Lutte contre la pédophilie et les agressions sexuelles

Comment contacter le diocèse de Paris en toute confidentialité ?

Afin de faciliter une démarche par nature difficile, mais nécessaire, une adresse de messagerie est dédiée à ces sujets :

signalement@diocese-paris.net

Vous pouvez également contacter par courrier :
Mgr Thibaut Verny
Diocèse de Paris
10 rue du Cloître Notre-Dame
75004 Paris

Quel est le dispositif d’accueil et d’écoute proposé ?

Les messages envoyés à cette adresse sont directement réceptionnés par Mgr Thibaut Verny, évêque auxiliaire du diocèse de Paris, en charge de la coordination de la lutte contre les abus au sein du diocèse.

JPEG - 43.5 ko
Mgr Thibaut Verny
© Diocèse de Paris

Une fois votre message reçu, nous vous proposerons alors :
- soit de rencontrer Mgr Thibaut Verny, qui est systématiquement accompagné d’un co-écouteur ;
- soit de rencontrer une cellule de médiation, composée de deux psychologues/victimologues.

Dans le cadre d’un protocole d’accord signé en 2019 entre le Diocèse de Paris et le parquet de Paris, tout témoignage paraissant vraisemblable sera alors directement transmis au parquet de Paris.

Protocole d’accord entre le Parquet de Paris et le diocèse de Paris du 5 septembre 2019

« Par ce texte, toutes les dénonciations d’infractions sexuelles paraissant vraisemblables, sont transmises au parquet de Paris par la voie d’un signalement, sans qu’il soit nécessaire que la victime ait au préalable déposé plainte. Les agissements sexuels dénoncés peuvent être de nature délictuelle ou criminelle, commis sur des mineurs ou des majeurs par un membre du clergé ou par un personnel laïc travaillant pour un établissement ou un organisme relevant de l’Église catholique. »
Voir le communiqué

Ce dispositif a pour objectif d’accueillir pleinement la parole de toute personne sur ces sujets difficiles, et que chacun puisse, en confiance, être accompagné et suivi selon ses souhaits. Il permet également de garantir que la relation établie avec les victimes et leur famille puisse être suivie sur le long terme, et que la situation des prêtres concernés puisse être régulièrement réévaluée avec prudence, et dans le plus grand respect du droit civil et canonique.

Dossier “Protection des plus fragiles”