L’Église
Catholique
À Paris

Les prodiges de l’Enfance Missionnaire

ZENIT.org, vendredi 24 juillet.

On sait combien la prière des Enfants est agissante. C’est, depuis toujours la conviction de l’Enfance Missionnaire et pourquoi elle encourage constamment la naissance de groupes d’enfants veilleurs. Ici ils ont été les premiers à demander le baptême !

Le diocèse d’Adilabad, en Inde, un des plus jeunes de l’Eglise, doit son existence à un groupe d’enfants qui, face au témoignage des missionnaires, ont demandé a être baptisés, souligne le service missionnaire d’information Ompress.

De rite syro-malabar, un des trois rites catholiques présents en Inde, Adilabad a été créé comme diocèse par Jean-Paul II en 1999. Mgr Joseph Kunnath, c.m.i., en est le premier évêque. Les premiers catholiques, religieux et religieuses sont arrivés en 1962.

Ils ont fondé des internats parce que l’accès à l’éducation pour les enfants des villages était impensable. Personne ne s’occupait d’eux. Face au témoignage des religieux, nombre de ces enfants ont demandé à être baptisés. Le catéchisme leur a été enseigné, et ils ont reçu le baptême. C’est ainsi qu’est née l’Eglise d’Adilabad.

Mgr Kunnath, carme de Marie Immaculée a raconté au cours de son voyage en Espagne, comment ces enfants, les premiers chrétiens d’Alidabad, revenus dans leurs propres villages ont converti leurs parents en parlant de Jésus.

L’Eglise d’Adilabad compte aujourd’hui 15.000 catholiques, soit 0,5% de la population, avec 36 prêtres dont 19 diocésains, tous indiens.

Leur engagement dans l’Eglise et leur vie de foi sont les éléments qui caractérisent le plus ces fidèles, ajoute Mgr Kunnath, 69 ans.

Il n’est pas étonnant que 6 des 19 prêtres diocésains soient des vocations locales, dans une Eglise qui est en train de naître mais qui est déjà autonome et très engagée auprès des plus pauvres. La grande majorité des catholiques appartient à la classe sociale la plus basse.

ROME, Vendredi 24 juillet (ZENIT.org)

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse