Quelle écologie intégrale ?

La Doctrine Sociale de l’Église s’intéresse à cette question depuis le XIXème siècle, pour nous accompagner vers un objectif : articuler engagement et foi chrétienne et mener une existence unifiée par le Christ.

"A l’écoute de la clameur de la terre et de la clameur des pauvres" (Laudato Si, 49)

Le week-end

Un éclairage chrétien sur les grands enjeux environnementaux et humains de notre temps. Un WE de formation et de réflexion au Collège des Bernardins rassemblaient les jeunes du diocèse de Paris les 8 et 9 février 2020 sur la question de l’écologie intégrale, à la lumière de l’encyclique Laudato Si.

Construit autour de conférences, d’ateliers, de témoignages et de temps de partage, cet événement s’adressait aux étudiants et jeunes actifs (20-35 ans). Retrouvez les podcasts sur ce site !

Intervenants

Xavier Ricard Lanata

Xavier Ricard Lanata participait à la table ronde du samedi 8 février 2020, “Qu’est ce qu’une écologie intégrale ?”.

Elena Lasida

Elena Lasida animait la conférence du samedi 8 février 2020, "État des lieux du monde".

Violaine Ricard

Violaine Ricard animait la table ronde du samedi 8 février 2020, “Qu’est ce qu’une écologie intégrale ?”.

Olivier Rey

Olivier Rey participait à la table ronde du samedi 8 février 2020, "Qu’est ce qu’une écologie intégrale ?".

Fabrice Hadjadj

Fabrice Hadjadj animait la conférence du samedi 8 février, "La racine anthropologique de la crise écologique".

Père Olric de Gélis

Le père Olric de Gélis animait la conférence du dimanche 9 février : « Quelle conversion pour quelle action ? »

Louise Roblin

Louise Roblin animait dans la table ronde du dimanche 9 février 2020, “Quelle conversion écologique ?”.

Bertrand Badré

Bertrand Badré intervenait dans la table ronde du dimanche 9 février 2020, “Quelle conversion écologique ?”.

Ghislain Gomart

Ghislain Gomart intervenait dans la table ronde du dimanche 9 février 2020, “Quelle conversion écologique ?”.

Marie-Hélène Lafage

Marie-Hélène Lafage intervenait dans la table ronde du dimanche 9 février 2020, “Quelle conversion écologique ?”

Les podcasts

Introduction du WE

- Cliquez ici pour télécharger le podcast

Introduction de Laurent Landete

- Cliquez ici pour télécharger le podcast

Introduction du Père Benoît Aubert

- Cliquez ici pour télécharger le podcast

Conférence d’Elena Lasida - États des lieux du monde

- Cliquez ici pour télécharger le podcast

Questions-réponses

- Cliquez ici pour télécharger le podcast

Table-ronde - Qu’est ce qu’une écologie intégrale ?

Animée par Violaine Ricard, avec Xavier Ricard Lanata et Olivier Rey

- Cliquez ici pour télécharger le podcast

Questions-réponses

- Cliquez ici pour télécharger le podcast

Conférence de Fabrice Hadjadj - La racine anthropologique de la crise écologique

- Cliquez ici pour télécharger le podcast

Questions-réponses

- Cliquez ici pour télécharger le podcast

Conférence du Père Olric de Gélis - Quelle conversion pour quelle action ?

- Cliquez ici pour télécharger le podcast

Questions-réponses

- Cliquez ici pour télécharger le podcast

Table-ronde - Quelle conversion écologique ?

Animée par Louise Roblin, avec Bertrand Badré, Olivier Rey et Ghislain Gomart

- Cliquez ici pour télécharger le podcast

Questions-réponses

- Cliquez ici pour télécharger le podcast

Mot de conclusion et prière de saint François

- Cliquez ici pour télécharger le podcast

Ateliers

Les ateliers réuniront une trentaine de jeunes par session autour d’un intervenant et permettront de creuser différentes facettes du thème du week-end. Ces ateliers se déroulent sur deux tranches horaires durant l’après-midi du samedi.

Ateliers proposés :

• Écologie maison
• Responsabilité sociétale et environnementale des entreprises
• Agriculture et rapport à la terre
• Économie circulaire : 0-déchet ?
• Consommer, posséder, accumuler
• Transmettre et éduquer à l’écologie
• Homme limité ou homme augmenté
• Crise écologique et migratoire ?
• Transition écologique et justice sociale
• Écologie et politique

La moitié des jeunes participe à ces ateliers durant une tranche horaire pendant que l’autre prend part à une discussion autour d’un documentaire. La deuxième tranche horaire permet d’intervertir les deux groupes pour permettre à tous les jeunes de participer aux ateliers.

Les inscriptions aux ateliers sont sous réserve de la place restante disponible.

Le choix des ateliers se fait au moment de l’inscription au week-end (en bas de page).

Caroline Bernay et Amélie Gentilhomme ont créé à Paris des petits ateliers pour
sensibiliser au zéro déchet et proposer des gestes simples du quotidien plus
écologiques ! Elles proposent une réflexion sur les motivations et le sens de ce mode
de vie, puis des propositions pratiques pour chaque pièce de la maison, et chaque
aspect de notre consommation pour vivre Laudato Si à domicile.

Caroline Bernay et Amélie Gentilhomme animeront l’atelier “Ecologie maison”

Patrice Valantin a une première carrière d’officier, puis d’entrepreneur. Fondateur de l’entreprise Dervenn en 2002, spécialisée en travaux et études de génie écologique, il la quitte en 2016 pour créer l’entreprise Reizhan, dont l’objectif est simplement la révolution par l’économie vivante. Il est également le directeur du parcours IRVIN et le président d’OEtopia dont l’objectif est de penser et créer les bases d’une société préservant la dignité de l’homme. Il indique que « l’adversaire n’est pas tant l’économie elle-même que sa finalité : c’est actuellement la maximisation du profit, qui est une distorsion conceptuelle de l’économie, dont l’étymologie — oïkos nomos — signifie pourtant la gestion de la maison commune. »

Florent Gaujard est agriculteur - Après avoir travaillé 6 ans dans la vigne, il est revenu en Beauce où il est cultivateur depuis maintenant 13 ans. A son retour dans la ferme familiale, il a opté pour le non-travail du sol afin de respecter les sols et leur biodiversité. Il a entamé une conversion en agriculture biologique de son exploitation en 2013, et grâce à lui depuis 2018 les moutons ont aussi fait leur retour sur la ferme.

Marie-Cécile Pennequin est directrice d’une École de Production, l’École des Semeurs, qui forme des jeunes, sortis du système scolaire au métier de vendeur de fruit et légumes et de maraîcher. Soucieuse deq aspects écologiques et de la perte de sens dans la notion de travail pour la jeunesse, elle a souhaité mettre en place une structure pour redonner de la dignité aux jeunes par le travail de la terre et ainsi redonner de la noblesse au fait de savoir nourrir les hommes, se sentir utile. La salle de classe des jeunes est le potager !

Coordinatrice du pôle des premières heures de Carton Plein depuis 3 ans, Laure Turchet a pour mission de faire grandir la structure tout en proposant aux personnes les plus fragiles un cadre de travail convivial et pédagogique. Depuis sa naissance en 2012, l’association Carton plein 75 réemploie des milliers de cartons usagés et réalise des centaines de déménagements… uniquement à vélo et avec des personnes en situation de grande exclusion. L’écologie intégrale est au coeur du projet qui prend en compte la planète et l’être humain. L’objectif : zéro pauvreté, zéro exclusion, zéro gaspillage. Nul n’est inemployable ! https://cartonplein.org/

Passionnée de Développement Durable, Anouk a créé avec son amie Amina Bouri l’association Low Carbon France en 2017. De nature très curieuse, elle s’est elle-même sensibilisée aux thématiques environnementales grâce à des expériences très diverses : de la petite ferme de permaculture, jusqu’au département RSE d’une multinationale. La mission de Low Carbon France : sensibiliser un maximum de citoyens aux enjeux environnementaux de manière bienveillante, ludique et gratuite. Pour cela, ils font découvrir des solutions concrètes et des projets inspirants aux participants de leurs événements, le tout dans la bonne humeur et le positivisme. Chaque année, le Forum Low Carbon France réunit plusieurs milliers de participants pendant quelques jours pour s’informer à propos des enjeux actuels et passer à l’action pour un monde plus résilient et écologique ! Un autre défi qu’elle a réussi à mener : la campagne de sensibilisation Bye Paille, et l’organisation des premières journées internationales sans paille !

Diplômée de l’école de journalisme de Sciences-po en 2019, Aliénor Vinçotte a une prédilection pour les sujets de religion et d’environnement. Sourde profonde de naissance, sa vocation de journaliste est un défi au quotidien. Elle sait lire sur les lèvres et porte un appareil auditif ainsi qu’un implant cochléaire, mais cela ne résout pas tous les obstacles de communication. C’est à la fois à partir de son métier et de son expérience personnelle qu’elle abordera le thème de cet atelier liant bioéthique et transhumanisme.

Pierre Jova est journaliste, spécialisé dans l’actualité politique, internationale et religieuse. Il est titulaire d’un master en Affaires publiques à Sciences Po Paris.
Actuellement employé de l’hebdomadaire Pèlerin, il a collaboré à La Vie, au Figaro, à Famille Chrétienne et au Catholic Herald. Il a également contribué au lancement de la revue d’écologie intégrale Limite. Dans son dernier ouvrage, les chrétiens face à la migration, il réalise une enquête de terrain sur la complexité de la situation et propose une réflexion sur les enjeux qui en résultent pour les chrétiens. Le 23 Janvier 2020, il reçoit le Prix Père Jacques Hamel, qui a pour but de distinguer un travail journalistique qui met en avant les initiatives de paix et les démarches de dialogue interreligieux.

Jeune professionnel de 25 ans, Gaspard Chameroy accompagne et conseille les entreprises sur l’innovation et vers la transition écologique. Son quotidien se vit avec des anciens sans-abris dans une colocation de l’APA et au sein de la Communauté du Chemin Neuf. Il est membre actif de 3 associations sensibilisant le grand public à l’écologie : Manifeste pour un réveil écologique, Avenir climatique et la Fresque du climat. Cette dernière a lancé l’opération "Municipales et climat" ; un programme de formation spécialement adressé aux candidats et futurs élus dans le cadre des municipales 2020.
fresqueduclimat.org/municipales-climat
pour-un-reveil-ecologique.org
avenirclimatique.org

Comment venir ?

Le WE a eu lieu au Collège des Bernardins, 20 rue de Poissy, 75005 Paris.

Métro : Maubert-Mutualité (ligne 10).

Étant organisé à destination des jeunes parisiens, le WE est ouvert à tous, mais aucun hébergement n’était prévu.

Contacts

Questions sur les inscriptions
inscriptions.dse@gmail.com

Autres question
Elisabeth, jeunesaparis@diocese-paris.net

Téléphone : 01.55.42.81.48


Approfondir

Le Parcours Zachée est un programme de (trans)formation pour retrouver une cohérence entre foi et vie quotidienne, entre vie personnelle et vie professionnelle, afin de vivre en chrétiens unifiés au cœur du monde.

Il repose sur la doctrine sociale de l’Église et se vit à travers des rencontres régulières (deux soirées par mois environ) d’Octobre à Juin, au sein d’un groupe de croyants. A l’Ascension, un weekend à Paray le Monial regroupe tous les parcours Zachée.

Ce parcours s’appuie sur les enseignements de l’Église, sur des partages en petits groupes, sur des « exercices » simples et concrets et sur des temps de prière et de louange. Il Le Parcours Zachée révèle aux participants qui le suivent un chemin d’accomplissement personnel qui passe par le service des autres et la fidélité à l’Évangile, en travaillant sur l’unification de sa vie, véritable chemin de sainteté pour tous.
À travers des exercices pratiques, basés sur la vie quotidienne, des enseignements accessibles et des temps de partage en équipe, ouverts par un temps de prière et de louange, il donne les repères essentiels pour « grandir » dans le monde tel qu’il est, et dans toutes nos activités, qu’elles soient professionnelles, familiales, ecclésiales, associatives ou politiques.
Le Parcours est né à l’initiative de Pierre-Yves Gomez au sein de la Communauté de l’Emmanuel, qui le propose librement à tous. Il n’est donc pas nécessaire pour le vivre, d’être membre de la Communauté de l’Emmanuel, ni d’y avoir suivi aucun enseignement, aucune session, ou toute autre activité.

Deux paroisses représentent ce parcours lors du week-end de mai :

- Notre-Dame du Travail
A Notre Dame du Travail, le Parcours a été lancé en septembre 2014 avec la particularité de s’adresser à un public de jeunes professionnels, depuis un deuxième parcours ouverts à tous a été créé en septembre 2016, ainsi qu’une proposition d’un mini parcours découverte sur l’écologie en janvier 2017.
Ces parcours viennent alimenter la réflexion sur la paroisse de la spiritualité de Notre Dame du Travail.

- Sainte Marie des Batignolles
A Sainte Marie des Batignolles, le parcours a été lancé en 2016 avec le soutien du père Olivier Teilhard de Chardin, curé de la paroisse des Batignolles. Les rencontres ont lieu deux jeudis par mois à la maison Ozanam et permettent aux 45 participants du parcours de se retrouver pour avancer sur leur chemin de foi. Les intervenants extérieurs qui viennent témoigner sont en lien avec la paroisse et/ou animent des groupes en lien avec la DSE (EDC, Ichtus, CGLPL, fondation Lejeune,...).

Plus d’information sur le Parcours Zachée !

Les Bâtisseurs est un programme sur deux ans, basé sur des enseignements sur la doctrine sociale de l’Eglise et des rencontres d’acteurs de la vie politique, économique et sociale française. Le parcours se compose de 12 soirées de formation à la Doctrine Sociale de l’Eglise et de témoignage.

Il est conseillé à des étudiants en fin d’étude ou des jeunes professionnels, qui ont déjà suivi une formation théologique préalable de type Even. Le parcours de bâtisseurs demande en effet une solide culture générale sur les questions de Foi. Cette formation est sous le patronage de monsieur Jean-Dominique Senard, président de Michelin.

Si vous souhaitez savoir quels sont les grands principes de la doctrine sociale de l’Eglise et comment ils s’articulent concrètement, savoir si la prospérité est immorale et si la richesse est condamnée par la Bible, connaître la différence entre la doctrine sociale de l’Eglise et le marxisme et vous faire un point de vue sur le libéralisme…

Si vous aussi vous entendez résonner l’appel du Pape François à sortir de votre canapé, alors ce groupe de réflexion est fait pour vous.

En plus des soirées, des rendez-vous sont donnés dans l’année (week-end, pèlerinage, messe, en groupe, en commun ou avec d’autres).

Le parcours existe dans deux paroisses.

- Notre-Dame de Grâce de Passy
Un mercredi soir sur trois à 20h30, à Saint-Jean de Passy, 72 rue Raynouard, 75016 Paris

- Saint-Germain-des-Prés
Un mercredi soir sur trois à 20h30, à la paroisse, 3 place Saint-Germain-des-Prés, 75006 Paris

Ce parcours est axé sur un équilibre entre enseignements sur la doctrine sociale et témoignages de chrétiens en responsabilité venant d’horizons différents. La première année les enseignements portent sur les fondamentaux de la doctrine sociale et la seconde année sur l’engagement Chrétien dans la cité.

Découvrez ici plus de renseignements sur les Bâtisseurs !

Le Parcours Ozanam est une formation créée par et pour des étudiants et jeunes professionnels. Ce parcours d’une année leur propose d’étudier et comprendre les implications structurelles de la pensée sociale de l’Église pour mieux exercer leurs responsabilités sur leurs lieux de travail et développer le sens du bien commun.

Il comprend :
- Une formation initiale de 7 séances de cours théoriques sur les grands principes de la DSE
- Des séances d’application : études de cas pratiques, rencontres avec des chrétiens engagés (chef d’entreprise, député, journaliste…), groupes de travail thématiques (écologie, laïcité, entrepreneuriat…)
- Un engagement concret : l’animation d’ateliers sur la DSE dans le cadre des cours de Formation Humaine auprès des élèves du Lycée Rocroy, des travailleurs de demain

Rythme : environ un jeudi soir sur deux d’octobre à mai
Frais d’inscription : 20 € (comprenant les frais de logistique et la location des salles pour toute l’année)

Lieux : salons d’Ichtus (XVII°) ou salle Saint Lambert (XV°)

Plus d’information sur le Parcours Ozanam !

Les Afterworks des Ternes sont des soirées de rencontres et de formation. Les jeunes professionnels du 17ème sont invités à se retrouver autour d’un verre pour réfléchir sur des sujets de société.

A chaque séance un expert intervient sur un sujet défini de société et d’Eglise, en lien avec notre vie professionnelle. Chacun est amené à interagir.

Nous traitons de différents sujets de la DSE, tels que le management, la souffrance, la vocation, la vie privée, l’engagement dans la Cité, etc.

Une fois par mois, tous les événements sont sur la page Facebook.

Plus d’information sur les After-Works des Ternes !

Le MCC est un Mouvement d’Église. Il rassemble des cadres et dirigeants engagés dans le monde économique et social, désireux de mieux vivre l’évangile au cœur de leur vie professionnelle. Il leur propose :

- d’échanger sur leur expérience, sur les questions auxquelles ils sont confrontés sur les lieux où ils exercent leurs responsabilités,
- de partager sur la façon de vivre le quotidien en cohérence avec les valeurs chrétiennes dont ils sont porteurs,
- de témoigner de l’évangile au cœur des réalités économiques et sociales.

Les membres du MCC se réunissent une fois par mois en équipe, constituée d’une dizaine de membres et d’un accompagnateur spirituel appelé par le mouvement.
L’échange porte sur un thème choisi ou sur une situation vécue par un (ou des) membre(s), éclairé par un temps de prière et de partage d’évangile. Les membres du MCC se rencontrent également ponctuellement à l’occasion d’événements régionaux ou nationaux pour échanger sur des questions économiques et sociales.

Le MCC est organisé en régions et secteurs, il propose des points d’accueil et des lieux de rencontre partout en France. Quelques équipes ont été crées dans le monde par des membres expatriés.

Une animation spécifique est proposée pour les Jeunes Professionnels au cours de leurs premières années d’activité et au moment où ils exercent leurs premières responsabilités.

Découvrez plus d’informations sur le MCC !

Voilà plus de 100 ans que le Ceras accompagne l’engagement des chrétiens, et de bien d’autres, sur les terrains sociaux, politiques, économiques, associatifs, caritatifs… Il les invite à mettre en perspective leur action et les aide à mieux élaborer leur position dans le débat public. Il contribue ainsi à faire vivre la doctrine sociale de l’Église. Depuis le début des années 60, plus d’une centaine de Centres sociaux ont été fondés à la suite du Ceras dans la plupart des pays du monde. En France, le Ceras est installé depuis plus de 10 ans en Seine-Saint-Denis, le département le plus pauvre de France. Ce déplacement inaugurait aussi une nouvelle manière de travailler, plus proche des acteurs.

L’équipe du Ceras est composée de Jésuites et de laïcs. Son activité se répartit autour de trois missions : accompagner les associations engagées dans le champ social, mettre en débat les questions qu’elles portent notamment à travers la revue Projet, les former dans ses champs de compétences. http://www.ceras-projet.org/index.php?identifier=qui-sommes-nousLe Ceras offre un certain nombre de ressources pour réfléchir et agir, sur et à partir de, la doctrine sociale de l’Église :
Le site doctrine sociale catholique met à disposition tous les grands textes du magistère ainsi que des introductions et des articles thématiques :
http://www.doctrine-sociale-catholique.fr/
Jeunes et engagés, portraits d’une Église qui (se) bouge, est un web-documentaire sur la doctrine sociale de l’Église avec 21 vidéos sur les principes.
http://www.jeunes-et-engages.fr/
Clameurs, la web série habitée par Laudato si’. Une web série pour, à partir de la lettre du pape, entendre les « clameurs » pour habiter autrement « notre maison commune », la terre.
http://www.clameurs-lawebserie.fr/ et sur youtube (à partir du 13 mars)
La revue Projet : six numéros par an et en ligne. Créée en 1907 par les jésuites et éditée par le Centre de recherche et d’action sociales (Ceras), la Revue Projet entend, par le débat et au croisement de l’action de terrain, de la réflexion universitaire et de la recherche de sens, aider le plus grand nombre à comprendre le monde, mais aussi à le réinventer.
www.revue-projet.com/

  • Reconnue d’Utilité Publique depuis plus de 30 ans (1992)
  • Fondation généraliste qui encourage et développe des projets d’entraide-solidarité, d’éducation-jeunesse et de culture, d’inspiration chrétienne.

Fondation abritante

- 17 fondations faisant appel public à la générosité (collectant des dons pour financer des projets d’intérêt général, tel que Bernardins, KTO, Avenir du Patrimoine à Paris, …)
- 33 fondations privées (créées à l’initiative d’une personne, d’une famille, d’une entreprise, qui décide d’apporter des fonds pour soutenir des projets d’intérêt général)

Chacune de ces fondations est accompagnée de façon différenciée (gestion, comptabilité, finances).

Depuis 2009, plus de 150 millions d’euros accordés aux projets

  • en France principalement (Angoulême, Brest, Charleville-Mézières, Chartres, Laval, Marseille, Paris, Rennes, Toulouse, etc.)
  • mais aussi à l’étranger (Vietnam, Congo, Kenya, Chili Liban, Syrie…)

Avril 2018 : Création d’un fonds de partage : SICAV « Porteurs d’Espérance » géré par Meeschaert Asset Management (25 millions d’encours au 31/12/2019)

La Fondation Notre Dame est habilitée à recevoir legs, donations ou assurances - vie en franchise de tous droits (succession, mutation ...).
Il en est de même pour chacune de ses fondations sous égide.