La CDAS : une expertise artistique au service des paroisses

N.-D. - Qu’est-ce que la Commission diocésaine d’art sacré (CDAS) ?

JPEG - 31.9 ko
Mgr Michel Aupetit, vicaire général.
Photo : Ariane Rollier.

Mgr Michel Aupetit - Tout comme la Commission pour la musique sacrée et la Commission pour la liturgie, la CDAS est un service pastoral diocésain issu des orientations du concile Vatican II. A Paris, sa naissance remonte à l’ordonnance épiscopale du 8 décembre 1984. Composée d’une douzaine d’experts bénévoles, qui sont des professionnels du monde de l’art – architectes, architectes d’intérieur, conservateurs, etc. –, rassemblés sous la houlette d’un délégué du cardinal – depuis juin, le P. Gonzague Chatillon –, elle propose son aide aux curés de paroisse et aux responsables des lieux de culte parisiens.

P.N.-D. - En quoi consiste l’aide qu’elle propose ?

Mgr Michel Aupetit - Le diocèse de Paris bénéficiant d’un patrimoine riche, la CDAS joue un rôle de conseil auprès des curés de paroisse. Ses membres ont une juste connaissance des objets et des lieux historiques, et sont à même de discerner comment restaurer au mieux une œuvre ou comment aménager une église, en respectant sa configuration originelle et la liturgie. Par ailleurs, ces bénévoles, qui ont pour la plupart encore une vie active, disposent d’un réseau important, dont ils peuvent faire bénéficier les curés. Artistes, Ville de Paris, Monuments historiques, ministère de la Culture, Assistance publique, services juridiques et administratifs, la Commission entretient des relations avec tous les acteurs dont le rôle peut être sollicité dans le cadre de « chantiers » paroissiaux.

P.N.-D. - En plus de sa mission d’expertise et de conseil, quelles sont ses activités ?

Mgr Michel Aupetit - Trop souvent méconnue, la CDAS a pourtant un certain nombre d’activités remarquables. En plus de celui de conseiller et d’aider, c’est elle qui répertorie dans un atlas général toutes les églises et chapelles paroissiales de Paris, en en faisant un historique et un descriptif précis. Achevé, il permettra d’avoir une vision précise du patrimoine et de l’histoire du diocèse. C’est également elle qui fait les inventaires paroissiaux, permettant à chaque nouveau curé de savoir ce dont il dispose pendant son mandat. La CDAS organise par ailleurs des colloques, des conférences et des expositions – elle est à l’origine de celle des objets liturgiques à la Mairie du 5e qui a remporté un grand succès en juin dernier –, participe à des jurys de concours, gère le lieu d’entrepôt des objets du diocèse de la rue du Général Foy (8e), un fichier d’artistes de référence, etc. Elle se réunit six fois par an et est coordonnée par le délégué du cardinal qui joue un rôle de fédérateur et assure les liens avec les paroisses. • Propos recueillis par Ariane Rollier

Articles

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse