L’Église
Catholique
À Paris

Neuvième marche : Toucher le Seigneur ressuscité

Le Christ est ressuscité ! Cet événement transforme notre histoire et celle du monde en lui apportant le salut. Jésus ressuscité se donne à voir, entendre et toucher. Il nous ouvre le chemin vers le Père.

Présentation audio de cette marche
(à écouter en parcourant cette page web ou en feuilletant le carnet)

Marche 9

MESSAGE DU PAPE AUX JEUNES

4. Croire en Jésus sans le voir
Dans l’Évangile est décrite l’expérience de foi de l’apôtre saint Thomas dans l’accueil du mystère de la Croix et de la Résurrection du Christ. Thomas fait partie des Douze apôtres. Il a suivi Jésus, il a été témoin direct des guérisons, des miracles qu’Il opérait. Il a écouté ses paroles. Il s’est senti perdu, face à sa mort. Le soir de Pâques, le Seigneur est apparu à ses disciples, mais Thomas n’était pas présent. Et quand il lui a été dit que Jésus était vivant et s’était montré, il déclara : « Si je ne vois pas dans ses mains la marque des clous, si je ne mets pas mon doigt dans la marque des clous, et si je ne mets pas la main dans son côté, je ne croirai pas ! » (Jn 20, 25)
Nous aussi nous voudrions pouvoir voir Jésus, pouvoir parler avec Lui, sentir encore plus fortement sa présence. Aujourd’hui, pour beaucoup de personnes l’accès à Jésus est devenu difficile. Ainsi, de nombreuses images de Jésus sont en circulation, qui se prétendent scientifiques et lui retirent sa grandeur, la singularité de sa personne. C’est pourquoi, durant de longues années d’étude et de méditation, a mûri en moi l’idée de transmettre dans un livre un peu de ce qu’est ma rencontre personnelle avec Jésus : pour aider quasiment à voir, entendre, toucher le Seigneur, en qui Dieu est venu nous rencontrer pour se faire connaître.

DANS LA BIBLE

ANCIEN TESTAMENT
Par les gestes et les paroles du prophète Élie, le Seigneur rend la vie à un enfant. Ainsi sont déjà préfigurées la résurrection du Christ et la nôtre.

Premier livre des Rois 17, 17-24 : 17 Le fils de la femme chez qui habitait Élie tomba malade ; le mal fut si violent que l’enfant expira. 18 Alors la femme dit à Élie : « Qu’est-ce que tu fais ici, homme de Dieu ? Tu es venu chez moi pour rappeler mes fautes et faire mourir mon fils ! » 19 Élie répondit : « Donne-moi ton fils ! » Il le prit des bras de sa mère, le porta dans sa chambre en haut de la maison et l’étendit sur son lit. 20 Puis il invoqua le Seigneur : « Seigneur, mon Dieu, cette veuve chez qui je loge, lui veux-tu du mal jusqu’à faire mourir son fils ? » 21 Par trois fois, il s’étendit sur l’enfant en invoquant le Seigneur : « Seigneur, mon Dieu, je t’en supplie, rends la vie à cet enfant ! » 22 Le Seigneur entendit la prière d’Élie ; le souffle de l’enfant revint en lui : il était vivant ! 23 Élie prit alors l’enfant, de sa chambre il le descendit dans la maison, le remit à sa mère et dit : « Regarde, ton fils est vivant ! » 24 La femme lui répondit : « Maintenant je sais que tu es un homme de Dieu, et que, dans ta bouche, la parole du Seigneur est véridique. »

NOUVEAU TESTAMENT
Le Seigneur Jésus ressuscité se laisse voir et toucher. Il donne l’Esprit Saint, source de vie nouvelle, vie de joie, de paix et de pardon.

Évangile selon Saint Jean 20, 19-22 : Le soir de la résurrection de Jésus, 19 les disciples avaient verrouillé les portes du lieu où ils étaient, car ils avaient peur des Juifs. Jésus vint, et il était là au milieu d’eux. Il leur dit : « La paix soit avec vous ! » 20 Après cette parole, il leur montra ses mains et son côté. Les disciples furent remplis de joie en voyant le Seigneur. 21 Jésus leur dit de nouveau : « La paix soit avec vous ! De même que le Père m’a envoyé, moi aussi, je vous envoie. » 22 Ayant ainsi parlé, il répandit sur eux son souffle et il leur dit : « Recevez l’Esprit Saint. Tout homme à qui vous remettrez ses péchés, ils lui seront remis ; tout homme à qui vous maintiendrez ses péchés, ils lui seront maintenus. »

Lettre aux Romains 6, 4 : Si par le baptême dans la mort de Jésus Christ, nous avons été mis au tombeau avec lui, c’est pour que nous menions une vie nouvelle, nous aussi, de même que le Christ, par la toute-puissance du Père, est ressuscité d’entre les morts.

Première lettre de saint Jean 1,1-2 : 1 Ce qui était depuis le commencement, ce que nous avons entendu, ce que nous avons contemplé de nos yeux, ce que nous avons vu et que nos mains ont touché, c’est le Verbe, la Parole de la vie. 2 Oui, la vie s’est manifestée, nous l’avons contemplée, et nous portons témoignage : nous vous annonçons cette vie éternelle qui était auprès du Père et qui s’est manifestée à nous.

MAGISTERE

CATECHISME DE L’ÉGLISE CATHOLIQUE
Même mis devant la réalité de Jésus ressuscité, les disciples doutent encore, tellement la chose leur paraît impossible : ils croient voir un esprit. […] C’est pourquoi l’hypothèse selon laquelle la résurrection aurait été un « produit » de la foi (ou de la crédulité) des apôtres est sans consistance. Bien au contraire, leur foi dans la Résurrection est née − sous l’action de la grâce divine − de l’expérience directe de la réalité de Jésus ressuscité. (CEC n°644)

ENSEIGNEMENT DES PAPES
Chacun de nous peut être tenté par l’incrédulité de Thomas. […] Pourtant, paradoxalement, l’incrédulité de Thomas nous est utile et précieuse, car elle nous aide à purifier toute fausse conception de Dieu et elle nous conduit à découvrir son visage authentique : le visage d’un Dieu qui, dans le Christ, s’est chargé des plaies de l’humanité blessée. Thomas a reçu du Seigneur le don d’une foi éprouvée par la passion et la mort de Jésus, et confirmée par sa rencontre avec Lui, le Ressuscité, et il a transmis ce don à l’Église. […]
Ces plaies, qui pour Thomas furent d’abord un obstacle à la foi, parce que signes de l’apparent échec de Jésus ; ces mêmes plaies sont devenues, dans la rencontre avec le Ressuscité, des preuves d’un amour victorieux. Ces plaies, que le Christ a reçues par amour pour nous, nous aident à comprendre qui est Dieu et à répéter nous aussi : « Mon Seigneur et mon Dieu. » Seul un Dieu qui nous aime au point de prendre sur lui nos blessures et notre souffrance, surtout la souffrance de l’innocent, est digne de foi. (Benoît XVI, Message de Pâques 2007)

PAROLES DE SAINTS

Saint Ignace de Loyola, dans la quatrième semaine des Exercices spirituels, invite le retraitant à méditer et contempler les apparitions de Jésus ressuscité en demandant au préalable à Dieu « la grâce d’éprouver intensément allégresse et joie de la si grande gloire et joie du Christ notre Seigneur ». (Exercices Spirituels n°221)

Sainte Faustine : « N’oublions pas que l’heure du Golgotha n’est pas le terme de la mission du Christ. Nécessairement, elle conduit à la rencontre personnelle du Ressuscité qui, de son Cœur transpercé, nous enveloppe de ses rayons de purification et de sanctification. » (Note du 10 octobre 1937)

Bienheureux Jean-Paul II : « Les premiers témoins de la Résurrection, selon la volonté de Jésus, ont été les femmes qui étaient fidèles au pied de la croix, et donc plus fermes dans leur foi. » (Audience du 21.05.1997)

QUESTIONS

1. Face à la résurrection de Jésus, les apôtres eurent des doutes : et moi, quels sont mes doutes, mes difficultés ? Comment puis-je toucher le Christ ressuscité ? Où le voir ?
2. Les apôtres annoncent la résurrection de Jésus comme un événement historique : comment pouvons-nous encore l’annoncer au XXIème siècle sans la réduire à un mythe, un rêve ou une fable ?
3. En quoi suis-je concerné par la mort et la résurrection de Jésus ? Qu’est-ce que cela change pour moi et pour le monde ?
4. La vie chrétienne est vie dans l’Esprit Saint : quelles en sont les caractéristiques qui me marquent le plus ?

POUR ALLER PLUS LOIN

-  La théologie du corps
« Par l’effet de la rédemption, tout homme a comme de nouveau reçu de Dieu son propre corps et sa propre personnalité. Le Christ a imprimé dans le corps humain − dans le corps de chaque homme et de chaque femme − une dignité nouvelle. […] Le fruit de la rédemption est en effet l’Esprit Saint qui habite dans l’homme et dans son corps comme dans un temple. […] Le fait que le corps humain devienne en Jésus Christ corps de Dieu-homme provoque ipso facto en chaque homme une nouvelle élévation surnaturelle dont tout chrétien doit tenir compte dans son attitude à l’égard de son « propre » corps et, évidemment, à l’égard du corps d’autrui : l’homme à l’égard de la femme, la femme à l’égard de l’homme. La rédemption du corps comporte l’institution dans le Christ et par le Christ d’une nouvelle mesure de la sainteté du corps. » (Jean Paul II, Catéchèse du 11 février 1981)

-  Je crois à la résurrection de la chair
« La chair est le pivot du salut. » (Tertullien) Nous croyons en Dieu qui est le créateur de la chair ; nous croyons au Verbe fait chair pour racheter la chair ; nous croyons en la résurrection de la chair, achèvement de la création et de la rédemption de la chair. (CEC n°1015)

Le parcours spirituel

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse