fraternelle.

Chers amis, à l’aube du troisième millénaire, je vois en vous les « sentinelles du matin » (cf. Is 21, 11-12).

Chers jeunes du siècle qui commence, en disant « oui » au Christ, vous dites « oui » à chacun de vos plus nobles idéaux. Je prie pour que le Christ règne dans vos cœurs et dans l’humanité du nouveau siècle et du nouveau millénaire. N’ayez pas peur de vous en remettre à lui. Il vous guidera, il vous donnera la force de le suivre chaque jour et en toute situation.

Voir aussi…
Les prières & les Saints des JMJ
La préparation
Les outils