La restauration du Saint-Sépulcre est achevée

Voilà plus de deux siècles que le tombeau du Christ n’avait pas été vu comme cela, depuis 1810 précisément. Après dix mois de travaux, la restauration du Saint-Sépulcre à Jérusalem est désormais achevée. L’édicule, la partie qui surplombe le tombeau du Christ, a été entièrement refait. Ce travail a été en partie financé par le Vatican, mais aussi par de très nombreux donateurs comme le roi Abdallah de Jordanie ou encore l’Autorité palestinienne. Ces travaux ont pu surtout avoir lieu sous l’impulsion des trois Églises qui administrent le site : l’Église catholique, l’Église grecque-orthodoxe et l’Église arménienne.

Voilà plus de deux siècles que le tombeau du Christ n’avait pas été vu comme cela, depuis 1810 précisément. Après dix mois de travaux, la restauration du Saint-Sépulcre à Jérusalem est désormais achevée. L’édicule, la partie qui surplombe le tombeau du Christ, a été entièrement refait.

Ce travail a été en partie financé par le Vatican, mais aussi par de très nombreux donateurs comme le roi Abdallah de Jordanie ou encore l’Autorité palestinienne. Ces travaux ont pu surtout avoir lieu sous l’impulsion des trois Églises qui administrent le site : l’Église catholique, l’Église grecque-orthodoxe et l’Église arménienne.

Une cérémonie œcuménique a eu lieu le mercredi 22 mars 2017 dans la matinée en présence notamment du patriarche de Constantinople Bartholomée Ier. Au-delà de la préservation de ce patrimoine historique et spirituel, cette restauration témoigne d’une belle démarche œcuménique.
Pèlerins et visiteurs pourront maintenant visiter l’édicule abritant la tombe de Jésus, enfin débarrassé de ses échaudages. « Ces neuf mois de restauration ont été jalonnés de moments historiques, raconte Antonia Mariopoulou, ingénieur de l’École Polytechnique d’Athènes et coordinatrice scientifique des travaux. D’abord, l’ouverture de la tombe du Christ en octobre, une première depuis 200 ans, et la troisième fois dans l’Histoire ». « Nous avons vu une couche de marbre, et en-dessous, une autre plaque de marbre gris, recouverte de terre, poursuit-elle. Avec l’autorisation des trois gardiens des trois communautés chrétiennes, nous fait comprendre qu’ici, quelqu’un a été enterré, ici, le corps du Christ a été déposé ».

L’édicule de marbre actuel, construit en 1809-1810, est la dernière des constructions qui se sont succédé depuis le IVe siècle sur le tombeau qui abrita le corps de Jésus, après sa descente de la croix. La structure avait très vite présenté des signes de faiblesse ; l’altération du mortier, les intempéries, la fumée des cierges ou encore le souffle dégagé par les nombreux touristes et pèlerins ont ensuite contribué un peu plus à sa fragilisation.

Durant neuf mois, experts et ouvriers se sont adonnés, de jour comme de nuit, à un travail minutieux et délicat de restauration. L’édicule a dû être entièrement démonté ; nettoyé, consolidé, il a été reconstruit à l’identique. Seules les pièces irrécupérables ont été remplacées.
(MA avec Christian Media Center).Source : Radio Vatican.

En bref

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse