"Quel monde voulons-nous pour demain ?" C’est sur cette question que se sont ouverts le 18 janvier 2018 les États généraux de la bioéthique. Ceux-ci doivent durer six mois et aboutiront à une nouvelle loi sur la bioéthique à la fin de l’année 2018.

« Nous croyons aux bienfaits des progrès de la connaissance et de la science. Mais nous croyons aussi que la réflexion et le discernement sur le bon usage des nouvelles découvertes fondent la capacité de l’humanité à bâtir une société toujours plus humaine au service des plus vulnérables et des plus faibles. » Mgr Aupetit, archevêque de Paris.

11 sujets vont être abordés pendant ces États généraux :

1. La recherche sur l’embryon humain
2. Le diagnostic prénatal (DPN)
3. La thérapie génique germinale
4. Le don d’organes
5. Méga données / Big data
6. L’intelligence artificielle (IA)
7. Interactions Biologie/Psychisme
8. La procréation médicalement assistée (PMA)
9. Le don de gamètes
10. La gestation pour autrui (GPA)
11. La fin de vie

L’ensemble des consultations seront signalées sur un site participatif, site officiel des États généraux de la bioéthique, organisés par le Comité consultatif national d’éthique.

- Rencontres, rendez-vous, colloques : toutes les dates pour participer au débat public à Paris et s’inscrire en ligne.

Dans ce cadre, vous êtes tous invités à faire valoir votre avis sur des sujets fondamentaux pour la personne humaine et l’avenir de notre monde.

C’est avec le dispositif suivant que le diocèse de Paris se propose de vous aider à avancer dans une démarche de réflexion et de formation :
• des fiches bioéthiques synthétiques et complètes
• La diffusion massive d’un livret « Comprendre les enjeux de la révision des lois de bioéthique » reprenant ces fiches
• L’organisation de 5 soirées bioéthiques en présence de Mgr Aupetit
• La programmation de la Veillée de prière pour la vie à Notre-Dame de Paris

« Le respect de la dignité humaine ne peut en aucune façon ne pas tenir compte de ce principe : il faut que chacun considère son prochain, sans aucune exception, comme “un autre lui-même”, (qu’il) tienne compte avant tout de son existence et des moyens qui lui sont nécessaires pour vivre dignement ». (Compendium de la Doctrine sociale de l’Église)

Outils 2018

Actualités

Thèmes bioéthiques

Textes officiels

Prier pour la vie

Fiches thématiques

Fiches synthétiques

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse