Jeunes handicapés de Foi et Lumière : fortifiés dans l’Esprit

Samedi 14 mai à l’église St-François-Xavier (7e),quatorze jeunes handicapés mentaux ont été confirmés par le cardinal André Vingt-Trois. Ils étaient entourés de nombreux membres du mouvement international Foi et Lumière,qui promeut les liens d’amitié,de partage et de fête pour les personnes ayant un handicap mental.

JPEG - 79.1 ko
Une assemblée nombreuse entourait les jeunes.
Photo : Charlotte Reynaud

À l’appel de son nom, Nicolas, grand gaillard de 28 ans, se dresse comme un « i », tendant les mains vers le Ciel, comme pour signifier qu’au-delà de l’évêque, c’est Dieu qui l’appelle. Ce samedi, Nicolas et treize autres jeunes handicapés reçoivent le sacrement de la confirmation des mains du cardinal André Vingt-Trois, à St-François-Xavier (7e). L’église est comble et l’assemblée bruyante et heureuse. Dans le chœur, l’archevêque et le P. Jacques Cuche, aumônier du mouvement Foi et Lumière, contemplent ces ouailles peu banales. Parfois, des cris de joie retentissent. À la fin de la messe, Pascale et Thibaud, parents de Nicolas et Charlotte, peuvent témoigner du bonheur de leurs enfants pendant la cérémonie : « Les enfants ont été très participatifs, ont ressenti son importance et nous l’ont bien montré : Nicolas se tenant très droit aux moments de l’appel et de l’onction et Charlotte disant “me voici” beaucoup plus souvent que ne le prévoit le cérémonial. »

Des images et des mots

Pendant un an, ces jeunes ont été préparés à la confirmation par le P. Jacques Cuche. Pour leur expliquer ce sacrement, il a cherché les images et les mots : « Ils m’obligent à un autre vocabulaire mais aussi à une reprise de ma théologie, afin qu’ils puissent comprendre. Si je ne sais pas préparer un enfant handicapé à un sacrement, alors c’est moi qui suis handicapé. » Dans ce but, il a imaginé un livre mêlant textes, coloriages et découpages. Ce livre est donné aux parents qui s’occupent eux-mêmes de la préparation afin de s’adapter au rythme et aux centres d’intérêts de chaque jeune handicapé.

Icônes du Dieu fragile

A ceux qui s’étonnent de pouvoir confirmer un enfant handicapé, le P. Cuche rétorque : « Pourquoi leur refuser ? Ils sont baptisés ! De même pour la communion : de quel droit peut-on excommunier un enfant ? Ils se savent aimés de Dieu : c’est là leur foi. Oui, quand je les vois recevoir le corps du Christ, je lis dans leur regard que quelque chose se passe. Leur relation à Dieu est si mystérieuse qu’elle me dépasse. » Une conviction que partagent Pascale et Thibaud : « Nos enfants ont vécu leur foi depuis leur naissance. Nous les avons observés et sommes convaincus qu’elle est importante pour eux. Pendant la préparation, chacun d’eux a retenu des éléments forts bien à eux : le souffle et le feu pour Nicolas, la paix et l’alliance pour Charlotte. » Le P. Cuche aimerait que les paroisses soient plus attentives à leurs membres handicapés. Pour leurs parents, qui souffrent de voir parfois les portes se fermer. Pour ces jeunes, qui aiment plus que tout être en communauté. Pour les paroisses, enfin, qui ont beaucoup à apprendre d’eux : « Pour moi, ils sont signe de l’amour humble et désintéressé, confie le P. Cuche. Ils sont icônes du serviteur souffrant, du Dieu faible et fragile. » • Charlotte Reynaud

Le P. Jacques Cuche vient de publier un livre retraçant son parcours de prêtre : « Oser le hors-piste. » Le hors piste, c’est avoir accepté quatre missions pastorales particulières dans sa vie, qui l’ont conduit auprès des personnes en situation de prostitution, des forains, des malades du sida et enfin des enfants handicapés.
« Oser le hors-piste », P. Jacques Cuche, Parole et Silence, 155 p., 15 €.

Articles

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse