L’incontournable service des accueils paroissiaux

Sourire aux lèvres, ils vous attendent matin et après-midi, à l’entrée de vos églises. Discrètement, mais fidèlement, les bénévoles de l’accueil en paroisse y jouent un rôle essentiel. Paris Notre-Dame met en valeur leur mission pastorale de premier plan.

JPEG - 89.9 ko
© Ariane Rollier

« Et il faudra que vous apportiez un vêtement blanc que votre enfant revêtira pendant la cérémonie. » Assise à son bureau, dans le petit local aux portes vitrées situé au fond de l’église St-Jean-Baptiste de Grenelle (15e), Nicole de Mauny répond aux questions d’une jeune Colombienne, venue se renseigner pour un baptême. A peine l’entretien terminé, le téléphone sonne. Puis, un paroissien du quartier frappe à la porte vitrée. L’activité est sensée être au ralenti, à la fin du mois d’août. Pourtant, la responsable de l’accueil ne cesse d’être sollicitée. Une femme va lui réclamer des vases pour fleurir l’autel de la Vierge, une autre lui demander des extraits d’acte de baptême pour inscrire ses enfants au catéchisme… « C’est comme cela depuis le début de l’après-midi », explique la coordinatrice des dix-huit bénévoles de l’accueil, qui garde pourtant le sourire. Entre les renseignements pratiques qu’elle donne au téléphone, les formalités administratives à suivre pour tout ce qui relève des sacrements, et les demandes plus informelles de personnes ayant besoin d’accompagnement spirituel, de soutien psychologique ou tout simplement d’écoute [1], elle est habituée à jongler entre différents types de sollicitations. Et est ouverte à tous ceux qui frappent à la porte. Un savoir-faire nécessaire pour assumer sa fonction.

La qualité du premier accueil

« Ici, nous tenons à ce que les personnes qui se présentent soient bien reçues. Il ne faut surtout pas qu’elles aient l’impression d’être un problème ou de déranger », explique Marie-France Jousset, secrétaire du curé de N.-D.de l’Arche d’Alliance( 15e), très reconnaissante du service rendu par les bénévoles de l’accueil. « C’est l’accueil que les nouveaux venus vont recevoir qui va leur donner envie de revenir ou non », souligne-telle, consciente du rôle de ce service dans le dispositif pastoral de la paroisse. Dès qu’elle l’a pu, celle-ci a d’ailleurs aménagé des locaux annexes à l’église pour rendre le bureau d’accueil plus visible et plus agréable. Désormais situé de l’autre côté de la rue, il est plus accessible aux passants et dispose d’une salle ouverte, notamment lors du café rencontre du mercredi, organisé pour les personnes seules. Même son de cloche à N.-D. de la Croix de Ménilmontant (20e), qui vient de refaire à neuf ses locaux d’accueil dans la sacristie, grâce au soutien, par le biais d’une opération Barnabé, de N.-D. de Grâce de Passy (16e). La pièce sera désormais plus claire, plus propre et plus chaleureuse. L’une des missions principales de cette paroisse de l’Est parisien est en effet de « créer du lien », précise le curé le P. Jean-Marc Pimpaneau. A N.-D. de la Croix, une machine à café est ainsi toujours allumée pour offrir, en plus d’une information, d’un conseil ou d’une écoute, un moment convivial à ceux qui se présentent. Les prêtres, dont les bureaux sont voisins de l’accueil, sont, quant à eux, souvent disponibles pour des entretiens spirituels ou des confessions. Autre initiative originale de la paroisse : elle propose, le dimanche après-midi, « une présence priante »,par le biais de bénévoles qui, à tour de rôle, accueillent ceux qui viennent dans l’église. Cherchant « à vivre l’Évangile », ils répondent à leurs questions, leur font visiter les lieux s’ils le souhaitent et surtout, écoutent leur détresse lorsqu’elle transparaît.

Une mise en commun indispensable

« Nous vivons parfois des rencontres étonnantes », confie Gloria Martial, responsable de l’accueil du dimanche à N.-D. de la Croix, qui tient à ses rendez-vous trimestriels avec les autres bénévoles pour partager ce qu’elle vit. De façon générale, les personnes de l’accueil ont un certain devoir de réserve par rapport à ce qu’on leur confie. Mais il est important pour elles d’échanger sur certains points, de se transmettre l’information, et de s’entraider. Souvent repérés par d’autres bénévoles ou par le curé pour leur disponibilité, leur précision, et leur qualité d’écoute, les nouveaux sont formés par les personnes déjà en place. Tous ensemble, ils rencontrent régulièrement leur curé, pour connaître ses priorités et se situer au mieux dans la ligne de la paroisse et du diocèse. « L’équipe s’entend très bien et travaille dans la même direction », explique ainsi Nicole de Mauny, précisant que le P. Olivier Ribadeau Dumas, son curé, les réunit de temps à autre pour faire le point. Si chaque accueil a son organisation propre et ses spécificités, la plupart ont un fonctionnement semblable. Au niveau pratique, les bénévoles consignent leur activité dans un cahier pour assurer le suivi des rencontres ou remplissent des fiches qu’ils se transmettent les uns aux autres. Pour répondre à la demande des visiteurs, ils disposent aussi d’outils comme les feuilles d’information paroissiales, les guides paroissiaux, ou encore “l’Etoile du Berger”. Pour les soutenir dans leur mission et pour une plus grande cohérence de l’information transmise, le diocèse, qui est à l’origine de ce classeur, a décidé de le mettre à jour et de le distribuer gratuitement à toutes les paroisses (cf. encadré). Des formations sur son utilisation permettront aux uns et aux autres de se rencontrer et de partager davantage leurs bonnes pratiques. • Ariane Rollier

Accueils paroissiaux : suivez l’Étoile du Berger !

JPEG - 7.4 ko
© Mathilde de Brunier

D’ici la fin du mois de septembre, la nouvelle « Étoile du Berger » sera envoyée à toutes les paroisses parisiennes et à certaines associations. Pour connaître les raisons de sa refonte, Paris Notre-Dame a interrogé Sylvie Pirot, responsable du Pôle information au sein du Service de la communication du diocèse.

P. N.-D. : Comment est née l’Étoile du Berger ?

S. P. : Le classeur a au départ été constitué grâce aux fiches de réponse aux questions des paroissiens que le Service d’information religieuse (1985- 2008) avait réalisées à la demande du cardinal Lustiger. Il y a une dizaine d’années, le P. Fournier a estimé que pour répondre aux demandes des personnes se présentant à l’accueil des paroisses, il serait utile de leur proposer ces fiches ; elles ont peu à peu été rangées dans un classeur selon un ordre alphabétique.

Pourquoi la refonte de cette année ?

S. P. : Il a été décidé de le mettre à jour en collaborant davantage avec les services pastoraux qui ont revu toutes les fiches les concernant, de rendre sa lecture plus facile, en réorganisant ses pages, et de mettre à disposition les informations sur internet. Nous avons décidé d’en faire un outil encore plus pastoral : en le rendant gratuit pour les paroisses et en apportant davantage la présence du diocèse au sein de leurs accueils.

Comment se présente-t-il ?

S. P. : En trois parties. Dans la première, les personnes qui l’auront en main trouveront des pages d’actualité, donnant des informations sur les rendez-vous importants du trimestre comme la rentrée du catéchisme, etc. La deuxième partie donne des explications et informations sur les services d’organisation de l’Église. Elle présente ainsi le denier de l’Église, ce que sont les dons et legs, etc. La troisième enfin reprend en grande partie le contenu de l’ancienne « Étoile du Berger » : il s’agit d’un annuaire pratique par thématique sur la vie de couple, la solidarité, etc.

Est-il facile d’utilisation ?

S. P. : Oui, grâce à son index. Mais pour ceux qui le souhaiteraient, le Pôle information proposera des formations une fois par mois, l’après-midi, pendant environ une heure et demie, à des groupes d’une dizaine de personnes. De plus, chaque trimestre, nos mises à jour seront envoyées avec un bulletin d’information qui aidera les personnes de l’accueil à se repérer et à connaître les principales actualités du diocèse. • Propos recueillis par A.R.

Plus d’infos : 01 53 10 33 40/41

[1St-Jean-Baptiste de Grenelle dispose d’un service d’entraide pour toute personne ayant des difficultés matérielles ou affectives. Une permanence est assurée dans le bureau de l’église les mardis, mercredis, jeudis et samedis de 9h30 à 12h. Contact : entraide@sjbg.org

Articles

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse