L’Église
Catholique
À Paris

28 février - Bienheureux Daniel Brottier

Né en 1876 et mort en 1936, prêtre à qui a été confié l’œuvre des Apprentis d’Auteuil.

Fête le 28 février

Jeune missionnaire spiritain, Daniel Brottier rêve de donner sa vie pour l’Église d’Afrique. On l’envoie à Saint-Louis du Sénégal. Mais sa santé est fragile. On le rapatrie en France. Il se consacre au financement d’un projet de construction d’une cathédrale à Dakar : le Souvenir Africain.

Voici la guerre de 1914. On le voit alors se dévouer comme aumônier des tranchées, risquant mille fois la mort, mystérieusement protégé. Après la guerre, l’évêque de Dakar lui avoue qu’il l’a confié à la protection de la petite sœur Thérèse de l’Enfant Jésus. Daniel avouera : « Je me mis alors à la disposition de Thérèse, pour le moment que voudrait m’indiquer la Providence ».

En 1923, il se voit confier l’œuvre des Orphelins Apprentis d’Auteuil, à laquelle il donne une impulsion nouvelle, et qu’il place sous la protection de Thérèse. La chapelle de l’œuvre est la première dédiée à la petite sainte, l’année même de sa béatification.

Daniel Brottier meurt d’épuisement en 1936, un mois après la consécration de la cathédrale du Souvenir Africain.

Jean-Paul II le béatifie en 1984.

  • Les Apprentis d’Auteuil
    40 rue La Fontaine, 16e - M° Jasmin

La fondation des Orphelins Apprentis d’Auteuil est une œuvre du diocèse de Paris, qui se met au service d’enfants, orphelins ou non, en grande difficulté familiale et sociale. Elle fut créée par l’abbé Roussel en 1866. Dans la chapelle Sainte-Thérèse-de-l’Enfant-Jésus repose le corps du père Brottier depuis sa mort en 1936. Sur le mur, juste à droite de la tombe, figure un grand tableau réalisé à l’occasion de la béatification du père en 1984, qui le représente avec Sainte-Thérèse, la cathédrale de Dakar et la chapelle d’Auteuil.

  • Rue du Père Brottier, 16e - M° Jasmin
    À deux pas des Orphelins Apprentis d’Auteuil.

Voir aussi
Les Apprentis d’Auteuil

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse