Accompagner les jeunes mères, un combat pour la vie

Samedi 27 novembre,auront lieu au Sacré-Cœur de Montmartre (18e) des vêpres pour la vie naissante, organisées après l’appel de Benoît XVI. A cette occasion, coup de projecteur sur des initiatives qui soutiennent des mamans en grande difficulté matérielle ou morale.

JPEG - 48.5 ko
Dans le local des bébés du Gros-Caillou (7e). Photo : Sophie Lebrun

Layettes à la naissance

Chaussons, pyjamas, couverture :
l’association « Secours aux futures
mères » célèbre la vie par… un cadeau.
Depuis trente ans, cette
structure envoie des layettes à de
jeunes mères en difficulté. « C’est
souvent le seul cadeau qu’elles
reçoivent à la naissance de leur
bébé », explique Marie-Noëlle
Coudert, la responsable. Dans du
papier de soie, les colis de linge
neuf, ou presque, font l’objet de
toutes les attentions. Sept cents par
an sont ainsi envoyés par l’intermédiaire
des assistantes sociales.

Les Bébés du gros Caillou

A l’église St-Pierre du Gros-Caillou (7e),Sabine embrasse Sarah sur
les deux joues à son arrivée. La première
gère l’association depuis
deux ans, la seconde vient depuis
six mois chercher des petits pots
et du lait pour son dernier-né. La
jeune maman pose
son bébé dans
un relax, sous le
regard des bénévoles
et des autres
mamans, pendant
qu’elle parle
de ses besoins
avec Sabine. « A la
trentaine de mamans
que nous
suivons, nous proposons
toujours,
en plus, un pantalon
et un pull
pour le bébé, à
choisir parmi plusieurs
 », raconte Sabine. Rangés
sur un cintre, les ensembles aux
couleurs assorties sont présentés
comme dans un magasin. « La
fois suivante, elles habillent leur
enfant avec et je vois briller leur
regard quand elles nous le montrent
 », confie Sabine.

Mamy-sitters d’urgence

« Ce matin, une maman a appelé
pour qu’on la dépanne dans
l’après-midi », explique Monique.
Comme elle, les bénévoles de
« SOS urgences mamans » ne
s’adressent pas seulement à un
public défavorisé, mais offrent
aux mères un baby-sitting improvisé.
De 8h à 19h, une téléphoniste
répond aux demandes et sollicite la personne
« de garde ». Deux
groupes existent à Paris, un pour
le 16e arrondissement et Boulogne,
l’autre pour le 7e et le 15e arrondissement.
D’expérience,
ajoute Monique, « si elles font appel à nous, c’est qu’elles n’ont
aucune autre personne vers qui se
tourner » •Sophie Lebrun

Mères en danger

Anne Mayol, coordinatrice de
la Pastorale familiale, appelle à
la création de nouvelles initiatives
pour aider les jeunes mères
en difficulté.

P. N.-D. : Aujourd’hui, quels sont
les accompagnements proposés
aux jeunes mères en difficulté ?

A.M. – Tout le monde est « pour la
vie », mais il faut ensuite aider les
jeunes mères qui sont confrontées
aux difficultés qui en découlent, à
assumer ce choix. Ces femmes fragilisées
ont besoin d’un soutien
pour accueillir la vie. Confrontées à
un compagnon qui les abandonne, à
une famille qui les rejette, ou encore
à une situation financière difficile,
elles sont dans une grande détresse.
Cet accompagnement, indispensable,
est proposé par quelques
associations (voir article). Pour
autant, il y a un réel manque.

Comment l’Eglise de Paris tente t-elle de répondre à ce manque ?

A. M. – Au sein de la Pastorale familiale,
nous essayons de nous tenir
au courant des initiatives paroissiales.
Nous réfléchissons actuellement
à la façon de développer
des propositions, au plus près
des personnes en détresse. Nous
souhaitons créer des réseaux pour
mettre les acteurs de l’Eglise et de
la société civile en contact. • Propos recueillis par S.L.

DES VÊPRES POUR LA VIE NAISSANTE

Le cardinal Vingt-Trois présidera
des vêpres pour la vie naissante
dans la basilique du Sacré-Coeur de
Montmartre, samedi 27 novembre
à 18h.
Il s’associe à l’appel de Benoît XVI qui célébrera,
au même moment,
une veillée pour invoquer la
protection de Dieu pour chaque être
appelé à vivre . • S.L.

Articles

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse