Donner à l’Église

P.N.-D. - En quoi est-il pertinent de donner à l’Église ?

JPEG - 73.1 ko
Philippe de Cuverville, économe diocésain.
Photo D.R.

Philippe de Cuverville – Nous sommes heureux d’être membres de l’Église. Elle porte la Bonne Nouvelle du Christ. Notre Église vit essentiellement de la générosité de ses membres : du temps que lui accordent notamment les bénévoles et de l’argent des dons. Nous rémunérons les clercs et les laïcs à son service ; cela représente la moitié des dépenses. Il faut aussi faire fonctionner les services pastoraux et financer l’entretien et la vie quotidienne. On a trop souvent tendance à croire que l’Église est riche parce qu’elle a un patrimoine. Néanmoins, celui-ci est pour beaucoup utilisé pour son propre usage ; la partie qui en est louée contribue aux coûts d’entretien de l’ensemble.

P. N.-D. - Comment faut-il donner ? À qui ?

Philippe de Cuverville – On peut donner directement à l’Église grâce au denier, à la quête, aux troncs, aux cierges ou encore faire un legs ou une donation… Le denier de l’Église est un acte particulièrement fort d’attachement et de participation à sa paroisse et à son Église. On peut aussi soutenir des acteurs qui lui sont proches, par exemple KTO, Radio Notre Dame, le Collège des Bernardins, Aux captifs la libération, ou encore participer aux coûts de la formation. Chaque baptisé fait ses choix en conscience, répartit et hiérarchise ses dons. Par une participation, même modique, on est acteur de l’Église. Le don peut être versé de multiples manières par chèque, prélèvement ou internet.

P. N.-D. - De quel avantage fiscal bénéficie-t-on quand on donne ?

Philippe de Cuverville – Les dons au denier de l’Église sont déductibles de l’impôt sur le revenu à hauteur de 66%. Quant à ceux adressés à la Fondation Notre Dame, – pour l’entraide, KTO, le Collège des Bernardins –, ils sont déductibles de l’impôt sur la fortune. Ces réductions font l’objet de remises en cause régulières, qui mettent en danger nos ressources. Néanmoins, même si l’avantage fiscal est un plus incontestable et déterminant, je suis convaincu que nos donateurs ont d’autres motivations fortes pour donner.

P. N.-D. - Qui est concerné par le don ?

Philippe de Cuverville – Donner est l’affaire de chacun d’entre nous, jeunes ou moins jeunes, qui aimons notre Église et nos paroisses. Tous n’en ont pas conscience ou bien ne sont pas convaincus d’être concernés. Le nombre de donateurs baisse significativement. Nous travaillons activement pour sensibiliser chacun, et, en particulier, les jeunes générations. • Propos recueillis par Ariane Rollier

Pour donner https://denier.paris.catholique.fr

Articles

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse