France : les appels des représentants des communautés religieuses pour l’élection présidentielle

Dans une déclaration conjointe, le grand rabbin de France Haïm Korsia, le président de la Fédération protestante de France, le pasteur François Clavairoly, et le président du Conseil français du culte musulman Anouar Kbibech ont estimé que « seul le vote républicain pour Emmanuel Macron garantit une France, forte de toute son histoire, confiante dans son avenir et dans sa capacités à rayonner dans le monde »… La veille, le président de la Conférence des évêques de France, Mgr Georges Pontier, avait réaffirmé que « le rôle de l’Église est, plus que jamais, de ne pas prendre parti pour l’un ou l’autre candidat mais de rappeler à chaque électeur ce que notre foi nous invite à prendre en compte ». Article de la presse du Vatican

À quatre jours du second tour de l’élection présidentielle en France, les représentants des communautés juive, protestante et musulmane ont appelé, le jeudi 4 mai 2017, à voter en faveur d’Emmanuel Macron.

Dans une déclaration conjointe, le grand rabbin de France Haïm Korsia, le président de la Fédération protestante de France, le pasteur François Clavairoly, et le président du Conseil français du culte musulman Anouar Kbibech ont estimé que « seul le vote républicain pour Emmanuel Macron garantit une France, forte de toute son histoire, confiante dans son avenir et dans sa capacités à rayonner dans le monde ».

Se défendant de simplement vouloir « faire barrage au Front national », ils ont rappelé les « fondements humanistes » qui les animent : « Créer du lien, des moments de partage, venir en aide aux personnes les plus démunies ou esseulées. » La défense de cette mission, qu’ils souhaitent « pouvoir continuer à mener sereinement », les amènent ainsi à prendre position puisque, conscients de la neutralité politique à laquelle leur fonction les oblige, ils se disent cependant « avant tout, citoyens ».

La veille, le président de la Conférence des évêques de France, Mgr Georges Pontier, avait réaffirmé que « le rôle de l’Église est, plus que jamais, de ne pas prendre parti pour l’un ou l’autre candidat mais de rappeler à chaque électeur ce que notre foi nous invite à prendre en compte ». Rappelant qu’« aucun programme » ne remplit tous les critères rappelés par l’enseignement de l’Église, il proposait « à chacun, à la lumière de l’Évangile, d’effectuer sa propre pondération et de voter en conscience ». Déjà, avant le premier tour de l’élection, la Conférence des évêques de France avait plusieurs fois appelé les catholiques à un discernement et à un vote en conscience. (SBL)
Source : News.va - Mai 2017

En bref

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse