Ils deviennent catholiques

Françoise vient d’une famille peu croyante ; Pierre a grandi sans religion ; Rachel s’est longtemps méfiée des dogmes. Pourtant, lors de l’Appel décisif, quand Mgr André Vingt-Trois leur a demandé s’ils voulaient être baptisés, leur « oui » n’a pas tremblé. Trois catéchumènes nous racontent le chemin qu’ils ont parcouru et ce que devenir chrétien signifie à leurs yeux. • Propos recueillis par Sophie Lebrun

JPEG - 75.2 ko
Photo : Yannick Boschat

PIERRE 50 ans, St-François de Sales (17e)

« Même si j’ai été élevé loin
de la foi, j’ai toujours
senti que l’Esprit Saint travaillait
en moi. Mon père était
juif et ma mère, adoptée par
une famille juive, a découvert
tardivement qu’elle avait été
baptisée à la naissance. Mais
mes parents nourrissaient un
fort ressentiment à l’égard
des religions qu’ils voyaient
comme une source de
conflits. Pour ma part, le fait
d’être sans religion m’a
amené à me questionner dès
l’enfance et j’ai souvent trouvé
une oreille attentive auprès
de mes amis catholiques.
Quand je me suis marié avec
une catholique, nous avons eu
une bénédiction à l’église.
Nos enfants ont été baptisés
et nous allions parfois à la
messe. Il y a quelques temps,
après des difficultés conjugales,
j’ai fait une première
démarche pour savoir comment
recevoir le baptême
adulte. J’ai rencontré un prêtre,
mais je n’étais pas prêt à
commencer un vrai chemin
de conversion. Quelques mois
plus tard, lors du décès de
mon père, c’est auprès de ce
prêtre que j’ai trouvé des
paroles de réconfort. C’est
alors que j’ai souhaité
m’engager dans le catéchuménat.
Depuis, Jésus, à travers
la Bible, répond chaque
jour à mes doutes et à mes
angoisses.

RACHEL 25 ans, St-Jean-Baptiste de La Salle (15e)

« Ayant grandi dans une famille
sans religion, j’ai longtemps
cru que le christianisme ne
concernait que des personnes qui
suivaient les règles sans se poser
de questions. En classe préparatoire,
j’ai découvert les écrits de
saint Paul et de saint Jérôme. En
lisant et en méditant leurs textes,
mon rejet anticlérical s’est atténué
et je me suis rapprochée de la religion. J’ai continuéma
quête en étudiant les Pères de l’Eglise, tout
en gardant une réticence vis-à-vis des rites et du
dogme. Je n’ai pris conscience de leur importance
qu’au fil des discussions avec des amis chrétiens
et en m’appuyant sur des prières régulières. A ce
moment-là, j’ai réalisé que j’avais déjà commencé
mon chemin vers la conversion et que je me sentais
catholique. Jeme suis alors renseignée sur le
baptême des adultes. Au fil des réunions mensuelles
de catéchumènes, j’ai approfondi ma
connaissance de la Bible et j’ai vu sous un jour nouveau
les règles de l’Eglise.Mais jeme sentirai entièrement
et véritablement reconnue par le Christ
comme faisant partie de Son Eglise quand je serai
baptisée.

FRANÇOISE 58 ans, N.-D. du Perpétuel Secours (11e)

« Alors que nous avons été élevées dans une famille non pratiquante,
ma sœur s’est faite baptiser il y a quatre ans, à l’âge de
66 ans. Je l’ai accompagnée dans toutes les étapes de son catéchuménat
et une curiosité pour la foi catholique est née e nmoi. A
cette époque, mon beau-frère m’a parlé de Radio Notre Dame que
j’ai commencé à écouter tous les soirs, avec l’émission “Ecoute dans la nuit”. J’y ai découvert
des prêtres, comme le P. Guy Gilbert, qui m’ont touchée au cœur. Un jour, l’un d’entre eux
a expliqué que, pour rencontrer Dieu, il fallait aller à la messe. Le dimanche suivant, je me
suis donc installée au fond de l’église. Avant même que la célébration commence, les larmes me
sont montées aux yeux et j’ai eu le sentiment d’être exactement àma place. C’est
la première fois que je me suis sentie catholique. Pendant un an, j’ai fréquenté la messe
enmemêlant à la foule... jusqu’à ce qu’ait lieu une assemblée paroissiale : devant un petit
groupe de fidèles, j’ai raconté mon histoire. Une paroissienne a alors insisté pour que je
rencontre le prêtre et jeme suis investie dans un groupe de catéchuménat. Aujourd’hui, je
sais que je ne serai plus jamais seule car Dieu est présent, chaque jour, dans ma vie.

LE NOMBRE DE CATÉCHUMÈNES

Samedi 23 avril, ils seront 341
adolescents et adultes à être
baptisés lors de la vigile pascale
à Paris. A cette occasion, les cinq
catéchumènes de la paroisse
N.-D. de Lorette (9e) sont invités
à la cathédrale de Paris, où la
célébration sera présidée par
Mgr André Vingt-Trois.

Plus d’informations sur le catéchuménat sur www.eglise.catholique.fr

Articles

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse