Le mystère Pascal, cœur de la foi chrétienne

Le Mystère Pascal est le cœur de la foi chrétienne.
°°° - °°°


Se dire chrétien, c’est croire en ce mystère : « Le Christ est mort pour nos péchés conformément aux Écritures ; et il a été mis au tombeau ; il est ressuscité le troisième jour, conformément aux Écritures.  » (Première lettre de Saint Paul aux Corinthiens, chapitre 15, 3-4)
Dans la vie de l’Église, le mystère pascal se traduit par des événements qui se déploient dans l’espace et le temps, depuis le triduum pascal (Jeudi saint, Vendredi saint et Samedi saint, Pâques) jusqu’à la Pentecôte.
Le temps du carême précède la grande fête de Pâques. Il dure quarante jours. Le carême culmine dans la semaine sainte qui précède Pâques, fête de la résurrection du Christ. Ce dimanche de la résurrection ouvre une période de cinquante jours jusqu’à la Pentecôte.

Le mystère pascal est un passage d’un état à un autre, celui de la mort à la vie, de l’esclavage à la liberté, de l’ancien monde au monde nouveau, celui qui est déjà là et qui vient. C’est ce passage (c’est le sens du mot Pessah, pâque en hébreu) que l’Église appelle les chrétiens à vivre lors de leur baptême, à revivre chaque année à Pâques et à chaque eucharistie.

Le Seigneur nous sauve ! C’est pour aujourd’hui ! Montons avec lui à Jérusalem !
°°° - °°°

Le temps du carême
40 jours avant Pâques à partir du mercredi 10 février 2016
Il commence avec le mercredi des cendres. Les chrétiens sont invités à entrer dans un temps de pénitence et de conversion, en préparation à la fête de Pâques. Pour les adultes qui seront baptisés à Pâques, selon l’antique usage, c’est « la dernière ligne droite » avant le « grand plongeon » - baptiser vient d’un mot grec qui signifie plonger.
En accompagnant les catéchumènes (futurs baptisés) sur leur chemin, les fidèles baptisés vivent eux aussi un temps de conversion tendu vers plus d’attention au jeûne : se nourrir du nécessaire par solidarité avec les plus pauvres auxquels on sera plus attentifs (engagement à partager dans des projets caritatifs). Expérience aussi d’allègement du corps qui favorise une plus grande la disponibilité à la prière.

°°° - °°°

Dimanche des Rameaux
Dimanche 20 mars 2016
Portail d’ouverture solennel du salut qui vient
Inaugurée par le dimanche des Rameaux, la semaine sainte conduit le peuple chrétien à monter à Jérusalem avec Jésus Christ, vers sa passion, sa mort et sa résurrection. Chaque année, durant la Grande Semaine, nous sommes replongés dans ce mystère comme nous y invite le triduum pascal du Jeudi saint à la vigile pascale, le Samedi saint.
Jésus entre à Jérusalem, ville fondée par David dont il descend, acclamé comme un roi, triomphalement aux cris des « Hosanna », c’est à dire « sauve-nous ! »
Juché sur un ânon, c’est le signe du roi qui se fait humble serviteur. C’est le signe de sa puissance d’amour qui guérit, pardonne, ressuscite. Le peuple a reconnu en lui le roi sauveur tant attendu.
Jérusalem, c’est aussi la ville où l’on tue les prophètes, hommes parlant au nom de Dieu. Jésus y sera aussi mis à mort car plus encore qu’un prophète, il EST la Parole, le Verbe de Dieu.
C’est cela que signifient les évangélistes lorsqu’ils disent que Jésus accomplit les Écritures et le Salut.
« Cela s’est passé pour accomplir la parole transmise par les prophètes “Dites à la fille de Sion, voici ton roi qui vient vers toi, humble, monté sur une ânesse et un petit âne, le petit d’une bête de somme“. » (Évangile selon Saint Matthieu, chapitre 21, 4-5)
Nous sommes ce peuple de Dieu qui va à la suite de Jésus. C’est la fête de l’Espérance. Le Fils unique de Dieu est venu et nous sommes sauvés. C’est cela la Bonne nouvelle du Salut. « Hosanna ! »
Le buis, béni au cours de la messe, symbolise la vie qui renaît à partir de la croix et la foi en la résurrection. L’Espérance traverse toute notre existence : c’est croire que la vie triomphe de la mort. Aller au cimetière et déposer des rameaux sur les tombes, c’est associer tous nos défunts à cette espérance de la résurrection, au cœur même de la souffrance de leur départ.

°°° - °°°

La messe Chrismale
Mardi 22 mars, mercredi 23 avril ou le matin du jeudi saint 24 mars (à Paris mercredi 23 mars à 18h30 à Notre-Dame de Paris)
Chaque année, dans tous les diocèses du monde, prêtres, diacres et fidèles se réunissent à la cathédrale autour de l’évêque, pasteur du lieu et héritier des apôtres, pour célébrer la messe chrismale.
C’est au cours de cette célébration que le saint chrême est consacré.
Chrême, du grec, huile, a donné aussi chrismal, Christ qui signifie « celui qui a reçu l’onction d’huile  ». Le roi d’Israël recevait de l’huile sur la tête lors de son sacre. Il devenait messie, «  frotté d’huile » en hébreu.
L’huile du saint chrême servira pour les baptêmes dès la nuit de Pâques puis tout au long de l’année pour les sacrements du baptême, de la confirmation et de l’ordre.
Deux autres huiles sont bénites : l’huile des catéchumènes (candidats au baptême) et l’huile des malades.

°°° - °°°

Jeudi Saint
Jeudi 24 mars 2016
- Institution de l’Eucharistie et Lavement des pieds
Entrée dans le mystère pascal
La messe du soir commémore le dernier repas, la Cène, que Jésus a partagée avec ses disciples au seuil de la nuit où il devait être livré pour être mis à mort.
Ce soir -là, Jésus institue l’Eucharistie. « Ainsi donc, chaque fois que vous mangez ce pain et que vous buvez à cette coupe, vous proclamez la mort du Seigneur, jusqu’à ce qu’il revienne. » (Première lettre de saint Paul aux Corinthiens, chapitre 11,26)
Au cours de ce même repas, Jésus lave les pieds de ses disciples (Évangile selon saint Jean, chapitre 13, 1-15). C’est la manifestation suprême de l’amour : Jésus, Dieu fait homme, se met à notre service.
Le repas de la cène et le lavement des pieds ont la même signification profonde : vivre de l’amour du Christ, c’est se mettre au service des autres, jusqu’à donner sa vie. Jésus nous demande :
« Comprenez-vous ce que je viens de faire ?  » et nous dit : « Vous devez, vous aussi vous laver les pieds les uns aux autres  ». C’est en signe de ce service que le jeudi saint le célébrant lave les pieds de plusieurs personnes avant de célébrer l’eucharistie. Quand jésus dit aux apôtres : « C’est un exemple que je vous donne », cela veut dire que ceux qui veulent le suivre doivent s’aider les uns les autres par amour et que l’eucharistie est la nourriture qui va leur donner la force de ce don sans limites, la force même de Jésus Christ qui se donne sur la croix et dans l’hostie consacrée.

°°° - °°°

- La veillée d’adoration
Au soir du Jeudi saint, l’Église a toujours eu à cœur de rester dans la prière avec le Christ.
La visite au Saint-Sacrement est dans le droit-fil de l’agonie de Jésus - de la racine grecque qui signifie combat - c’est le dernier combat du Fils de Dieu. Combat contre qui ? Contre quoi ? Contre la tentation d’abandonner, de se soustraire à la mort qui arrive.
Pour nous, il s’agit de demeurer dans la nuit, d’être là, dans le silence et la prière, près de Jésus.

°°° - °°°

Vendredi Saint
Vendredi 25 mars 2016
La Croix du Christ
En ce jour particulier, les chrétiens sont invités au jeûne (se nourrir du minimum pour vivre) et à l’abstinence (s’abstenir de viande). Bref, ce jour-là manger pour vivre, démarche de conversion afin de s’unir par le cœur et par le corps à la mort du Christ sur la croix.
L’Église convie les fidèles à participer :
- Au Chemin de Croix
Ce pèlerinage dans l’église ou dans le quartier propose une méditation sur les derniers moments de la vie de Jésus, depuis son arrestation jusqu’à sa mise au tombeau.
- A la célébration de la Passion
La lecture de la Passion selon l’évangile de saint Jean (Jean chapitres 18 et 19), la Présentation de la Croix et la Vénération de la Croix nous redisent les derniers moments de la vie du Christ et son immense amour pour nous.
Le Christ a rejoint le péché et la misère du monde. Lui qui n’a jamais péché prend sur lui tous les péchés et descend dans la mort pour y emporter toutes nos misères, nos souffrances et les vaincre. Définitivement. Puis le Père le fait renaître à la vie. Et comme Jésus est Dieu lui-même fait homme, tous les hommes ressusciteront après leur mort.
C’est le cœur de la foi chrétienne : l’Espérance en la vie éternelle.
C’est cela la Bonne Nouvelle du salut.
Participer à la liturgie donne sens à ce jour.
« Celui qui veut marcher à ma suite, qu’il prenne sa croix chaque jour et qu’il me suive  » (Luc 9, 23) : la croix dit toutes les limites de notre condition humaine et dorénavant avec Jésus ressuscité toute la promesse de la gloire de ressusciter avec lui.

°°° - °°°

Samedi Saint
Samedi 26 mars 2016
Le temps de l’attente
Il ne se passe rien. Rien de visible ; ou plutôt, soyons attentifs à l’absence. Dans le tabernacle, il n’y a plus d’hosties consacrées comme l’indique sa porte ouverte et l’absence de lumière. L’autel est nu. Le crucifix peut être voilé.
C’est comme une absence de Dieu. Où est ce Dieu puissant et absent dans la misère de l’homme ?
Quelle désespérance pour l’humanité si tout s’arrêtait là !

°°° - °°°

Dimanche de Pâques
Dimanche 27 mars 2016
L’Église célèbre la résurrection de Jésus.
C’est la clé de compréhension du Mystère Pascal.
Pâque désigne la fête juive qui commémore la sortie d’Égypte des Hébreux, Pessah. C’est durant cette fête où tous les juifs se retrouvaient à Jérusalem qu’a eu lieu la résurrection du Christ.
Par la mort et la résurrection du Christ, s’accomplit pleinement le dessein de Salut de Dieu. C’est le fondement de la foi chrétienne. Comme le dit Saint Paul : « Si le Christ n’est pas ressuscité notre prédication est vide et vide aussi votre foi  » (1 Corinthiens 15, 14) .

L’Église célèbre la résurrection du Christ :
- Au cours de la Vigile Pascale, veillée nocturne dans la nuit du samedi 26 au dimanche 27 mars 2016. C’est le cœur et le sommet de l’année liturgique. Elle débute par le feu Nouveau allumé dans la nuit sur le parvis, lumière du Ressuscité transmis à tous. Traditionnellement, des adultes demandant le baptême sont baptisés au cours de la veillée pascale. Les chrétiens sont invités à renouveler leur profession de foi baptismale.
La liturgie exprime la joie de la résurrection : les cloches sonnent dans la nuit. On chante à nouveau Alléluia : louange à Dieu !

- Le Dimanche de Pâques 27 mars, au cours de messes festives où le chant de l’Alléluia résonne avec force.

Les évangélistes ne prétendent pas rapporter comment s’est déroulée la résurrection. Personne n’a été témoin de cet événement. Les témoins nous disent ce qu’ils ont vu. Des femmes, des hommes, ses amis, les plus proche disciples qui avaient suivi Jésus pendant trois ans et l’ont vu mort, le reconnaissent ressuscité au milieu d’eux, bien vivant.
Or l’ange s’adressant aux femmes, leur dit « soyez sans crainte ! Je sais que vous cherchez Jésus le Crucifié. Il n’est pas ici, car il est ressuscité, comme il l’avait dit. Venez voir l’endroit où il reposait. Puis, vite, allez dire à ses disciples : “Il est ressuscité d’entre les morts ; il vous précède en Galilée : là, vous le verrez !“ » (Matthieu 28, 5-7)
Voir aussi : Marc 16, 5-8 ; Luc 24, 4-8 ; Jean 20, 1-10.

°°° - °°°

Le temps pascal
50 jours de Pâques à la Pentecôte.
C’est le temps que Jésus donne à ses Apôtres pour les faire passer de la peur et la tristesse à la joie et pour qu’ils se préparent à recevoir la force de l’Esprit.
L’Église comprend cette période comme un déploiement, en quelque sorte, du jour de Pâques où le Christ Jésus est ressuscité.

°°° - °°°

L’Ascension
Jeudi 5 mai 2016
" Le Seigneur Jésus, après leur avoir parlé, fut enlevé au ciel et s’assit à la droite de Dieu. Quant à eux, ils s’en allèrent proclamer partout la Bonne Nouvelle.{}" (Marc 16, 19-20a)

La présence du Christ sur terre s’achève avec l’Ascension.
L’Ascension fait partie de l’événement inouï de Pâques.
A la suite du Christ, qui a vaincu la mort en ressuscitant, les hommes appelés à la vie éternelle sont appelés, comme le Christ, à rejoindre Dieu et à vivre dans la gloire céleste (source : CEF)

Le Christ, avant de quitter les disciples les envoie en mission :
« Allez donc ! De toutes les nations faites des disciples, baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit et apprenez-leur à garder tous les commandements que je vous ai donnés. Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde.  » (Ce sont les dernières lignes de l’Évangile selon saint Matthieu, chapitre 28, 20).

Jésus leur laisse cette promesse, effective à la Pentecôte.
« Vous allez recevoir une force, celle du Saint-Esprit, qui viendra sur vous. Alors vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre.  » (Livre des Actes des Apôtre, chapitre, 8)

Jésus est rendu présent auprès des hommes d’une façon différente : par les sacrements (le baptême, l’eucharistie ...), par la présence auprès des plus petits et des plus faibles, par la prière, par l’engagement dans sa famille, dans la société, dans le travail ...

°°° - °°°

La Pentecôte
Dimanche 15 mai 2016
« Quand arriva le jour de la Pentecôte (le cinquantième jour après Pâques), ils se trouvaient réunis tous ensemble. Soudain il vint du ciel un bruit pareil à celui d’un violent coup de vent : toute la maison où ils se tenaient en fut rempli. Ils virent apparaître comme une sorte de feu qui se partageait en langue et qui se posa sur chacun d’eux.
Alors ils furent tous remplis de l’Esprit saint ; ils se mirent à parler en d’autres langues, et chacun s’exprimait selon le don de l’esprit.
 » (Actes des Apôtres 2, 1-4)

L’Église vit de ce don de l’Esprit.
Notre présence est d’être au cœur du monde, en vivant l’Évangile, en préparant le Royaume.
La fête de la Pentecôte doit nous renforcer dans l’idée que l’Esprit est agissant en nous. Il donne l’audace, la force du témoignage. Le livre des actes des Apôtres montre la puissance agissante de l’Esprit Saint.

C’est le même Esprit qui agit aujourd’hui !
°°° - °°°

Le Carême et Pâques 2016 (année C)

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse