Le Christ Rédempteur, symbole de l’accueil de tous les peuples à Rio

PN.-D. – Vous êtes venu à Paris pour offrir une statue du Christ Rédempteur – copie de celle qui domine votre sanctuaire à Rio de Janeiro –, exposée sur le parvis de Notre-Dame. Quel sens cela a-t-il ?

P. Omar Raposo, recteur du sanctuaire du Christ Rédempteur à Rio de Janeiro,membre du comité local d'organisation des JMJ au Brésil.
P. Omar Raposo, recteur du sanctuaire du Christ Rédempteur à Rio de Janeiro,membre du comité local d’organisation des JMJ au Brésil.
Photo : Ariane Rollier

P.Raposo – Nous avons reçu beaucoup d’hommages à l’occasion du 80e anniversaire du Christ Rédempteur, que nous fêtons cette année. Nous avons pensé élargir cet hommage au niveau international, en proposant le Christ Rédempteur à tout le monde, grâce à une exposition dans différents pays. De fait, le Christ Rédempteur étant le symbole de Rio et associé au logo des JMJ au Brésil, il est devenu en même temps l’ambassadeur des Journées mondiales de la jeunesse.

Nous avons commencé notre tournée par Rome, où nous avons été reçus par Benoît XVI le 1er avril dernier. Le pape a béni la statue que nous lui avons offerte. Aujourd’hui, nous sommes à Paris, et puis nous irons à Toronto, à Tokyo et à Maputo. Notre pays étant très grand, plusieurs statues circulent également au Brésil.

P. N.-D. – Quelle importance le Christ Rédempteur a-t-il au Brésil ?

P. R. – Avec ses bras grands ouverts, il symbolise l’accueil et l’amour ; pour les JMJ, il s’agit de l’accueil de tous les peuples. Haute de 38 mètres, la statue fut conçue pour fêter le centenaire de l’indépendance du Brésil : l’Église lança un concours et c’est le projet d’Heitor da Silva Costa qui l’emporta. Elle fut inaugurée le 12 octobre 1931 et est peu à peu devenue un symbole du Brésil. Dans notre
sanctuaire, il y a des pèlerinages quotidiens. Sous la statue se trouve une chapelle dédiée à N.-D. de l’Apparition, patronne du Brésil, où sont célébrées très régulièrement les messes. Il est prévu que le pape vienne visiter notre sanctuaire lors de son séjour au Brésil l’été prochain.

P. N.-D. – Combien de personnes attendez-vous pour les JMJ ? Quels sont vos espoirs ?

P. R. – Plus de deux millions de personnes sont attendues, dont 60% de Brésiliens. En réalité, nous souhaiterions dépasser le record historique du nombre de participants aux JMJ, qui fut de 4 millions aux Philippines. Le Brésil est en effet un grand pays très catholique. Nous espérons par ailleurs que cet événement permettra à l’Eglise de montrer sa force et sa jeunesse et que le pape valorisera la foi et l’institution. En effet, dans notre pays, il y a beaucoup de personnes qui accueillent le Christ dans leur vie. Mais nombre d’entre elles ne s’identifient pas à l’Église. Nous souhaitons montrer que celle-ci est joyeuse, engagée dans de nombreuses actions sociales et en dialogue profond avec la culture et la société.

P. N.-D. – Quels sont vos liens avec la France ?

P. R. – Plusieurs délégations sont déjà venues nous rencontrer au Brésil : le P. Benoist de Sinety par exemple est devenu un grand ami. Une délégation de Toulon est également passée ainsi que des congrégations religieuses. Je dois aussi dire que le consulat de France à Rio s’implique beaucoup dans l’organisation pour accueillir tous les Français qui viendront. • Propos recueillis par Ariane Rollier

Contact

Paris Notre-Dame
10 rue du Cloître Notre-Dame
75004 Paris
Tél : 01 78 91 92 04
parisnotredame.fr

Articles

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse