« Aider les initiatives locales »

P. N.-D. - Arrivé récemment au Pôle Adolescence, quels sont vos objectifs ?

JPEG - 23.8 ko
P. Arnaud Gautier, responsable du Pôle Adolescence.

P. Arnaud Gautier - Ma mission est de connaître, écouter et encourager les personnes et les organisations engagées dans la pastorale des adolescents à Paris. Cela veut dire dans les paroisses, les établissements de l’Enseignement catholique, les aumôneries de l’Enseignement public et les mouvements. Ce projet, voulu par le cardinal André Vingt-Trois, a été mis en œuvre, depuis 2008, par le P. Stéphane Bentz et Béatrice Michaud. Aujourd’hui, je reprends le flambeau.

P. N.-D. - Comment comptez-vous vous organiser ?

P. Arnaud Gautier - La nouvelle équipe, composée de neuf personnes, est déjà en place. Un conseil composé de cinq délégués vicariaux m’épaule pour discerner et conduire ce service. La tâche de chaque délégué, attaché à une zone géographique qui correspond à celle d’un vicariat, est de connaître les personnes engagées sur son territoire, de susciter des synergies entre elles, et de travailler en lien avec le vicaire général du lieu. Nous nous réunissons tous les mardis pour faire un point sur les situations et agir au plus près du terrain. L’heure est au pragmatisme en aidant concrètement des initiatives locales : par des formations et la mutualisation des moyens entre des milieux qui ne demandent souvent qu’à travailler ensemble. Là où cela est possible et voulu, la création d’un pôle « adolescents » paroissial contribuera à fortifier ce dynamisme.

Le conseil est appuyé par le travail d’une assistante et d’une équipe : finances, administration, communication, relations avec les adjoints pastoraux scolaires (APS) de l’Enseignement catholique, veille sur les parcours et outils pédagogiques, suivi des événements diocésains. Le détail de cette nouvelle organisation – noms, coordonnées et fonctions de chacun – sera prochainement diffusé dans tout le diocèse.

P. N.-D. - Vous parlez de créer des pôles « adolescents » au cœur des paroisses. Comment cela s’articulerait-il avec les groupes de jeunes déjà existants ?

P. Arnaud Gautier - En plus de poursuivre le travail de soutien et de coordination des aumôneries de l’Enseignement public (AEP), nous encourageons celles qui le veulent, et le peuvent, à devenir des pôles « adolescents ». L’idée est de créer au cœur des paroisses un lieu de vie et de croissance pour les adolescents. De tels lieux existent déjà dans quelques paroisses comme « Alésia Jeunes », à St-Pierre de Montrouge (14e) ou encore à la paroisse St-Georges (19e). Ils accueillent en leur sein une aumônerie, un patronage, des activités de sport et de loisir et des mouvements. Une communauté, dont la source est l’eucharistie dominicale, donne ainsi à ses jeunes de connaître et de pratiquer une vie authentiquement chrétienne. L’apprentissage de la liberté, la rencontre du Christ, et la joie de faire quelque chose dont ils sont heureux et fiers unifient et fondent leur vie d’adulte. • Propos recueillis par Sophie Lebrun

Articles

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse