Cardinal Jean Verdier

(1929-1940)

Né le 19 février 1864 à Lacroix-Barrez (Aveyron), mort le 9 avril 1940 à Paris, inhumé à Notre Dame de Paris.

Entré en 1889 dans la Compagnie des Prêtres de Saint-Sulpice, professeur de philosophie et de théologie, directeur puis supérieur de séminaires (Périgueux, Lyon, séminaire des Carmes à Paris), organisateur et administrateur remarqué, M. Verdier est appelé directement à l’archevêché de Paris.

Il lance une action pastorale de grande envergure à travers l’Action Catholique et l’Œuvre des Chantiers du Cardinal (une centaine d’églises construites dans le diocèse de Paris entre 1931 et 1940).

De nombreux voyages à l’étranger, souvent en tant que légat du pape lui permirent de transmettre les appels de celui-ci à la paix et à l’évangélisation (USA, Canada, Irlande, Argentine, Alger, Budapest, Dakar... ).

Le cardinal Verdier sut aussi défendre la doctrine chrétienne sans négliger les aspirations de son temps : question sociale, évolution des mœurs (mariage, natalité), débats sur les relations internationales, les notions de paix et de guerre, de patrie et de nation.

Archevêque de Paris, il conserva toujours les habitudes sulpiciennes : vie intérieure, simplicité, humilité, piété et douceur. Il a laissé une collection de mandements particulièrement remarquables.

« Pour beaucoup aujourd’hui, que de barrières à franchir avant d’arriver à nous : barrières de l’ignorance, barrières des préjugés, barrières de l’inconnu et même du religieux ! Faisons-les tomber ces barrières par l’apostolat du bon sourire, de la chaude poignée de mains, de la patience affectueuse, en un mot du cœur à cœur ! »
Cardinal Jean Verdier, A mes Prêtres – Souvenirs de mes retraites pastorales, Office Général des Œuvres, p. 173

Chronologie des archevêques

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse