Synode des Jeunes 2018

En octobre 2018 se tiendra le Synode sur la jeunesse au Vatican. Le thème est « les jeunes, la foi et le discernement vocationnel ».

Le Synode, c’est une assemblée d’évêque qui a pour but d’informer et conseiller le pape sur les grands enjeux de l’Église. En bref, le Pape rassemble autour des évêques et d’autres experts et personnes concernées, et ils bossent ensemble sur un sujet. On a parlé de la famille l’année dernière ; en 2018, c’est aux jeunes de 16 à 29 ans qu’un Synode va s’intéresser.

"L’Eglise donne la parole aux jeunes" Retrouvez l’interview du P. Benoist de Sinety, vicaire général, en charge du projet.
- Lire l’interview

Où en est-on ?

Nous terminons la phase de "brainstorming" : tout le monde peut réagir, tout le monde peut se regrouper en paroisse, en diocèse, et réfléchir à ce document préparatoire qui est déjà publié.

C’est une mission que le Pape vous confie, et il compte sur vous pour solliciter vos évêques ! Voyez la lettre qu’il écrivait le 13 janvier 2016.

Des questions, que vous retrouverez en bas du document préparatoire, ont été posées à chaque diocèse. Jeudi 15 juin, des jeunes parisiens venant de tous les groupes et de toutes les paroisses étaient invités à réfléchir autour des grands thèmes dévoilés dans ces questions. Ils étaient 70 à relever le défi à Saint-Germain-des-Prés, venus des quatre coins de Paris, étudiants et jeunes pros. La synthèse de cette soirée a été envoyée à la Conférence des Évêques de France, qui centralisait les réponses françaises avant de les transmettre au Vatican.

Que se passe-t-il maintenant ?

La synthèse pour la France a été envoyée au Vatican. Vous pouvez la découvrir sur le site www.jeunes-vocations.catholique.fr

Un questionnaire mondial
Depuis le 14 juin, un questionnaire a été mis en place pour que les jeunes de 16 à 29 ans expriment leurs attentes et disent qui ils sont. L’Église veut vous connaître, connaître vos aspirations, vos craintes et vos espoirs ! Nous attendons vos retours nombreux. Les résultats seront en effet décisifs pendant les débats ! Diffusez-le, relayez-le sur les réseaux sociaux... Ce questionnaire ne s’adresse pas qu’aux jeunes cathos ou croyants, mais à tous les 16-29 ans. On compte sur vous.
Le questionnaire est toujours en ligne ! Vous pouvez y accéder en cliquant sur la bulle bleue en haut à droite.

Dans vos paroisses
Le WE Jeunes en Paroisse était central dans cette étape et a permis à des jeunes de tous les coins de Paris de « faire entendre leur cri ». Vous pouvez à votre tour monter une soirée entre jeunes de la paroisse, comme vous y encourage le P. Benoist de Sinety, vicaire général, en charge du projet. : « l’idée est d’essayer de constituer, dans chaque paroisse, une équipe de jeunes qui puisse réfléchir sur la base de ce questionnaire. »

Si vous voulez quelques conseils pour le diocèse de Paris, n’hésitez pas à contacter le Pôle Jeunes Adultes.

Et dans les mois qui viennent ?

Le prochain temps fort pour les jeunes de Paris est la Messe des étudiants d’Île-de-France le mercredi 15 novembre. Nous entrons dans une deuxième phase préparatoire, qui est celle de la prière.

A l’horizon 2018, le pèlerinage de Chartres « nouvelle formule » sera pour nous le point fort de cette avancée vers le Synode les 6, 7 et 8 avril, durant le WE de la miséricorde qui suit Pâques. Cet événement sera vécu à trois niveaux : en paroisse ou en aumônerie, puis en diocèse, et enfin avec tous les jeunes d’Île-de-France. Vous pouvez bloquer la date dès maintenant et en parler autour de vous… Nous vous tiendrons très vite au courant des avancées !

Cette année de préparation s’achèvera en octobre 2018, avec le début du Synode proprement dit.

Il y a trois temps dans la préparation d’un Synode : la préparation durant l’année qui précède, puis la réunion des évêques à Rome, enfin un ou deux ans plus tard la synthèse.

- D’abord, un document préparatoire est publié. Suite à cette publication, tout le monde peut réagir, et faire remonter ses réactions ! D’ailleurs, en ce qui concerne le Synode des Jeunes, un questionnaire est mis en place pour recueillir directement votre témoignage. Par ailleurs, chaque diocèse est invité à répondre à plusieurs questions.

- Ensuite, les membres du Synode se rassemblent pendant trois semaines (octobre 2018) au Vatican. Chacun peut s’exprimer (les interventions sont limitées dans le temps, 7 à 8 minutes). Aucune censure ! Le Pape écoute tout ce qui se dit.
- Deux documents sont publiés : des propositions qui synthétisent les discussions, et le message, plus libre que les propositions.

- Quelques temps plus tard (parfois deux ou trois ans après), le Pape publie une exhortation apostolique post-synodale, une synthèse de ce qui a été dit, réfléchie et maturée dans la prière.

Le texte de la lettre que le Pape vous a écrit le vendredi 13 janvier 2016.

Chers jeunes,

j’ai la joie de vous annoncer qu’en octobre 2018 se célébrera le Synode des Évêques sur le thème « les jeunes, la foi et le discernement vocationnel ». Je vous ai voulu au centre de l’attention parce que je vous porte dans mon cœur. Aujourd’hui même est présenté le Document Préparatoire, que je vous confie comme “boussole” tout au long de ce cheminement.

Me viennent à l’esprit les paroles que Dieu adressa à Abram : « quitte ton pays, ta parenté et la maison de ton père, pour le pays que je t’indiquerai » (Gn 12, 1). Ces paroles s’adressent aujourd’hui aussi à vous : ce sont les paroles d’un Père qui vous invite à “sortir” pour vous lancer vers un futur non connu mais porteur de réalisations certaines, vers lequel Lui-même vous accompagne. Je vous invite à écouter la voix de Dieu qui résonne dans vos cœurs à travers le souffle de l’Esprit Saint.

Quand Dieu dit à Abram « quitte ! » que voulait-il lui dire ? Certainement pas de s’éloigner des siens ou du monde. Ce fut une forte invitation, une provocation, afin qu’il laisse tout et aille vers une nouvelle terre. Quelle est pour nous aujourd’hui cette nouvelle terre, si ce n’est une société plus juste et fraternelle que vous désirez profondément et que vous voulez construire jusqu’aux périphéries du monde ?

Mais aujourd’hui, malheureusement, « quitte ! » revêt aussi un sens différent. Celui de la prévarication, de l’injustice et de la guerre. Parmi vous de nombreux jeunes sont soumis au chantage de la violence et contraints de fuir leur pays natal. Leur cri monte vers Dieu, comme celui d’Israël esclave de l’oppression du Pharaon (cf. Ex 2, 23).

Je souhaite aussi vous rappeler les paroles que Jésus dit un jour aux disciples qui lui demandaient : « Maître, où habites-tu ? ». Il répondit : « Venez et voyez » (Jn 1, 38-39). Vers vous aussi Jésus tourne son regard et vous invite à aller chez lui. Chers jeunes, avez-vous rencontré ce regard ? Avez-vous entendu cette voix ? Avez-vous ressenti cette ardeur à vous mettre en route ? Je suis sûr que, même si le vacarme et la confusion, semble régner dans le monde, cet appel continue à résonner dans votre âme pour l’ouvrir à la joie complète. Ceci sera possible dans la mesure où, avec également l’accompagnement de guides experts, vous saurez entreprendre un itinéraire de discernement pour découvrir le projet de Dieu sur votre vie. Même quand votre parcours est marqué par la précarité et par la chute, Dieu riche en miséricorde, tend sa main pour vous relever.

À Cracovie, lors de l’ouverture de la dernière Journée Mondiale de la Jeunesse, à plusieurs reprises je vous ai demandé : « peut-on changer les choses ? ». Et vous avez crié ensemble un retentissant « oui ! ». Ce cri nait de votre cœur juvénile qui ne supporte pas l’injustice et ne peut se plier à la culture du déchet, ni céder à la globalisation de l’indifférence. Écoutez ce cri qui monte du plus profond de vous ! Même quand ressentez, comme le prophète Jérémie, l’inexpérience due à votre jeunesse, Dieu vous encourage à aller là où Il vous envoie : « N’aie aucune crainte […] car je suis avec toi pour te délivrer » (Jr 1, 8).

Un monde meilleur se construit aussi grâce à vous, à votre désir de changement et à votre générosité. N’ayez pas peur d’écouter l’Esprit qui vous suggère des choix audacieux, ne temporisez pas quand la conscience vous demande d’oser pour suivre le Maître. L’Église même désire se mettre à l’écoute de votre voix, de votre sensibilité, de votre foi ; voire de vos doutes et de vos critiques. Faites entendre votre cri, laissez-le résonner dans les communautés et faites-le arriver aux pasteurs. Saint Benoît recommandait aux abbés de consulter aussi les jeunes avant toute décision importante, parce que “souvent Dieu révèle à un plus jeune ce qui est meilleur” (Règle de Saint Benoît III, 3).

Ainsi, aussi par le cheminement de ce Synode, mes frères Évêques et moi-même nous voulons devenir encore plus les collaborateurs de votre joie (cf. 2 Co 1, 24). Je vous confie à Marie de Nazareth, une jeune comme vous vers qui Dieu a tourné son regard plein d’amour, pour qu’elle vous prenne par la main e vous guide à la joie d’un ”me voici !” total et généreux (cf. Lc 1, 38).

Avec mon affection paternelle,

FRANÇOIS

Seigneur Jésus,
ton Église qui chemine vers le synode
Tourne son regard vers tous les jeunes du monde.
Nous te prions pour qu’avec courage
ils prennent en main leur vie,
qu’ils aspirent aux choses les plus belles et les plus profondes
et qu’ils conservent toujours un cœur libre.
 
Aide-les à répondre,
accompagnés par des guides sages et généreux,
à l’appel que tu adresses à chacun d’entre eux,
pour qu’ils réalisent leur projet de vie
et parviennent au bonheur.
Tiens leur cœur ouvert aux grands rêves
et rends-les attentifs au bien des frères.
 
Comme le Disciple aimé,
qu’ils soient eux aussi au pied de la Croix
pour accueillir ta Mère, la recevant de Toi en don.
Qu’ils soient les témoins de ta Résurrection
Et qu’ils sachent te reconnaître, vivant à leurs côtés,
annonçant avec joie que Tu es le Seigneur.
 
Amen.

Il y a trois temps dans la préparation d’un Synode : la préparation durant l’année qui précède, puis la réunion des évêques à Rome, enfin un ou deux ans plus tard la synthèse.

- D’abord, un document préparatoire est publié. Suite à cette publication, tout le monde peut réagir, et faire remonter ses réactions ! D’ailleurs, en ce qui concerne le Synode des Jeunes, un questionnaire est mis en place pour recueillir directement votre témoignage. Par ailleurs, chaque diocèse est invité à répondre à plusieurs questions.

- Ensuite, les membres du Synode se rassemblent pendant trois semaines (octobre 2018) au Vatican. Chacun peut s’exprimer (les interventions sont limitées dans le temps, 7 à 8 minutes). Aucune censure ! Le Pape écoute tout ce qui se dit.
- Deux documents sont publiés : des propositions qui synthétisent les discussions, et le message, plus libre que les propositions.

- Quelques temps plus tard (parfois deux ou trois ans après), le Pape publie une exhortation apostolique post-synodale, une synthèse de ce qui a été dit, réfléchie et maturée dans la prière.

Le texte de la lettre que le Pape vous a écrit le vendredi 13 janvier 2016.

Chers jeunes,

j’ai la joie de vous annoncer qu’en octobre 2018 se célébrera le Synode des Évêques sur le thème « les jeunes, la foi et le discernement vocationnel ». Je vous ai voulu au centre de l’attention parce que je vous porte dans mon cœur. Aujourd’hui même est présenté le Document Préparatoire, que je vous confie comme “boussole” tout au long de ce cheminement.

Me viennent à l’esprit les paroles que Dieu adressa à Abram : « quitte ton pays, ta parenté et la maison de ton père, pour le pays que je t’indiquerai » (Gn 12, 1). Ces paroles s’adressent aujourd’hui aussi à vous : ce sont les paroles d’un Père qui vous invite à “sortir” pour vous lancer vers un futur non connu mais porteur de réalisations certaines, vers lequel Lui-même vous accompagne. Je vous invite à écouter la voix de Dieu qui résonne dans vos cœurs à travers le souffle de l’Esprit Saint.

Quand Dieu dit à Abram « quitte ! » que voulait-il lui dire ? Certainement pas de s’éloigner des siens ou du monde. Ce fut une forte invitation, une provocation, afin qu’il laisse tout et aille vers une nouvelle terre. Quelle est pour nous aujourd’hui cette nouvelle terre, si ce n’est une société plus juste et fraternelle que vous désirez profondément et que vous voulez construire jusqu’aux périphéries du monde ?

Mais aujourd’hui, malheureusement, « quitte ! » revêt aussi un sens différent. Celui de la prévarication, de l’injustice et de la guerre. Parmi vous de nombreux jeunes sont soumis au chantage de la violence et contraints de fuir leur pays natal. Leur cri monte vers Dieu, comme celui d’Israël esclave de l’oppression du Pharaon (cf. Ex 2, 23).

Je souhaite aussi vous rappeler les paroles que Jésus dit un jour aux disciples qui lui demandaient : « Maître, où habites-tu ? ». Il répondit : « Venez et voyez » (Jn 1, 38-39). Vers vous aussi Jésus tourne son regard et vous invite à aller chez lui. Chers jeunes, avez-vous rencontré ce regard ? Avez-vous entendu cette voix ? Avez-vous ressenti cette ardeur à vous mettre en route ? Je suis sûr que, même si le vacarme et la confusion, semble régner dans le monde, cet appel continue à résonner dans votre âme pour l’ouvrir à la joie complète. Ceci sera possible dans la mesure où, avec également l’accompagnement de guides experts, vous saurez entreprendre un itinéraire de discernement pour découvrir le projet de Dieu sur votre vie. Même quand votre parcours est marqué par la précarité et par la chute, Dieu riche en miséricorde, tend sa main pour vous relever.

À Cracovie, lors de l’ouverture de la dernière Journée Mondiale de la Jeunesse, à plusieurs reprises je vous ai demandé : « peut-on changer les choses ? ». Et vous avez crié ensemble un retentissant « oui ! ». Ce cri nait de votre cœur juvénile qui ne supporte pas l’injustice et ne peut se plier à la culture du déchet, ni céder à la globalisation de l’indifférence. Écoutez ce cri qui monte du plus profond de vous ! Même quand ressentez, comme le prophète Jérémie, l’inexpérience due à votre jeunesse, Dieu vous encourage à aller là où Il vous envoie : « N’aie aucune crainte […] car je suis avec toi pour te délivrer » (Jr 1, 8).

Un monde meilleur se construit aussi grâce à vous, à votre désir de changement et à votre générosité. N’ayez pas peur d’écouter l’Esprit qui vous suggère des choix audacieux, ne temporisez pas quand la conscience vous demande d’oser pour suivre le Maître. L’Église même désire se mettre à l’écoute de votre voix, de votre sensibilité, de votre foi ; voire de vos doutes et de vos critiques. Faites entendre votre cri, laissez-le résonner dans les communautés et faites-le arriver aux pasteurs. Saint Benoît recommandait aux abbés de consulter aussi les jeunes avant toute décision importante, parce que “souvent Dieu révèle à un plus jeune ce qui est meilleur” (Règle de Saint Benoît III, 3).

Ainsi, aussi par le cheminement de ce Synode, mes frères Évêques et moi-même nous voulons devenir encore plus les collaborateurs de votre joie (cf. 2 Co 1, 24). Je vous confie à Marie de Nazareth, une jeune comme vous vers qui Dieu a tourné son regard plein d’amour, pour qu’elle vous prenne par la main e vous guide à la joie d’un ”me voici !” total et généreux (cf. Lc 1, 38).

Avec mon affection paternelle,

FRANÇOIS

Seigneur Jésus,
ton Église qui chemine vers le synode
Tourne son regard vers tous les jeunes du monde.
Nous te prions pour qu’avec courage
ils prennent en main leur vie,
qu’ils aspirent aux choses les plus belles et les plus profondes
et qu’ils conservent toujours un cœur libre.
 
Aide-les à répondre,
accompagnés par des guides sages et généreux,
à l’appel que tu adresses à chacun d’entre eux,
pour qu’ils réalisent leur projet de vie
et parviennent au bonheur.
Tiens leur cœur ouvert aux grands rêves
et rends-les attentifs au bien des frères.
 
Comme le Disciple aimé,
qu’ils soient eux aussi au pied de la Croix
pour accueillir ta Mère, la recevant de Toi en don.
Qu’ils soient les témoins de ta Résurrection
Et qu’ils sachent te reconnaître, vivant à leurs côtés,
annonçant avec joie que Tu es le Seigneur.
 
Amen.
Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse