Patrimoine et création

Les 25e Journées européennes du Patrimoine s’inscrivent cette année dans la dynamique ancestrale et toujours nouvelle des rapports du patrimoine et de la création. En choisissant ce thème, le ministère de la culture et de la communication ouvre un terrain inépuisable que nos églises, singulièrement, labourent depuis des siècles. Chaque génération de chrétiens, en effet, a eu à cœur, pour obéir à l’ordre du Christ (« Faites cela en mémoire de moi »), de vivifier la tradition du culte et de réactiver sans cesse le mémorial de ses formes fondatrices, tout en poursuivant activement ses tâches pastorales en vue de la sanctification des âmes.
Le travail effectué par exemple après le Concile de Trente dans les domaines musicaux, picturaux, architecturaux, remodelant tout l’art et le cérémonial de l’Eglise, a concerné l’ensemble de la vieille Europe et une partie aussi du Nouveau Monde et de l’Extrême-Orient. Aujourd’hui, les décennies qui suivent le Concile de Vatican II produisent des réaménagements et des créations remarquables dans les églises. Le fondement mémoriel de la foi avec ses couches anciennes et historiques, joue le rôle d’une matrice féconde qui ne demande pas à être répétée servilement, mais à se développer dans la générosité de formes renouvelées par l’aujourd’hui de la foi.

Les visiteurs qui viendront nombreux découvrir des églises dans lesquelles souvent ils ne sont jamais entrés devraient être sensibles à la double caractéristique de ces lieux de mémoire et de création : lieux patrimoniaux où l’on respecte intimement l’héritage reçu des générations précédentes, et lieux animés d’un profond mouvement de vie qui ne demande qu’à s’exprimer par des créations contemporaines. Le secret réside dans le lien quasi génétique que les artistes contemporains sont à même d’inscrire dans leur œuvre pour qu’elle dialogue avec les œuvres qui l’ont précédée. La croix glorieuse de Notre-Dame de Paris créée par Marc Couturier ne semble-t-elle pas avoir toujours été là, dans sa justesse et sa présence ? Elle chante doucement la gloire de la croix resplendissant derrière la Mère des Douleurs sculptée par Coustou au XVIIIe siècle dans l’immense vaisseau gothique amarré là depuis le XIIIe siècle. « Voici que je fais toute chose nouvelle » : de la Genèse à l’Apocalypse résonne le cri de la nouveauté comme la parole même de la Révélation.

La création architecturale n’est pas en reste dans ce dialogue. Sept églises construites par les meilleurs architectes à Paris entre 1997 et 2005 font l’objet d’un film présenté sur KTO pendant ces Journées du Patrimoine. Insérées dans le tissu urbain multiséculaire de la capitale, elles disent avec discrétion et élégance la jeunesse des communautés chrétiennes qui se nourrissent de l’Evangile.
Isabelle Renaud-Chamska
présidente d’Art, Culture et Foi / Paris

Pour regarder le documentaire de KTO "Sept églises à Paris".

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse