La Maison Bakhita

La mission : soutenir, promouvoir, intégrer

La Maison Bakhita porte une double mission :

S’appuyant sur les associations compétentes, la Maison Bakhita met à disposition des bénévoles des formations et des temps d’évaluation pour les soutenir dans leur mission. Lieu de synergie, elle permet de croiser les expertises, partager expériences et difficultés, encourager et créer les conditions d’un engagement pérenne.

avec le soutien de la Fondation Notre Dame.
www.fondationnotredame.fr

La maison

Fin 2017, le cardinal André Vingt-Trois et Mgr Michel Aupetit demandent à l’Église de Paris de renouveler ses efforts pour promouvoir et intégrer les personnes migrantes en se mettant au service de ceux qui les accueillent et qui les protègent.

Dans cette perspective, dès 2018, responsables d’associations, bénévoles, paroissiens, congrégations religieuses et personnes migrantes ont été invités à exprimer leurs besoins, dans des groupes de travail et lors de rencontres locales. En mars 2019 lors d’une matinée dédiée au recueil de leur parole, cinquante personnes migrantes et cinquante bénévoles, parmi lesquels d’anciennes personnes migrantes, se sont exprimés.

Leurs principales attentes concernent :

  • la formation des bénévoles,
  • la coordination des actions existantes et la mutualisation des moyens,
  • l’accompagnement des personnes migrantes vers les formations professionnelles et vers l’emploi,
  • une attention particulière portée aux femmes migrantes et à leurs enfants,
  • la création de liens avec les paroisses et avec les Parisiens.

Une approche innovante : la maison de famille

La Maison Bakhita est pensée pour être un lieu d’accueil des migrants qui lui sont adressés par les structures partenaires de premier accueil. Elle leur propose des activités en complément de celles déjà organisées par ces structures.

Lieu d’amitié, de rencontre et de partage, elle proposera notamment :

-* des formations de qualité (cours intensifs de français langue étrangère, conversation…),

  • des accompagnements vers l’emploi (cellule d’orientation composée d’intervenants du monde de la formation professionnelle, de l’entreprise et du secteur social ; partenariats avec des centres de formations ; formations « tremplin » pour développer les chances de réussite aux sélections professionnelles ; mises en relation…),
  • des ateliers professionnels (petites réparations, cuisine, couture, menuiserie…),
  • des services particulièrement adaptés aux femmes et à leurs enfants (micro-crèche partagée par les enfants de migrants et d’habitants du quartier ; aide aux devoirs pour les écoles locales ; accompagnements à la parentalité ; cuisine ouverte aux familles logées à l’hôtel),
  • des échanges culturels et artistiques (expositions, ateliers de photographie ou de musique…),
  • des événements (formations, rencontres…) « hors les murs » ouverts à tous.

Une méthode : le collectif

Ce projet s’appuie sur l’impact collectif. La Maison Bakhita bénéficie de l’expérience, de l’engagement et du soutien actif de quarante partenaires. Le projet a été élaboré par ces associations et par une cinquantaine de personnes migrantes coconceptrices, qui sont les plus à même de connaître les besoins des migrants.
L’objectif n’est pas de reproduire ce qui existe déjà dans d’autres structures, mais de mutualiser des moyens au service d’objectifs définis en commun.

Parmi les quarante associations qui ont contribué au projet de la Maison Bakhita, plusieurs seront présentes sur place, soit pour faire bénéficier les autres bénévoles de leur expérience, soit pour proposer directement des ateliers ou formations aux personnes migrantes.

Nous remercions :

Action Emploi Réfugiés, Adage, Alpha Chaillot, ASSFAM, Aux Captifs la libération, Chambre des métiers de la Cité des Sciences et de l’Industrie, CNAM, CoExister, Collectif FLE, Depaul, Dorothy Coffea, Emmaüs France, Fabrique nomade, Fédération des acteurs de la solidarité Ile de France, GEIQ Ile de France, GRDR, JRS, Kodiko, La Cimade, Lebloc, Le Cèdre, Le Français pour tous, Auteuil Petite Enfance, Les Champs de Booz, Les EDC, L’Ile aux langues, L’œuvre d’Orient, Mosaïques9, Notre Dame de Tanger, L’Ordre de Malte France, Paroisse Saint Denys de la Chapelle, Pierre Claver, Réseau Chrétien immigré, Sant’Egidio, Secours catholique - Caritas France, Secours emploi, Société de Saint-Vincent de Paul, Solidarités nouvelles face au chômage, Tandem Réfugiés, Visemploi

  • Depuis 2018 : réflexion et définition du projet par des groupes de travail associant largement structures partenaires et personnes migrantes
  • 8 septembre 2019 : portes ouvertes de la future Maison Bakhita (lire le compte-rendu)
  • Depuis septembre 2019 : événements « Bakhita hors les murs »
  • Février 2020 : constitution du conseil d’administration
  • Mai 2020 : recrutement d’une directrice
  • A partir de juillet 2020 : début des travaux de la Maison
  • Fin janvier 2021 : livraison du chantier
  • 8 février 2021, le jour de la Sainte Bakhita : inauguration de la Maison Bakhita.

Bakhita Hors les murs
En attendant son inauguration, la Maison Bakhita :
-  incite les paroisses et les Parisiens à s’impliquer davantage au service des personnes migrantes,
-  met en œuvre certaines activités dans les paroisses,
-  continue de croiser les pratiques des différents acteurs,
-  développe, au profit de tous, les partenariats initiés notamment en matière de formation professionnelle et d’accompagnement vers l’emploi.

Sainte Joséphine Bakhita

Religieuse (✝ 1947)
Giuseppina Bakhita (1869-1947), soudanaise, esclave puis religieuse.
La Mère Noire - comme l’appelaient affectueusement les gens qui la connaissaient - s’éteint le 8 février 1947. Le pape Jean Paul II a béatifié Joséphine Bakhita le 17 mai 1992. Elle a été déclarée sainte le 1er octobre 2000.

Née au Soudan dans la région du Darfour, elle est enlevée toute jeune, vendue plusieurs fois à des marchands d’esclaves et subit la torture et la souffrance. Enfin libérée, elle devient chrétienne puis religieuse à Venise chez les Filles de la Charité, passe le reste de sa vie dans le Christ à Schio, au pays de Vicence, en subvenant aux besoins de tous, et y meurt en 1947.

« ô Seigneur, si je pouvais voler là-bas, auprès de mes gens et prêcher à tous à grands cris ta bonté : Oh, combien d’âmes je pourrais te conquérir ! Tout d’abord ma mère et mon père, mes frères, ma sœur encore esclave... tous, tous les pauvres Noirs de l’Afrique, fais, ô Jésus, qu’eux aussi te connaissent et t’aiment ! »

Source

Soutenir la Maison Bakhita

Devenez donateur

Pour faire grandir ce projet et le rendre pérenne, votre contribution nous est précieuse.

Pour nous aider, vous pouvez adresser votre don :

66% de votre don déductibles de votre impôt sur le revenu
75% de votre don déductibles de votre IFI.

La Maison Bakhita recherche des bailleurs

Vous connaissez une entreprise ou une fondation qui pourrait être intéressée de s’investir dans le projet ?
N’hésitez pas à nous contacter : contact@maisonbakhita.fr

Devenez bénévole

Vous souhaitez vous engager au sein de la Maison Bakhita ?

- Que vous ayez des compétences en animation, en accompagnement, en insertion, en Français Langue Étrangère, en cuisine, en musique... ou dans un autre domaine
- Que vous ayez 2 heures, 1 jour ou plus à offrir par semaine
- Que vous ayez 25, 40 ou 70 ans
- Que vous ayez ou non de l’expérience auprès des personnes migrantes

>> Votre engagement au sein du projet est le bienvenu !

Contactez-nous par mail contact@maisonbakhita.fr ou par téléphone : 01 78 91 92 40 et nous étudierons ensemble comment vous mettre au service du projet.

Contact

La Maison Bakhita

Siège : 10 rue du Cloître Notre Dame, 75004 Paris
Futur site : 5 ter rue Jean Cottin, 75018 Paris
Tel. : 01 78 91 92 40
contact@maisonbakhita.fr