Quand le chant rapproche les religions

Pour sa première édition, en 2016, la Nuit sacrée à St-Merry (4e) avait attiré 2500 personnes. Fort de ce succès, cet événement interreligieux et musical est à nouveau programmé le dimanche 4 juin, à partir de 19h.

JPEG - 359.9 ko
L’Ensemble choral Copernic a fait résonner de la musique juive à St-Merry (4e) lors de la Nuit sacrée, en 2016.
© Florence Carillon

L’initiative est loin d’être habituelle. Bouddhistes, chrétiens, juifs, hindouistes et musulmans, se sont rassemblés dans… une église. C’était dans la nuit du 28 au 29 mai 2016, à St-Merry (4e). Huit chorales se sont succédé pour chanter Dieu ou le sacré, selon leur répertoire. « Ce qui est frappant, c’est que tout le monde est resté jusqu’au bout pour écouter l’autre », raconte le P. Daniel Duigou, curé de St-Merry. À la grande surprise des organisateurs – le Centre pastoral Saint-Merry et le mouvement Coexister –, 2500 personnes, dont beaucoup de jeunes, étaient au rendez-vous de cette première édition.

Les communautés spirituelles participantes n’ont pas seulement voulu passer un bon moment ensemble, mais aussi envoyer un message de tolérance. Dans un manifeste, leurs responsables ont affirmé qu’à travers cette Nuit sacrée, ils posaient « un acte fort de paix et de fraternité, de liberté et de responsabilité » afin de lutter contre la « dangereuse tendance » de notre société « à la négation de l’altérité qui participe au fondement de l’humanité ». C’est le P. Daniel Duigou qui est à l’origine de ce projet : « Il ne suffit pas de dire que l’avenir du monde passera par le dialogue et la paix entre les religions, il faut faire quelque chose. C’est pourquoi, nous avons voulu provoquer un événement à la fois religieux, musical, politique et social pour relever ce défi du monde d’aujourd’hui. » Convaincu que le « Christ se révèle au cœur de la rencontre entre les hommes, dans leurs différences », il est important pour lui de prendre le temps d’ « écouter la valeur spirituelle de l’autre ».

Pour sa deuxième édition, la Nuit sacrée, monte en puissance. Du dimanche 4 juin, à 19h, au lundi 5 juin, à 7h, quinze chorales et ensembles musicaux, issus de diverses traditions spirituelles, se produiront à St-Merry. Un programme très varié entre les chants de tradition soufie de l’Ensemble Safa, le rap chrétien de Kodjo Bonina and friends, ou encore la musique liturgique juive de l’Ensemble choral Copernic. « Ce n’est pas du syncrétisme, ni un spectacle, tient à préciser Michel Bourdeau, coordinateur de la Nuit sacrée 2017. Notre démarche, c’est d’entendre comment les autres parlent de Dieu ou du sacré. Nous, chrétiens, pouvons en apprendre quelque chose. » Il remarque que « plusieurs chorales venues l’an dernier ont tellement apprécié qu’elles ont demandé à revenir ». Cette année, la soirée sera aussi ponctuée par la lecture de textes spirituels ou profanes sur le thème du Souffle. Un fil conducteur choisi en lien avec la fête de la Pentecôte qui tombe le même jour.

Ce n’est pas un hasard si la Nuit sacrée est portée par le Centre pastoral Saint- Merry qui a reçu, en 1975, de la part du cardinal François Marty, archevêque de Paris à l’époque, une mission dans le quartier des Halles-Beaubourg. Pour le P. Duigou, cet événement est une manière de « respecter le mandat donné par le cardinal Marty de “faire Église autrement” ».

Céline Marcon

Infos

76 rue de la Verrerie, 4e ; saintmerry.org ;
saint-merry.contact@orange.fr

Articles

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse