Méditation : « Vrai Dieu, né du Vrai Dieu »

Troisième méditation par Mgr Patrick Chauvet.

Les premiers Conciles œcuméniques ont été consacrés à la Trinité et au Christ. C’est le grand Concile de Chalcédoine (451) qui a proclamé le Christ, « vraiment Dieu et vraiment homme ».

Confesser que le Christ est vrai Dieu est un scandale, non pas parce qu’un homme se prend pour Dieu, mais parce qu’il vient pour les pécheurs, les malades, les cabossés de la vie, c’est-à-dire pour chacun d’entre nous !

Comment ce Dieu, tout-puissant, trois fois saint, peut-il s’asseoir à la table des pécheurs ?

Comment ce Dieu qui se suffit à lui-même, étant Dieu, peut-il être mendiant de notre pauvre amour ?

L’enfant de la crèche purifie nos fausses représentations de Dieu. Non, Dieu n’est pas un père fouettard, ni un justicier, ni un donneur de leçons de morale. L’Enfant-Dieu si fragile vient dévoiler le vrai Dieu. C’est pourquoi, le Fils est envoyé dans le monde. Pas seulement pour révéler le Père, mais pour nous rejoindre dans nos pauvretés et nos blessures. Et comment le Christ nous guérit-il ? En nous faisant découvrir le vrai visage du Père, celui de la tendresse.

Confesser aussi que l’Enfant de la crèche est vrai Dieu, supprime toutes les fausses doctrines, comme le docétisme qui affirmait que Dieu avait fait semblant d’être homme, ou l’adoptianisme qui croyait que Dieu avait adopté Jésus. En effet, il nous faut confesser que le Christ est à la fois vrai Dieu et vrai homme. Il en va de notre salut.

Si le Christ n’était que Dieu, comment pourrait-il sauver toute l’humanité ! Il est Dieu et homme ; il a tout assumé en nous, hormis le péché. Or, « tout ce qui est assumé est sauvé ». (saint Athanase)

L’enfant-Dieu a assumé un corps qui devient désormais capable d’accueillir de manière stable l’Esprit ; c’est pourquoi notre corps devient temple de l’Esprit.

Nous avons été créés à l’image et à la ressemblance de Dieu. Par le péché originel, nous avions perdu la ressemblance, par l’Enfant de la crèche, nous la retrouvons et plus nous suivrons le Christ, plus nous lui ressemblerons.

Tout homme a le désir parfois enfoui d’être comme Dieu. Le christianisme est la seule religion qui répond à ce désir. En effet, en nous donnant au Christ, nous sommes divinisés.

Le Christ a assumé une volonté humaine et même si notre volonté est blessée par le péché, désormais elle peut être guérie et nous pouvons dire en vérité : « Que ta volonté soit faite ».

Comment ne pas rendre grâce, à la veille de Noël, de tout ce que Dieu nous a donné.

Bonne fête à tous.

Dossier pour se préparer à Noël sur
www.paris-fete-noel.fr

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse