La Nuit Blanche 2009

Pour sa huitième édition, la Nuit Blanche se déroule dans la nuit du 3 au 4 octobre 2009. Neuf églises ou chapelles catholiques romaines auxquelles s’ajoutent quatre églises sœurs, le Collège des Bernardins et la Galerie Saint-Séverin, ouvrent leurs portes à autant d’œuvres d’art. Demandez le programme !

L’œuvre (toujours contemporaine) et le lieu (toujours plus ancien) entrent en résonance, et il est passionnant d’entendre ce qu’ils échangent dans la magie éphémère d’une nuit d’automne.

Cette nuit, tout au long de la déambulation qu’elle propose à travers Paris et ses églises, apportera à beaucoup la confirmation d’une intuition qui peut devenir comme une révélation : même très anciennes, toutes nos églises sont contemporaines, comme est la foi au Christ qui nous rassemble.

Le programme, pas à pas...

Rive droite…

JPEG - 4 ko
© Mark Wallinger, Anthony Reynolds Gallery, London


- L’église Saint-Eustache (1er) projettera une vidéo de Mark Wallinger qui, au son du Miserere d’Allegri, évoque le passage des âmes à travers les portes du ciel. (De 19h à 7h accès Place René Cassin et 2 impasse Saint-Eustache, M°/ RER Les Halles, Châtelet / Bus 29, 67, 74, 85).
Ironique, critique sur l’état du monde actuel, Mark Wallinger utilise les ressources de la peinture, la vidéo et l’installation pour exprimer un point de vue contestataire sur l’actualité politique, artistique ou sociale.
Exposé dans le monde entier, récompensé par le prestigieux Turner Prize en 2007, il compte parmi les artistes britanniques contemporains les plus en vue.
Avec le soutien d’Art, Culture et Foi.
Mark Wallinger, Threshold to the Kingdom, 2000, video.

JPEG - 3.3 ko
© Sylvie Fleury, Galerie Thaddaeus Ropac Paris, Salzburg et Sprüth-Magers, Berlin, London


- A Notre-Dame (4e), une installation de cristaux lumineux de Sylvie Fleury proposera de redécouvrir la cathédrale comme le lieu d’un itinéraire, entre chemin de croix et illuminations de la foi. (De 19h à 5h accès par la sortie : porte de gauche face, Parvis Notre-Dame, M° Cité, Saint-Michel, Hôtel de Ville / RER Saint-Michel Notre-Dame / Bus 21, 24, 38, 47, 67, 69, 76, 85, 96, N22).
Pour la Nuit Blanche, Sylvie Fleury investit la Cathédrale Notre-Dame de Paris avec « Cristaux », une oeuvre très largement reformulée pour le cadre majestueux de l’immense cathédrale gothique.
Avec le soutien d’Art, Culture et Foi.
Sylvie Fleury, Cristaux, 200, plexiglas, néon support électrique. Dimensions variables.

JPEG - 2.2 ko
© Catherine Brossais


- A Saint-Roch (1er), une installation sonore de Dominique Petitgand prend corps au gré des déambulations et découvertes successives du visiteur. (De 19h à 2h, 296 rue Saint-Honoré, M° Pyramides, Tuileries / Bus 21, 24, 27, 68, 72, 81, 95).
Distribués dans différentes parties de l’église, un ensemble de douze haut-parleurs installent plusieurs plans sonores auxquels s’ajoutent des phrases entrecoupées de silence provenant du treizième haut-parleur situé dans la chapelle terminale.
Avec le soutien d’Art, Culture et Foi.
Dominique Petitgand, installation sonore pour 13 hauts parleurs.

JPEG - 2.7 ko
© Milène Guermont


- A Saint-Merry (4e), les « plumes » en béton de Milène Guermont sont si légères qu’elles font découvrir l’intimité la plus secrète des vieilles pierres de l’édifice. (De 19h à 5h, 76 rue de la Verrerie, M° Châtelet, Hôtel de Ville, Les Halles, Rambuteau / Bus 58, 96).
Il pleut dans l’église Saint Merry… Il pleut du béton…. Des plumes de béton ! Serait-ce les anges qui chahutent ? Il faut explorer les recoins intimes pour découvrir toutes les plumes et les anges qui virevoltent entre les tableaux, meubles et autres éléments insolites si caractéristiques de l’église Saint Merry.
Artiste et ingénieur, Milène Guermont met les technologies de pointe au service de son imaginaire poétique.
Avec le soutien d’Art, Culture et Foi.
Milène Guermont, Plume, installation polysensorielle.

JPEG - 3 ko
© Fred Sapey-Triomphe


- L’installation électronique « eRosace » de Fred Sapey-Triomphe à Saint-Nicolas-des-Champs (3e) anime l’architecture de l’église de vibrations colorées sous l’effet de trois disques circulaires en forme de rosace. (De 21h à 7h, 254 rue Saint-Martin, M° Arts et Métiers, Réaumur Sébastopol / RER Châtelet - Les Halles / Bus 38, 47, 20).
Fred Sapey-Triomphe a installé trois disques circulaires, chacun propulsant, selon sa vitesse de rotation des faisceaux de lumière à travers l’espace. L’architecture de l’église s’anime de vibrations colorées sous l’effet de cette « eRosace », version multimédia et électronique des vitraux d’antan.
Avec le soutien de EAP PrépaSeine, Galerie les Singuliers, EBM-PAPST, Art, Culture et Foi.
Fred Sapey-Triomphe, eRosace, installation électronique.

JPEG - 3.3 ko
© Jules PAJOT


- C’est dans un marathon vocal de 7 heures, de 20h à 3h, que nous entraîne l’association « A chœur voix » dans l’église arménienne Sainte-Croix-Saint-Jean (3e). De nombreux chœurs invités réunissent personnes valides et handicapées. (De 20h à 3h, 12 rue du Perche, M° Filles du Calvaire, Hôtel de Ville / Bus 29, 96).
Musique chantée du XXe siècle, formes atypiques et originales sont interprétées par les choeurs invités (au total plus de 250 chanteurs et choristes).
Avec le soutien de la Mairie de Paris – Direction des Affaires Culturelles – Mission Handicap de Pôle Emploi.
Association de solidarité culturelle “Acoeurvoix”. Des voix dans la nuit ! La voix dans tous ses états, concert vocal.

JPEG - 3.8 ko
© EnsembleEnée


- A Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (4e), l’ensemble Enée plonge le visiteur, avec « Gestes II », dans un espace multi-sensoriel peuplé de nappes sonores et de formes abstraites en cycles successifs de naissances, de morts et de renaissances. (De 19h à 7h, 12 rue des Blancs-Manteaux, M° Hôtel de Ville / Bus 29, 38, 47, 75).
Créé en 2008 par Yves-Marie L’Hour et Benoît Meudic, l’ensemble Enée explore les relations entre image et son via les technologies de synthèse numérique.
Avec le soutien du CITU et d’Art, Culture et Foi.
Ensemble Enée. Yves-Marie L’Hour et Benoît Meudic, Gestes §II : Trois nocturnes, installation interactive synesthésique.

Rive gauche…

JPEG - 3.9 ko
© Markus Tretter, vue de l’installation : Johanniterkirche, Feldkirch Courtesy Janet Cardiff, Galerie Barbara Weiss, Berlin et Luhring Augustine, New York


- L’installation sonore de Janet Cardiff à Saint-Séverin (5e) : « The Forty Part Motet », Motet pour quarante voix, est une version retravaillée du Spem in alium de Thomas Tallis (1573) dans laquelle le son est traité comme de la sculpture. Le visiteur peut saisir la participation individuelle des chanteurs et mesurer aussi, au gré de ses déplacements, l’architecture sonore qu’engendre la superposition des voix. (De 19h à 7h, accès 1 rue des Prêtres Saint-Séverin, M° Odéon, Saint-Michel, Cluny-La Sorbonne, Maubert Mutualité / RER Saint-Michel Notre-Dame / Bus 21, 24, 27, 38, 47, 63, 85, 86, 87, 96, 470, N22, N121, N122, N145).
Parti des disciplines traditionnelles, le travail de l’artiste canadienne Janet Cardiff évolue peu à peu vers des recherches expérimentales et multimédia. Le son s’impose alors comme un élément sculptural à part entière de ses vastes installations. Dans l’église gothique Saint-Séverin, quarante enceintes disposées en arc de cercle diffusent chacune la voix des quarante chanteurs impliqués dans la composition musicale.
Avec le soutien d’Art, Culture et Foi.
Janet Cardiff, The Forty Part Motet, 2001, installation sonore.

JPEG - 3.5 ko
© Courtesy BaliceHertling


- En face, à la Galerie Saint-Séverin (5e), Isabelle Cornaro construit un paysage avec des objets, des images et des matériaux, articulant figuration et abstraction. (De 19h à 7h, 4 rue des Prêtres Saint-Séverin, M° Saint-Michel, Cluny-La Sorbonne / Bus 47, 86, 87, N22, N121, N122, N145).
Avec le soutien d’Art Culture et Foi. Voir plus.
Isabelle Cornaro. Paysages, installation.

JPEG - 4.1 ko
© Domitille Chaudieu


- Au Collège des Bernardins (5e), psaumes bibliques et poèmes contemporains d’inspiration chrétienne, musulmane et juive dialoguent en alternance avec des improvisations au piano, clarinette ou saxophone. Le spectacle « Jérusalem, pierres de lumière » de Marine d’Avel délivre un message de paix. (De 21h à 1h, 20 rue de Poissy, M° Cardinal-Lemoine, Maubert Mutualité / Bus 63, 86, 87, 24, 67, 47, 89).
Dans le cadre exceptionnel de la grande nef cistercienne du collège des Bernardins.
Avec le soutien de Pianos Hamm, MATCH Event, Kilims ADA.
Sylvie Cohen, François Cotinaud, Lorraine Prigent. Jérusalem, Pierres de Lumière, spectacle vivant.

JPEG - 15.2 ko
Saint-Sulpice, SottoVoce2009, détail. DR.


- A Saint-Sulpice (6e), « Prières de Lumières : Sotto Voce » de Bergery-Campbell est une polyphonie lumineuse sur le thème de la prière silencieuse, chaque espace étant investi et réinventé à partir de la lumière et du son. (De 20h30 à 7h, Place Saint-Sulpice, entrée rue Palatine, M° Saint-Sulpice / Bus 58, 63, 70, 86, 87, 89, 95).
Benjamin Bergery et Jim Campbell ont déjà collaboré sur deux triptyques dans l’une des chapelles de l’église Saint Sulpice. Pour Nuit Blanche, c’est dans l’église toute entière qu’ils proposent "Sotto Voce". Dans les dix-huit chapelles entourant l’église, des lumières modulées créent une intense polyphonie lumineuse. La dix-neuvième sera celle où l’on pourra prier. Voir plus.
Benjamin Bergery et Jim Campbell. Sotto Voce, installation lumineuse.

JPEG - 4.6 ko
© Sociedad Psicogeogràfica de Salamanca, 2009


- A la chapelle Saint-Louis de la Pitié-Salpétrière (13e), « le chemin articulé » de la Sociedad Psicogeografica de Salamanca est une installation lumineuse qui bouleverse la perception de l’espace. (De 19h30 à 2h, 47 boulevard de l’Hôpital, M° Saint-Marcel, Gare d’Austerlitz, Chevaleret).
La société Psychogéographique de Salamanque développe depuis quelques années des propositions pluridisciplinaires dans l’espace urbain.
L’éblouissant chemin de lumière au sol est perçu comme menaçant ou à l’inverse, tranquillisant.
Sociedad Psicogeogràfica de Salamanca. Le chemin articulé, installation lumineuse.

JPEG - 4.7 ko
© SmallMediumLarge


- C’est un « Nuage cinétique » créé par Small Large Medium que l’on pourra admirer sous la voûte de l’église orthodoxe des Saints-Archanges (5e), une nébuleuse de rouleaux de scotch suspendus dans l’espace formant un poétique nuage doré. (De 19h à 3h, 9 bis rue Jean de Beauvais, M° Maubert-Mutualité / Bus 63, 86, 87).
Les artistes Elise Morin et Clémence Eliard interrogent la force plastique et le potentiel artistique des objets les plus quotidiens.
Avec le soutien du musée du Montparnasse et de Christophe Grisoni.
Small Medium Large / Elise Morin et Clémence Eliard, Nuage Cinétique 3, installation.

JPEG - 3.4 ko
© Adaptive Micro Systems


- A l’église réformée de Pentemont (7e), « Lumières secrètes » de Didier Lemaire fait défiler les vers du poète roumain Ilarie Voronca. (De 20h à 4h, 106 rue de Grenelle, M° Solferino, Rue du Bac, Varenne/ Bus 63, 68, 69, 83, 84, 94).
Poèmes dans la nuit, les textes fugitifs et oniriques défilent vers par vers, sur des afficheurs lumineux.
Avec le soutien de Galerie Cillart, Adaptive Micro Systems.
Didier Lemaire, Lumières secrètes, installation de 4 afficheurs lumineux.

JPEG - 4.4 ko
© Anne-Claire Pauthier


- A l’église luthérienne de la Trinité (13e), le musicien Mattéo Galan et la plasticienne Blandine Brière collaborent et replacent la transe au cœur de la musique dans ce programme intitulé « Transe en chaire ». (De 19h à 3h, 174 boulevard Auriol, M° Place d’Italie / Bus 27, 47, 64, 67, 83).
Leur projet mêle installation sonore et improvisation instrumentale. Sur une nappe de sons captés à travers le monde, des musiciens interviennent, réagissent, répondent avec leur instruments. La pièce atteint son paroxysme autour de minuit avant de revenir progressivement à une forme de dépouillement.
Mattéo Galan et Blandine Brière, Transe en chaire, installation sonore et improvisation instrumentale.

JPEG - 3.7 ko
Sarkis, Simulation du projet « Litanies », 2009 © Sarkis


- Signalons enfin dans le jardin et la cour de la Grande mosquée de Paris (5e) l’installation visuelle, sonore et olfactive de Sarkis en collaboration avec l’écrivain Frédéric Boyer et le metteur en scène Jean-Baptiste Sastre. Sur une musique de John Cage, « Au commencement, Litany » met en relation les deux espaces, réunissant symboliquement le ciel et la terre. (De 21h à 7h, Jardin 2 bis place du Puits de L’Ermite, M° Gare d’Austerlitz, Censier Daubenton, Place Monge, Jussieu / RER Gare d’Austerlitz / Bus 24, 47, 57, 61, 63, 67, 89, 91, N01, N02, N22, N31, 120, N131, N133).
Jetant un pont entre les cultures, l’artiste français d’origine arménienne cultive une forme d’humanisme riche de références historiques, philosophiques, artistiques et sacrées.
Avec le soutien de Francis Kurkdjian.
Sarkis, Litanies, installation visuelle, sonore et olfactive, 2009.

Toute la Nuit Blanche.

Programmes

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse