Michel Jan

« Le fait de cheminer vers le diaconat a changé ma façon de vivre. Grâce à la lecture des Heures que je récite tous les jours à heures fixes, je prie plus régulièrement.

Je m’arrête aussi plus souvent dans une église et essaie, dès que mon travail me le permet, d’aller à la messe en semaine. En outre, les téléphones, les mails et les lettres que m’ont envoyés amis, paroissiens, voisins et collègues de bureau, dans lesquels ils me remercient d’avoir répondu « oui » à l’appel et manifestent qu’ils comptent sur moi, sont tellement extraordinaires que je ne peux plus être le même. Je ne peux que devenir meilleur !

Si je devais répondre à la question sur ma motivation profonde pour être diacre, je dirais que j’ai décidé d’être serviteur des serviteurs, avec les plus pauvres.

J’ai choisi d’avoir un célibat consacré tourné vers les autres pour la gloire du Père et non pour mon propre confort. J’ai accepté de me consacrer aux autres, aux plus pauvres et aux déshérités, notamment à travers l’exercice du ministère de la compassion dans un hôpital auprès des malades et des personnes âgées. »

Quelques repères
60 ans, né le 16 mai 1949, célibataire.
Paroisse : St-Philippe du Roule (8e) et hôpital de la Pitié Salpêtrière (13e).
Profession : Généalogiste.
Appelé à être diacre : par l’ancien curé de la paroisse, le P. Chatillon.

Phrase d’ordination : « C’est pourquoi, j’accepte de grand cœur pour le Christ les faiblesses, les persécutions et les situations angoissantes. Car, lorsque je suis faible, c’est alors que je suis fort. » (2 Cor 12, 9-10)

Extrait de Paris Notre-Dame du 8 octobre 2009.

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse