Depuis le début du XXe siècle, on entend par œcuménisme le vaste mouvement de chemin vers l’unité entre les confessions chrétiennes qui s’est dessiné (et qui s’est d’abord dessiné en dehors de l’Église catholique). L’Église catholique l’a rejoint progressivement ce qui ne veut pas dire qu’il n’y a pas eu de signes annonciateurs de cette participation au dialogue œcuménique.

Quelques repères philologiques sont précieux : par exemple, très tôt au VIe siècle, le patriarcat de Constantinople se fait appeler le patriarcat œcuménique pour signifier sa prééminence aux autres Églises. L’expression “œcuménique” va aussi servir à définir cette longue période de l’histoire de l’Église où les chrétiens se rassemblent à travers la personne de leurs évêques dans des Conciles qu’on appelle Conciles œcuméniques.

Oekuméne, c’est l’Église universelle. Le mot vient de Oikia : la maison. En Occident, il faudra attendre la Réforme pour que ce mot soit mis en valeur : il désigne alors la plénitude et l’unité de l’Église universelle. On trouve le sens moderne du mot au XIXe siècle. Quant au substantif “œcuménisme”, il sera lui-même accrédité par Yves Congar en 1937.

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse