Nuit Blanche 2008

Nuit Blanche 2008, nuit d’émotions et de création dans les églises catholiques de Paris. Le 4 octobre, 13 manifestations auront lieu dans 11 églises (ou sur les façades, parvis ou chevet des églises). Elles ont été retenues d’un commun accord entre la Direction culturelle de la Ville, le curé de chaque paroisse et la présidente d’Art, Culture et Foi / Paris.

Églises et lieux associés accueillant la manifestation

Le projet officiel, orchestré cette année par Hervé Chandès et Ronald Chammah, se déroulera dans les gares parisiennes et dans trois églises. Celles-ci accueilleront des manifestations en lien avec les notions de transit ou de passage, mais aussi dans l’idée de la rencontre, thèmes induits par le choix des gares et structurels de la vie des églises. Neuf autres églises et lieux associés au projet, offriront chaque fois des occasions de dialogue entre les artistes contemporains et les chrétiens engagés dans le monde d’aujourd’hui.

Projets officiels


Église Saint-Germain-des-Prés (6e) : Patti Smith : « Bénédiction de la nuit ».

JPEG - 4.7 ko
Patti Smith © Renaud Monfourny


A l’intérieur de l’église Saint-Germain-des-Près, Patti Smith propose une performance musicale à partir de textes de saint François d’Assise. Autour d’elle, sa fille Jesse, au piano, et son fils Jackson, à la guitare, permettent à ce concert exceptionnel et unique de se dérouler tout au long de la nuit, sur le mode de l’improvisation.
Premier concert à 21h - Deuxième concert à 22h30.
L’accessibilité des deux premiers concerts est limitée à 600 personnes.
Billets à retirer au point d’accueil nuit Blanche situé place de l’hôtel
de Ville à partir du vendredi 3 octobre entre 17 h et 22 h et le samedi 4 octobre à partir de 16 h. A partir de minuit, l’entrée est libre dans la mesure des places disponibles.
- 3 place Saint-Germain-des-Prés, Paris 6e, de 22h à 6h.

Église Saint-Eustache (1er) : Javier Tellez : « Letter on the blind for the use of those who see » (film).

JPEG - 6.5 ko
Javier Tellez - Courtesy the artist and Galerie Peter Kilchmann, Zurich

Inspirée d’une parabole indienne, « L’aveugle et l’éléphant » et d’un essai de Denis Diderot, l’œuvre Letter On The Blind For The Use Of Those Who See (2007) est projetée sur grand écran, dans le transept nord de l’église Saint-Eustache.
Dans ce film noir et blanc, des personnes non-voyantes s’approchent tour à tour d’un éléphant pour le toucher et décrire leurs sensations.
Tournée dans la piscine désaffectée de McCarren Park à Brooklyn en
raison de son étrange architecture, cette œuvre nous rappelle que
la perception de chacun sur un même objet est unique.
Le film de Javier Tellez est l’occasion de renforcer l’accessibilité des
œuvres de Nuit Blanche. Ainsi, huit médiateurs spécifiquement formés
sont présents sur le site pour assurer le confort des personnes handicapées et les accompagner dans la découverte de ce projet artistique. Un document explicatif est distribué aux visiteurs en version noire, en version gros caractères et en braille. Le texte du film est surtitré, en français, et deux interprètes en Langue des Signes Française (LSF) en assurent la traduction pendant toute la nuit.
- Place du Jour, Paris 1er, entrée par le transept sud, place René Cassin.

Église Saint-Paul-Saint-Louis (4e) : Jeremy Blake : « Station to station » (vidéo).

JPEG - 7.7 ko
Saint-Paul-Saint-Louis - Jeremy Blake


« Station to station » est une œuvre de 2001 sur le déplacement de gare en gare, composée de cinq animations digitales et sonores pensées par l’artiste comme un ensemble de cinq peintures distinctes évoluant lentement et basées sur la notion de temps. Évocation lointaine du monde urbain et de ses transports en commun souterrains, l’œuvre présente sur cinq écrans plasma disposés en demi-cercle devant
le chœur de l’église Saint-Paul – Saint-Louis, une succession de couleurs et formes géométriques en mouvement.
Station to Station 1 : Robert Moses Terminal, représente une
abstraction de l’architecture d’une gare ferroviaire urbaine.
Station to Station 2 : Fordham Gneiss, représente le « passage »
du train sortant de la ville.
Station to Station 3 : Carbon Sink Park, représente une gare non
urbaine et dans une banlieue.
Station to Station 4 : Slumber Line, représente le « passage » du train rentrant en ville.
Station to Station 5 : Indiglo Heights, représente une autre gare en ville.
- 99 rue Saint-Antoine, Paris 4e.

Projets associés


Église Saint-Roch (1er) : Félicie d’Estienne d’Orves : « Monolithe », et Frédéric Nogray : « Massage » (Installation sonoluminescente et concert).

JPEG - 2.7 ko
Monolithe. © Félicie d’Estienne d’Orves

Monolithe est une œuvre méditative de Félicie d’Estienne d’Orves mêlant projection vidéo, jeux de lumières, son et fumée. Le regard du visiteur est guidé vers un objet énigmatique, flottant en apesanteur dans le chœur de l’église : un monolithe noir, trônant dans un écrin immatériel de lumière éclatante. La forme verticale, accueille en son centre des strates de couleurs animées, vibrantes et irréelles. La musique et la fumée enveloppent l’ensemble, achevant de transformer cette réalité physique en une apparition spectrale.
Massage, œuvre de Frédéric Nogray, propose un concert performance de bols chantants en cristal. Le jeu d’ondes, généré par la musique produite en direct, plonge le public dans des nappes envoûtantes de sons, invitant à la relaxation.
- 296, rue Saint-Honoré, Paris 1er, de 21h à 5h.

JPEG - 4.2 ko
Lueurs, 2008. © Stéfane Perraud

Église Saint-Germain-l’Auxerrois (1er) : Stéfane Perraud : « Lueurs » (Installation interactive).

La ville de Paris et son agglomération voient naître chaque jour 486 enfants et mourir 191 personnes. Le collectif In-Visible Stéfane Perraud a voulu rendre perceptible ce flux quotidien. Installée au centre de la nef de l’église, l’œuvre se présente sous la forme d’une table de 18 m de long et de 72 cm de large dont la surface se compose de 18 800 diodes lumineuses s’allumant ou s’éteignant en temps réel au rythme des naissances et des décès. Le projet Lueurs se veut une représentation symbolique de ce cycle de vie et de mort, invitant à une réflexion poétique et méditative.
- 2, place du Louvre de 21h à 3h.

JPEG - 7.1 ko
L’Albatros. © Yves Lefebvre

Église Saint-Merri (4e) : Yves-Achille Aubry : « Gare aux anges ! » (Exposition et performance musicale).

Flottant à mi hauteur au dessus de nos têtes, une structure mobile en dentelle de fil de cuivre envahit l’espace sur toute la longueur de l’église. En contrepoint à la sculpture d’Yves Lefèvre, l’œuvre électroacoustique de Fabien Nicol se propose comme une « cantate disséminée » combinant des sons captés dans la foule et les interventions des chanteurs et comédiens présents parmi le public. Un voyage impromptu vers l’inattendu.
- 76, rue de la Verrerie, Paris 4e de 19h à 5h.

Cathédrale Notre-Dame-de-Paris (4e) : Chants de la maîtrise, improvisations à l’orgue.

Maîtrise Notre-Dame-de-Paris – Ensemble Grégorien à la cathédrale Notre-Dame-de-Paris. « Concert de chants grégoriens », monodies et polyphonies de 20h30 à 21h30.
Étudiants de la Classe d’orgue et de la Classe d’improvisation du Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris. « Concert d’orgue », œuvres du 19e et du 20e siècle et improvisations de 21h30 à 23h.
Opéra d’images « Domus Domini ». Projection de 23h à 0h. Porté en musique par des enregistrements des grands orgues et des chœurs de la Maîtrise de la cathédrale, ce spectacle retrace en une heure plus de huit cents ans d’histoire de la cathédrale Notre-Dame-de-Paris, de sa construction par les bâtisseurs du Moyen-Âge jusqu’à son rayonnement spirituel et artistique à travers le monde. Les images projetées sur un immense voile de tulle transparent flottant au travers de la nef donnent au spectateur l’impression diaphane d’une saisissante apparition.
- 6, parvis Notre-Dame - place Jean-Paul II, de 20h30 à 0h.

Église Saint-Gervais-Saint-Protais (4e) : Compagnie Tempo Cantabile, Ghislaine Avan : « Seuil. Le la du monde » (Danse et projection au chevet de l’église).

JPEG - 4.1 ko
© Hanna Zawonko

Inspiré de La Divine Comédie de Dante, Seuil est un spectacle conçu par Ghislaine Avan, chorégraphe, claquettiste, à l’origine de la compagnie Tempo Cantabile. Architecturé par neuf spectacles et un film Le La du monde, Seuil est interprété par des lecteurs de toutes nationalités et toutes classes sociales qui donnent voix et vie, dans leur propre langue, aux personnages du poème, formant une mosaïque d’histoires individuelles. Cette polyphonie vivante au fil de la nuit offre une réinscription par la danse, la musique, la vidéo, le cirque, de cette œuvre fondamentale de la littérature du Moyen-Âge, dans notre monde contemporain. Le film Le La du Monde sera projeté toute la nuit sur l’Église.
- Rue des Barres, Paris 4e de 21h30 à 6 h au chevet de l’église.

JPEG - 4.9 ko
Noir, 2005. © Patrick Tosani

Galerie Saint-Séverin (5e) : Patrick Tosani : « Noir » (Exposition).

Face à l’église Saint-Séverin, visible par la vitrine éclairée toute la nuit, l’œuvre photographique de Patrick Tosani montre un vêtement posé au sol et portant l’empreinte d’un corps absent. Trace et disparition dans la nuit, blanche ou noire.
- 3-4, rue des Prêtres Saint-Séverin, Paris 5e, de 19h à 7h.

L’église Saint-Séverin participe à l’opération « nuit blanche » et sera ouverte jusqu’à minuit pour permettre aux passants de visiter cette merveille de l’art gothique, illuminée cette année par la lumière de « mille bougies ».
- 1, rue des Prêtres Saint-Séverin, Paris 5e, à partir de 20h30 et jusqu’à minuit.

JPEG - 6.9 ko
Collège des Bernardins © espritphoto

Collège des Bernardins (5e) : Antonia Bosco et Bruno Bianchi : « Le Calme de la Nuit » (interventions musicales et poétiques).

Chant, musique et textes poétiques se répondent, se croisent et s’entrelacent lors d’un duo sans limite entre la comédienne et chanteuse lyrique Antonia Bosco et le claviériste et percussionniste Bruno Bianchi. Voir plus.
- 20, rue de Poissy, Paris 5e, de 22h à 1h.

JPEG - 7.4 ko
Jardin d’Eden. © Dimitri Parimeros

Église Saint-Laurent (10e) : Dimitri Parimeros : « Le Jardin d’Eden-Adam et Eve » (Installation monumentale sur la façade).

Réalisée en collaboration avec l’iranienne Nelly Keshavarz et Laurent Prat, l’œuvre du bruxellois Dimitri Parimeros propose, sur la façade de l’église Saint-Laurent, une vision contemporaine du jardin d’Eden. L’arbre de vie et l’arbre de la connaissance rencontrent Adam et Ève qui apparaissent dans un univers végétal figuré par dix-sept sculptures
en fibres optiques, pour adresser un message de tolérance et de paix.
- 68 boulevard Magenta, Paris 10e, square de l’église Saint-Laurent de 20h à 4h.

Église Notre-Dame-du-Travail (14e) : Fabric |Ch : « Perpetual (tropical) Sunshine » (Installation lumineuse).

JPEG - 4.4 ko
Perpetual (tropical) Sunshine, 2008. © Fabric | Ch

Perpetual (tropical) Sunshine est un dispositif spatial, climatique et temporel fait de chaleur et de lumière. La représentation du soleil diffusée par des ampoules infrarouges offre au spectateur l’occasion d’éprouver de façon abstraite les conditions météorologiques régnant sous le tropique du Capricorne à ce moment précis. Dans l’église de Notre-Dame-du-Travail construite à partir d’éléments structurels métalliques qui proviendraient l’exposition universelle de 1855, l’échelle planétaire de l’oeuvre entre en résonnance avec la dimension universelle des grandes expositions parisiennes du 20e siècle. Perpetual (tropical) Sunshine propose ainsi un espace architectural artificiel et décalé : une forme idéale de jour et d’été sans fin, à travers les méridiens et les fuseaux horaires. Fabric | Ch est un atelier d’architecture et de recherche créé en 1997 dont l’objectif est d’explorer les mutations de l’espace contemporain : territoires « non matériels », artificiels, mobiles, invisibles. Dans ses projets, Fabric | Ch cherche à formuler de nouvelles propositions architecturales qui combinent de multiples dimensions (espace, information, temporalité, climat, etc.).
- 59, rue Vercingétorix, Paris 14e, de 19h à 7h.

Retour haut de page

Toute la Nuit Blanche

Programmes

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse