Le Carême et Pâques 2018 (année B)

Le CARÊME c’est :
- 40 jours pour se préparer à la fête de PÂQUES.
- 40 jours pour se retourner vers Dieu.


Jésus nous donne plusieurs moyens pour avancer : la prière, le partage, le jeûne et le Pardon donné et reçu.

- La prière  : pour consacrer du temps à Dieu, rien que pour lui, comme à un ami qu’on aime.

- Le partage : pour montrer que l’amour que nous devons avoir les uns pour les autres est vrai, qu’il n’est pas seulement dans les mots mais dans les actes. C’est une des formes de la charité cliquez ici

- Le jeûne : pour faire de la place dans son cœur, sortir de ses habitudes de confort, et ainsi être plus disponible à Dieu et aux autres.

- le sacrement de Réconciliation, le pardon de Dieu : pour préparer son cœur et se rapprocher de Jésus.

Découvrez les propositions pour le Carême et Pâques 2015 :

- Un grand puzzle à reconstituer tout au long du carême avec les textes de l’année B.
- Un article sur le mystère pascal,
- Se préparer à recevoir : le sacrement du pardon et de la réconciliation avec les enfants
- Se préparer à recevoir le pardon de Dieu avec les 10 Paroles de Vie
- Une lecture d’image sur "Moïse reçoit les tables de la loi "
- Un jardin de Pâques à fabriquer pendant la semaine Sainte.
- Un petit livret pour accompagner les enfants durant la semaine sainte et jusqu’à la Pentecôte.
- Une célébration pour enfant de 3 à 7 ans : Célébration “Des Rameaux au Samedi saint”.
- Célébrons Pâques avec les enfants et les plus petits

- Une célébration Avec les pèlerins d’Emmaüs rencontrons le Christ ressuscité, présent dans sa Parole et au milieu de la communauté rassemblée. Cet Évangile est proclamé le soir de Pâques, le mercredi de Pâques (le 8 avril) et le 3ème dimanche de Pâques (le 19 avril).

Chers frères et sœurs,

Le Carême est un temps de renouveau pour l’Église, pour les communautés et pour chaque fidèle. Mais c’est surtout un « temps de grâce » (2 Co 6,2). Dieu ne nous demande rien qu’il ne nous ait donné auparavant : « Nous aimons parce que Dieu lui-même nous a aimés le premier » (1 Jn4, 19). Il n’est pas indifférent à nous. Il porte chacun de nous dans son cœur, il nous connaît par notre nom, il prend soin de nous et il nous cherche quand nous l’abandonnons. Chacun de nous l’intéresse ; son amour l’empêche d’être indifférent à ce qui nous arrive. Mais il arrive que, quand nous allons bien et nous prenons nos aises, nous oublions sûrement de penser aux autres (ce que Dieu le Père ne fait jamais), nous ne nous intéressons plus à leurs problèmes, à leurs souffrances et aux injustices qu’ils subissent… alors notre cœur tombe dans l’indifférence.

Un des défis les plus urgents sur lesquels je veux m’arrêter dans ce message, est celui de la mondialisation de l’indifférence. L’indifférence envers son prochain et envers Dieu est une tentation réelle même pour nous, chrétien. C’est pourquoi, le peuple de Dieu a besoin de renouveau, pour ne pas devenir indifférent et se renfermer sur lui-même.
Pour dépasser l’indifférence et nos prétentions de toute-puissance, je voudrais demander à tous de vivre ce temps de Carême comme un parcours de formation du cœur, comme l’a dit Benoît XVI (cf. Lett. Enc. Deus caritas est, n. 31). Avoir un cœur miséricordieux ne veut pas dire avoir un cœur faible. Celui qui veut être miséricordieux a besoin d’un cœur fort, solide, fermé au tentateur, mais ouvert à Dieu. Un cœur qui se laisse pénétrer par l’Esprit et porter sur les voies de l’amour qui conduisent à nos frères et à nos sœurs. Au fond, un cœur pauvre, qui connaisse en fait ses propres pauvretés et qui se dépense pour l’autre.

Pour cela, chers frères et sœurs, je désire prier avec vous le Christ en ce Carême : « Fac cor nostrum secundum cor tuum » : « Rends notre cœur semblable au tien » (Litanies du Sacré Cœur de Jésus). Alors nous aurons un cœur fort et miséricordieux, vigilant et généreux, qui ne se laisse pas enfermer en lui-même et qui ne tombe pas dans le vertige de la mondialisation de l’indifférence. Avec ce souhait, je vous assure de ma prière afin que chaque croyant et chaque communauté ecclésiale parcourt avec fruit le chemin du Carême, et je vous demande de prier pour moi. Que le Seigneur vous bénisse et que la Vierge Marie vous garde.

Pape François, extrait du message de Carême 2015.
Pour lire l’intégralité du message, cliquez ici.

Le Carême et Pâques 2018 (année B)

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse