La famille au cœur des Conférences de carême à N.-D. de Paris

P.N.-D. - Quel est le but originel et actuel de ces conférences de carême ?

JPEG - 45.1 ko
Mgr Jérôme Beau, évêque auxiliaire de Paris.
Photo : SOPHIE LEBRUN

Mgr Jérôme Beau – C’est en 1835 que Frédéric Ozanam suggère A Mgr de Quelen, archevêque de Paris, d’inviter l’Abbé Lacordaire à donner dans la cathédrale Notre-Dame ses « conférences ». A travers elles, en témoin de la foi catholique, ce dernier parlait à tous ses contemporains, quelle que fut leur position, des questions majeures que posait l’évolution de la société à la conscience humaine. Cent soixante-dix ans plus tard, ces conférences ont pris la forme d’un dialogue dans lequel la foi chrétienne et la pensée contemporaine s’expliquent l’une l’autre autour d’un grand sujet de société. L’année dernière, dans la perspective du cinquantenaire de l’ouverture du concile Vatican II, notre thème était « Vatican II, une boussole pour notre temps ». Cette année, nous approfondirons une question centrale de la vie de nos sociétés : « La famille : héritage ou avenir ? »

P.N.-D. – Pourquoi avoir choisi le thème de la famille, alors qu’il est déjà largement abordé dans les paroisses, à travers les modules de formation, etc. ?

Mgr Jérôme Beau - La famille est la cellule vitale et première de la société. Elle est le lieu où l’Église, dans les conditions actuelles du monde, doit apporter l’Évangile. En prenant en compte les épreuves de la vie familiale, nous voulons faire émerger un message d’espérance pour toutes les familles de notre temps. Notre réflexion abordera la diversité des situations existantes, sans en exclure, avec, comme but, de soutenir chacun sur son chemin. S’adressant à un public varié [1], ces regards croisés de psychanalystes, sociologues, théologiens, parents et couples permettront, dans un langage accessible à tous, de faire ressortir les enjeux de notre réflexion et d’ouvrir des chemins d’avenir. Au long des six dimanches qui s’égrèneront pendant le carême, seront abordées successivement les questions actuelles touchant à la famille (13 mars), l’altérité sexuelle – la différence homme-femme (20 mars), les relations structurantes d’une famille – la conjugalité, la paternité, la maternité, la filialité et la fraternité (27 mars), la famille comme une petite Église (3 avril) et son rôle dans la vie de la cité (10 avril). Enfin, ce cycle sera conclu par Mgr Pierre d’Ornellas le 17 avril avec le thème : « Famille et société : un jeu de miroir ? »

P.N.-D. - Qu’attendez vous des conférences de carême 2011 ?

Mgr Jérôme Beau - A Madrid, en 2006, le pape Benoît XVI avait souligné combien la famille « est le lieu privilégié où toute personne apprend à donner et à recevoir de l’amour ». « C’est pourquoi, avait-il ajouté, l’Église manifeste constamment sa sollicitude envers ce milieu essentiel pour la personne humaine. La famille est une institution intermédiaire entre l’individu et la société et rien ne peut la remplacer totalement. » A travers ces conférences, je souhaite que chaque famille, quelle que soit sa situation, se trouve confortée dans ce chemin de vie et puisse être actrice du bonheur de chacun de ses membres. • Propos recueillis par Ariane Rollier

[1Les conférences seront retransmises via plusieurs médias (télévision, radio, presse écrite et internet).

Articles

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse