Mai - Le Seigneur est mon berger !

Le Service de la catéchèse vous propose de préparer une rencontre sur le thème "Le Seigneur est mon berger" pour faire découvrir aux enfants qui est le bon berger et comment il prend soin de chacun.

Pour des petits, des enfants, des familles, une assemblée paroissiale... nous vous proposons des pistes de réflexion, des prières, des chants, des ateliers, des dessins, des jeux et les fiches techniques à télécharger.

Le quatrième dimanche de Pâques (17 avril 2016) est celui du Christ Bon Pasteur.
Ce thème convient aussi à d’autres moments de l’année : le temps ordinaire, à la veille ou au retour des vacances d’été.
Le service de la catéchèse du diocèse de Paris vous propose une rencontre à vivre avec des petits, des enfants, des familles, une assemblée paroissiale sur le thème : « Le Seigneur est mon Berger ! ».
L’objectif est de faire découvrir, avec le texte du prophète Ezéchiel (34, 11-16) qui parle du berger qui prend soin de ses brebis, comment le Seigneur, le Bon Berger, prend soin de chacun de nous.
Pour vous aider : des pistes de réflexion, une proposition de célébration, prières, chants, ateliers, dessins, jeux et fiches techniques à télécharger.

Sommaire

Lecture d’Ezéchiel - Comprendre pour transmettre - Proposition de célébration - Outils pour les activités - Qu’est-ce que la bénédiction ?

Lecture d’Ezéchiel 34, 11-16 - télécharger

Car ainsi parle le Seigneur Dieu : Voici que moi-même, je m’occuperai de mes brebis, et je veillerai sur elles.
Comme un berger veille sur les brebis de son troupeau quand elles sont dispersées, ainsi je veillerai sur mes brebis, et j’irai les délivrer dans tous les endroits où elles ont été dispersées un jour de nuages et de sombres nuées.
Je les ferai sortir d’entre les peuples, je les rassemblerai des différents pays et je les ramènerai sur leur terre ; je les ferai paître sur les montagnes d’Israël, dans les vallées, dans les endroits les meilleurs.
Je les ferai paître dans un bon pâturage, et leurs prairies seront sur les hauteurs d’Israël. Là, mes brebis se reposeront dans de belles prairies, elles brouteront dans de gras pâturages, sur les monts d’Israël.
C’est moi qui ferai paître mon troupeau, et c’est moi qui le ferai reposer, – oracle du Seigneur Dieu.
La brebis perdue, je la chercherai ; l’égarée, je la ramènerai. Celle qui est blessée, je la panserai. Celle qui est malade, je lui rendrai des forces. Celle qui est grasse et vigoureuse, je la garderai, je la ferai paître selon le droit.

Comprendre pour transmettre

Un peu d’histoire
Le peuple d’Israël, vers l’an 1000, a David comme roi. Il fait de Jérusalem sa capitale. Salomon lui succède et construit un Temple pour Dieu.
Après lui, le royaume se divise en deux : au nord : Israël, au sud Juda.
De nombreux rois se succèdent, et nombreux sont ceux dont il est dit dans la Bible “il fit ce qui déplait au Seigneur“.
De puissants voisins : l’Egypte, l’Assyrie et la Babylonie, veulent s’emparer du pays.

Ezéchiel est alors prêtre au Temple de Jérusalem.
Son ministère de prophète se situe entre les années 593 et 571 avant Jésus Christ, avant et après la chute de Jérusalem.
Cette période est l’une des plus tragiques de l’histoire d’Israël.
Soumis au roi de Babylone, Nabuchodonosor, le royaume de Juda se révolte.
En 597 avant Jésus-Christ, le roi de Babylone prend Jérusalem.
Le roi de Juda, sa famille, l’élite de l’armée, des prêtres et des artisans sont déportés en Babylonie.

Le Seigneur ne les abandonne pas et suscitera un prophète, Ezéchiel, parmi les premiers déportés.
Ezéchiel est choisi par le Seigneur pour parler à son peuple en exil et de lui faire comprendre que le Seigneur parle, même en exil.
Pour le peuple d’Israël, la rencontre avec le Seigneur n’était possible qu’au Temple, lieu où on pouvait offrir des sacrifices.

Une deuxième fois Jérusalem est conquise par le roi Nabuchodonosor. En 587, la ville et son Temple sont détruits. Ceux qui ont une fonction importante sont emmenés en exil, rejoindre ceux qui les ont précédés en 597. Le royaume de Juda a disparu.

Message d’Ezéchiel
Pour les exilés, le message d’Ezéchiel est rempli d’espérance.
Si le prophète a annoncé au peuple ce malheur comme le résultat de son infidélité, il fait comprendre aux exilés que ce malheur est un signe qui les appelle à être fidèles à l’Alliance de Dieu. Le Seigneur ne les abandonne pas. Il leur donne un cœur nouveau. Il les fera revenir dans leur pays. Il rassemblera son peuple tel un berger son troupeau. Il le fera paître sur les monts d’Israël. Ce nouveau peuple, il le confiera à son prince, “ futur David“, que le prophète Isaïe a annoncé.
JPEG

Ézéchiel chapitre 34
Le passage sur les pasteurs d’Israël est sans doute l’un des plus connus du livre d’Ézéchiel.
Ézéchiel accuse les autorités comme responsables de l’exil à Babylone. Il dénonce aussi les rapports entre les membres du peuple d’Israël : le fort profite du faible.
L’action du Seigneur se situe là où la faute s’enracine.
Les responsables politiques ont provoqué la dispersion, Ézéchiel parle de rassemblement.
Trop souvent les pasteurs ont accaparé leur mission pour en faire une affaire personnelle. Ézéchiel promet que le Seigneur va s’occuper de son peuple pour son bien.
L’espérance n’est pas détruite, le peuple a encore une vie possible devant lui.
Débarrassé des mauvais guides, il trouvera la paix et la prospérité sous la protection du bon pasteur, le Seigneur lui-même, au pays dans lequel Dieu le fera revenir.

Le pasteur dans la Bible
Pasteurs et troupeau sont très évocateurs pour une civilisation pastorale.
Abel est pasteur de petits bétails (Gn 4, 2), Moïse conduit les troupeaux de Jéthro son beau-père (Ex 3,1)…
Même si par la suite la vie devient plus sédentaire, les grands propriétaires ont d’importants troupeaux. David gardait le troupeau. Le Seigneur le choisit comme nouveau roi. (1 Samuel 16, 1-13)

Dans le langage du Proche-Orient ancien, les rois sont appelés bergers de leur peuple.
Si le titre de pasteur n’est pas explicitement donné aux rois d’Israël, ce rôle leur est toutefois donné.
La comparaison du berger menant son troupeau avec celui qui dirige est parlante.
Le pasteur est un chef et un compagnon. Il est capable de défendre son troupeau contre les bêtes sauvages et il prend soin de ses brebis. Ainsi doivent le faire ceux qui sont responsables du peuple d’Israël.

JPEG

Dieu a confié son Peuple à des bergers : rois, prêtres, prophètes. Beaucoup ont failli à leur tâche. Ézéchiel annonce que Dieu enverra un vrai berger. Dans l’Évangile de Jean, le Christ se présente comme le bon pasteur : «  Je suis le bon pasteur, le vrai berger. Le vrai berger donne sa vie pour ses brebis.  » (Jean 10,11)
Le Christ donnera sa vie, sur la Croix, par amour, pour chacun de nous.

Avant de remonter vers son Père Jésus confie cette tâche de prendre soin du troupeau à l’Apôtre Pierre : « Sois le berger de mes agneaux  » (Jn 21,15)
Pierre est le premier pape.

Le pasteur aujourd’hui
Aujourd’hui, le pape François et les évêques, successeurs des Apôtres, veillent sur les chrétiens, comme un bon pasteur veille sur ses brebis.

L’évêque guide, prévient du danger, prend soin de ceux qui lui sont confiés comme un berger pour son troupeau.
Au cours des célébrations, pour signifier son rôle de pasteur, le pape ou l’évêque marche avec une crosse qui représente la houlette du berger.
La houlette est ce bâton avec une extrémité recourbée qui permet de tirer la brebis d’un endroit dont elle n’arrive pas à sortir.
Certains évêques portent le pallium sur les épaules. C’est une pièce tissée avec de la laine d’agneau venant d’agneaux bénis par le pape le jour de la sainte Agnès, le 21 janvier.

Symbole de la brebis perdue, recherchée, sauvée par le Bon Pasteur et placée sur ses épaules, le pallium est aussi le symbole du Christ, l’agneau de Dieu, qui donne sa vie pour chacun de nous pour nous sauver de la mort et du péché.
Le pape François aime parler des pasteurs qui sont au milieu de leur troupeau et qui portent l’odeur des brebis.
Le Pape rend visite à une crèche vivante dans une paroisse romaine (6 janvier 2014)

Nous pouvons prier avec le psaume 22 :

Proposition de célébration

Téléchargez la proposition de célébration pour les 3-8 ans (cliquez sur l’image)

PDF - 555.6 ko
Célébration - Le Seigneur est mon Berger
© Diocèse de Paris - Service Catéchèse

Outils pour les activités

Evangile - Comprendre pour transmettre - Proposition de célébration

Dessins de Catherine Ansaldo pour le Service de la catéchèse du diocèse de Paris

Eléments pour le montage en 3D et panneau
(Voir en bas de page des illustrations)

Pour éviter le gaspillage, n’imprimez que les pages que vous souhaitez utiliser à l’intérieur de chaque document !

PDF - 11.2 Mo
Téléchargez l’animation en couleur
© Catherine Ansaldo
PDF - 3.2 Mo
Téléchargez l’animation en noir et blanc
© Catherine Ansaldo

Le petit berger et ses moutons (support de discussion)

PDF - 925 ko
Le petit berger et ses moutons en couleur
PDF - 568.3 ko
Le petit berger et ses moutons à colorier

Coloriage et jeux

PDF - 491 ko
Le coloriage du berger
PDF - 935.8 ko
Aide le berger à retrouver ses 10 moutons !
PDF - 2.2 Mo
Trouve les 8 erreurs entre les deux dessins

Tout pour la "pêche" aux brebis

PDF - 253.4 ko
Les brebis laineuses à fabriquer
PDF - 253.5 ko
Fiche technique : la brebis laineuse
PDF - 308 ko
Fiche technique : la houlette


fabrication des houlettes
pour la "pêche" aux brebis

La pêche au mouton
La houlette

Chant gestué :

PDF - 2.4 Mo
Jésus mon berger

Séances et activités pour toute l’année

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse