L’Église
Catholique
À Paris

Jacqueline : « Que l’Église puisse continuer à faire don de la joie »

Jacqueline a décidé par testament de léguer ses biens à l’Église. À sa mort, le Diocèse de Paris recevra l’ensemble de son patrimoine exonéré des droits de succession. Ce legs soutiendra la pastorale des prêtres des paroisses parisiennes. Mme B. souhaite ainsi contribuer à la diffusion du message de l’Église et à la joie qu’il peut procurer.

« Les apôtres que s’est choisis Jésus avaient tous leurs petites faiblesses. Mais c’est parce qu’ils étaient imparfaits qu’Il en a fait ses compagnons de route… C’est avec toute leur humanité qu’ils ont incarné le message du Christ. » Jacqueline prononce ces mots avec un pétillement particulier dans les yeux. À 85 ans, elle porte sur la vie un regard d’autant plus bienveillant qu’il est lucide. Même dans les épreuves, elle n’a jamais douté des potentialités de joie que recelait la foi. C’est ce qui l’a amenée à faire de l’Église son légataire universel.

De Douai à Paris, au hasard de la vie

Née dans le Nord, Jacqueline rêvait d’être enseignante. La vie en décide autrement : à 18 ans, elle perd son père. Elle doit trouver un travail et entre chez un notaire comme dactylographe. « Cette expérience difficile a été un moyen d’avancer. Sans cela, je n’aurais probablement pas eu le même parcours professionnel… » La carrière qu’effectue Mme B. est plutôt rare parmi les femmes de sa génération : entrée secrétaire dans une étude du Havre, elle finira principal clerc de notaire dans un très grand office notarial de Paris, en charge du droit familial.

Bénévole au long cours

Tout au long de sa vie professionnelle, Jacqueline est témoin des conflits qui surgissent parfois entre proches lors d’événements douloureux, notamment les successions. Catéchisme, prospection pour la presse catholique, secrétariat pour la paroisse… Elle trouve son équilibre en pratiquant un bénévolat actif au sein d’œuvres religieuses. Certaines expériences la marquent particulièrement. Dans les années 1960, elle donne aux jeunes d’un quartier difficile de Rouen des cours d’alphabétisation. Elle en parle avec un enthousiasme intact : « Enfants exploités dans les usines, élevés dans des familles désunies… Ils avaient un courage formidable. Ma grande fierté est d’avoir aidé une petite fille particulièrement méritante à réussir le certificat d’études. »

Des rencontres marquantes

Jacqueline se souvient également avec émotion des hommes et femmes qu’elle a rencontrés au sein de l’Église : certains ont bouleversé son existence. Ainsi ce prêtre qu’elle croise un jour dans le cadre d’une retraite religieuse. Aumônier des prisons, il lui raconte l’histoire d’un homme qui, placé en détention, a pour unique préoccupation la santé de sa compagne et les soins dont elle risque d’être privée si personne n’est présent à ses côtés. Ce prisonnier dont a parlé le religieux constitue « la meilleure illustration de l’amour que l’on peut porter à son prochain ». L’engagement au sein de sa paroisse parisienne aura aussi permis à Jacqueline de nouer des liens d’amitié essentiels : « Quand ma meilleure amie est décédée, il y a quelques années, je suis devenue en quelque sorte la tante de substitution de ses neveux et nièces. »

C’est pour « rendre grâce aux hommes et aux femmes qui ont pour [elle] incarné de manière vivante le message du Christ » qu’elle a légué ses biens à l’Église. Mais elle conçoit aussi sa démarche comme un geste envers les générations futures : « L’Église m’a fait un sacré don : la joie. J’aimerais contribuer à ce qu’elle fasse le même cadeau à d’autres. »

Pour demander un entretien
ou recevoir une documentation, contactez M. Hubert Gossot :
01 78 91 93 37,
hgossot@diocese-paris.net ;
ou le Père Jean-Jacques Launay, délégué legs et donations
de l’Archevêque de Paris :
01 78 91 93 36,
jjlaunay@diocese-paris.net.

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse