Huit veillées de prière mariale pour la France

P. N. -D. - Pourquoi lancer des veillées de prière mariale [1] pour la France ?

P. Laurent Stalla-Bourdillon, curé de Ste-Clotilde (7e) et directeur du SPEP (Service pastoral d'études politiques).
P. Laurent Stalla-Bourdillon, curé de Ste-Clotilde (7e) et directeur du SPEP (Service pastoral d’études politiques).
Photo : D.R

P. Laurent Stalla-Bourdillon – Pour répondre à la mission de la basilique Ste-Clotilde (7e), qui est un lieu de prière en particulier à l’intention des responsables politiques. Indépendamment des rendez-vous qui sont plus particulièrement destinés à ces derniers, les fidèles qui le souhaitent sont ainsi associés. Ces veillées sont une façon de manifester l’estime et la considération de l’Eglise envers les élus et les responsables politiques puisqu’il s’agit de prier pour eux. C’est aussi une façon d’honorer la vocation du SPEP : accompagner, notamment spirituellement, les milieux politiques. C’est en outre un moyen d’invoquer dans la durée la grâce du Seigneur, dans les différents contextes qui peuvent surgir et dans le contexte actuel particulier en ce qui concerne la protection de la personne, la famille et la société. L’idée est de proposer un rendez-vous mensuel dans le diocèse pour ceux qui veulent s’associer à notre démarche.

P.N.-D. - Pourquoi ces veillées sont-elles mariales ?

P. L. S.-B. – Car la Vierge est médiatrice de la grâce du Christ : c’est vers elle que nous nous tournons pour invoquer l’aide du Seigneur. De plus, Marie est sainte patronne de la France. Ces veillées se situent dans la suite du 15 août, où notre archevêque nous a invités à prier pour notre pays et ses responsables politiques. L’initiative passe ainsi à Ste-Clotilde, et devient l’expression continue de ce souci du diocèse. Il serait anormal que demain, face à certaines lois, on se demande où et quand on a prié pour les personnes prenant des décisions importantes. Beaucoup de choses se jouent dans la prière. On peut bien sûr l’intensifier lorsqu’il s’agit de décisions plus dommageables pour la société que d’autres, mais avec l’assurance que tout est déjà porté dans la prière ordinaire.

P. N.-D. - Concrètement, comment vont se dérouler ces soirées ?

P. L. S.-B. – Elles auront lieu de 20h à 22h dans la basilique et commenceront par la récitation du chapelet au pied de la Vierge. Nous méditerons le mystère du rosaire, avec des intentions rédigées en fonction du contexte. S’en suivra un temps de prière silencieuse, avec méditation musicale. Puis une messe votive sera dite, animée par un chœur, avec un choix de textes et d’oraisons particulières. Nous verrons comment associer au fur et à mesure ceux qui le souhaiteront.

P. N.-D. - Quand on prie pour la France, s’agit-il seulement de prier pour ceux qui nous gouvernent ?

P. L. S.-B. – Non, c’est plus large que ça. Les nations forment un concert, et chacune a une identité propre, avec une grâce propre reçue de Dieu à travers son histoire, le développement de sa culture, ses saints... La France a à manifester dans le monde ce qui fait sa richesse propre et à lui donner de ce qu’elle est aussi au niveau spirituel. • Propos recueillis par Ariane Rollier

[1Ces veillées auront lieu une fois par mois, à 20h, le vendredi. Le premier rendez-vous est donné le vendredi 26 octobre. Plus d’informations sur www.sainte-clotilde.com, onglet « Actualités ». Note : La messe de rentrée des parlementaires et des responsables politiques célébrée par Mgr André Vingt-Trois à Ste-Clotilde (7e) aura lieu à 19h, le 30 octobre.

Contact

Paris Notre-Dame
10 rue du Cloître Notre-Dame
75004 Paris
Tél : 01 78 91 92 04
parisnotredame.fr

Articles

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse