Saint-Jacques : le Camino à Paris

A l’occasion de l’année jacquaire (la fête de la saint Jacques tombant un dimanche), Paris Notre-Dame est allé sur les traces du chemin de Saint-Jacques de Compostelle à Paris. Un mini pèlerinage avec un habitué du Camino pour en découvrir les étapes dans la capitale.

JPEG - 62.9 ko
Ferdinand se recueille devant la statue de saint Jacques, à St-Jacques du Haut-Pas (5e) avant de reprendre sa route.
© Guillaume Desanges

Chèche, lunettes de soleil, chaussures de marche, short en toile et chemise légère : à Paris, Ferdinand ne se fond pas dans le paysage. Il ne lui manque que le bourdon, grand bâton de marche, pour avoir le look du parfait pèlerin. Appareil photo en bandoulière, à sa suite, nous avons découvert en pleine ville les signes architecturaux du chemin de Saint- Jacques de Compostelle.

Deux statues

A l’angle des rues Saint-Denis et Etienne-Marcel (1er), deux statues regardent passer les piétons depuis environ sept siècles. Saint Pierre et saint Jean, qui étaient pêcheurs sur le lac de Tibériade, au même titre que l’apôtre Jacques. « C’est le seul vestige de l’ancien hôpital Saint-Jacquesaux- Pèlerins, explique Ferdinand. Il accueillait les marcheurs, mais aussi les miséreux de la capitale. »

Une tour

En plein centre-ville, un petit parc s’étend au pied de la tour Saint-Jacques (4e). « D’en haut, il nous surveille », rigole Ferdinand en montrant le haut de c bâtiment gothique et sa statue. C’est de cette étape qu’il se lance sur le Camino tous les ans depuis quatorze ans. « D’ici, il y a entre 1 700 et 1 800 kilomètres jusqu’au sanctuaire », raconte-il, l’air rêveur. Au pied de la tour, Brigitte mitraille avec son appareil photo la plaque qui rappelle que l’édifice était l’église St-Jacques de la Boucherie, avant d’être démolie pendant la Révolution française. Tous les étés, elle fait un bout du pèlerinage : « Ce point de ralliement n’est pas sur mon chemin, mais je voulais le voir, c’est une prouesse architecturale. »

Une cathédrale

Devant Notre-Dame (4e), Ferdinand pointe du doigt une statue de l’apôtre, seul symbole sur l’édifice qui rappelle que les pèlerins font toujours une halte dans la cathédrale avant d’attaquer la route. « Sur le chemin, on s’arrête toujours dans les églises et les cathédrales. On a besoin de demander de l’aide, en disant une prière, en chantant un cantique à la Vierge tout en admirant la richesse culturelle des lieux. »

Trente symboles

Sur la façade de l’hôtel de Cluny (5e), trente bourdons et coquilles sculptés entourent les portes et les fenêtres qui donnent sur la cour. Un hommage à celui qui permit la construction de cette partie du bâtiment au XVe siècle, Jacques d’Amboise, alors abbé de Cluny.

Une église

Malgré son nom, l’église St-Jacques du Haut-Pas (5e) n’est pas dédiée à l’apôtre de Compostelle, mais à saint Jacques le Mineur. Pourtant, au XIIe siècle, c’est ici que saint Louis décide de fonder la commanderie St-Jacques du Haut-Pas, dont l’hôpital est alors le premier maillon d’une chaîne d’hôpitaux placés sur l’itinéraire des pèlerins. D’ailleurs, aux yeux de Ferdinand, l’église représente beaucoup : « Je me suis fait bénir ici, avant de partir pour la première fois sur le chemin. » • Sophie Lebrun

EN SAVOIR PLUS

- Pour plus d’information sur le chemin de Compostelle à Paris, Marcher à Paris sur les pas des pèlerins de Compostelle, par Sophie Martineaud, Ed. Sud-Ouest.
- Pour organiser un mini-pèlerinage avec des enfants, dans Paris, autour de saint Jacques de Compostelle, l’association « Les Trésors de Paris » édite un petit livre parcours découverte. Un itinéraire à deviner, des jeux le long du chemin, des explications sur Saint- Jacques : il est le guide parfait pour un après-midi ludique et divertissant.
Livret à commander auprès de « Les Trésors de Paris », 76 rue des Saints-Pères (7e), 01 45 49 63 75 ou tresorsdeparis@voila.fr

Articles

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse