Nuit Blanche 2011, 10e édition

Du samedi 1er au dimanche 2 octobre, pendant la 10e édition de la Nuit Blanche à Paris, les églises accueillent des manifestations artistiques.
Chaque année, une dizaine d’entre elles, selon les emprises géographiques décidées par les directeurs artistiques, s’ouvre avec bonheur aux œuvres proposées par la Ville, par des artistes ou par des curés.
Fortes d’une tradition séculaire, elles connaissent bien les vertus du calme et du recueillement propres à la nuit, la douce poésie de l’ombre et du silence.

A un parcours traditionnellement situé dans le centre de Paris, s’ajoute plus au nord, des Batignolles à Anvers, un parcours passant par Montmartre.
Voulue par Alexia Fabre et Frank Lamy, ses directeurs artistiques, la Nuit Blanche 2011 investit un Paris poétique et artistique, dans un programme qui se déploie de l’intime au spectaculaire.

- Vignette : © Mairie de Paris

● ● ● Toute la Nuit Blanche.

Au Centre de Paris

JPEG - 8.5 ko
© Pascal Dombis / ADAGP


Église Saint-Eustache, (1er) : Pascal Dombis, Pourquoi ? What _next ?- 2011, Installation Vidéo.

Pour cette installation vidéo, l’artiste français Pascal Dombis a collecté des milliers d’images Internet produites par le moteur de recherche Google évoquant les phrases « D’où venons-nous ? » « Que sommes-nous ? » « Où allons-nous ? ». L’installation fonctionne comme des pulsations visuelles et donne au spectateur l’accès aux différents environnements où le vertige, l’allégresse, le sentiment d’infini et l’effet de tourbillon s’entremêlent. Une œuvre qui explore les espaces mentaux liés à l’accumulation d’images Internet, tout en ouvrant aux questions existentielles.
Improvisation au grand orgue de Francesco Filidei à partir de 22 h.

- De 20 h à 7h, 2 impasse Saint-Eustache, Paris 1er - M° Les-Halles.
● Site.
Avec le soutien de Epson France SA et d’ Art, Culture et Foi.

________

JPEG - 7.9 ko
© BOTI

Église Saint-Merry, (4e) : Jacques Mérienne, La Séptima, Installation vidéo.

Installés entre les piliers de trois premières travées de l’église, des écrans vidéo nous entraînent le long de l’avenue la Séptima, à Bogota en Colombie. Une projection visuelle et sonore de 30 minutes, réalisée par le cinéaste et metteur en scène Jacques Mérienne.

- De 19 h à 5 h, 78 rue Saint-Martin, Paris 4e - M° Hôtel-de-Ville.
● Site.
Avec le soutien du CPHB (Centre Pastoral les Halles-Beaubourg), Scène&act, Imágenes de Colombia et d’ Art, Culture et Foi.

________

JPEG - 7.1 ko
© agence romainromain

Église Saint-Louis-en-l’Île (4e) : Benjamin Alard, Thomas Ospital, Jean-Baptiste Monnot et Vincent Rigot, Nuit de l’Improvisation, Performance musicale et installation vidéo.

La nuit de l’improvisation fait se succéder quatre jeunes organistes français à la tribune de l’orgue de l’église Saint-Louis-en-l’Île. À tour de rôle, Benjamin Alard, Thomas Ospital, Jean-Baptiste Monnot, Vincent Rigot improvisent, pendant qu’une projection vidéo grand format relaye leurs prestations.

- De 22 h à 2 h, 19 bis rue Saint-Louis-en-l’Île, Paris 4e - M° Pont-Marie.

________

JPEG - 7.1 ko
© le Collectif de la Dernière Tangente

Cloître des Billettes (4e) : Garo et le Collectif de la Dernière Tangente, L 1014 B : un échantillon sans étoile, Installation et performance.

Dans le cloître médiéval des Billettes accolé à l’église, une sculpture futuriste campe le cadre d’une intervention mêlant danse, arts plastiques, musique et vidéo. Une performance réalisée par le Collectif de la Dernière Tangente (Eric Fischer, Decosterd, Satchie Noro, Etienne Krähenbühl), sous la direction du plasticien Bernard Garo.

- De 19 h à 5 h, 24 rue des Archives, Paris 4e - M° Hôtel de Ville.
Avec le soutien de Coninco, Explorers in Finance, Galerie Ferrari (quai des arts) à Vevey (CH).

________

JPEG - 7.9 ko
© acoeurvoix

Église Notre-Dame des Blancs-Manteaux (4e) : Association À cœur voix, Des voix dans la Nuit !, Performance musicale.

Marathon vocal de 20 h à 2 h du matin, « Des voix dans la Nuit ! » réunit plus de 150 choristes, artistes lyriques issus du Conservatoire national de musique et jeunes chanteurs porteurs d’un handicap moteur ou mental. À travers un répertoire de qualité, une belle expérience de la diversité.

- De 20 h à 2 h, 12 rue des Blancs-Manteaux, Paris 4e - M° Saint-Paul.
● Et aussi....
Avec le soutien de Pôle emploi.

________

JPEG - 6.7 ko
© Helen Eastwood

Église Saint-Séverin (5e) : Helen Eastwood & Laurent Brun, Prana, Installation lumineuse.

Dans l’univers du yoga, « Prana » désigne le souffle de vie à l’origine de toutes choses. L’installation lumineuse et sonore de Helen Eastwood et Laurent Brun nous invite à éprouver la sensation d’être et à percevoir le souffle vivant de l’univers qui nous entoure.

- De 19 h à 3 h, 3 rue des Prêtres-Saint-Séverin, 5e - RER B et C Saint-Michel-Notre-Dame, M° Saint-Michel / Cluny-La-Sorbonne.
● Et aussi....
Avec le soutien de Lumavee et du laboratoire Arnum et d’ Art, Culture et Foi.

________

JPEG - 6 ko
© Clément Cogitore 2008

Galerie Saint-Séverin (5e) : Clément Cogitore, Angelu(s)x, Installation vidéo, 2008.

Dans la vitrine de la Galerie Saint-Séverin, faisant face à l’église du même nom, Angelu(s)x est une tentative de mettre à jour à grande échelle les mécanismes enfouis de la grâce. À la tombée de la nuit, un ballon lumineux parcourt l’intérieur de la flèche de la cathédrale de Strasbourg, transformant le temps de son passage ce chef-d’œuvre de l’architecture gothique en une inquiétante et gigantesque lanterne. Confrontant une architecture archaïque et démesurée à un dispositif contemporain à la fois fragile et complexe, cette vidéo est une manière de réunir dans un même geste le mysticisme des primitifs rhénans et les machineries du spectacle contemporain.

- A partir de 20 h et en continu jusqu’au 20 novembre 2011, 4 rue des Prêtres-Saint-Séverin, 5e - RER B et C Saint-Michel, M° Saint-Michel / Cluny-La-Sorbonne.
● Voir aussi...
Avec le soutien d’ Art, Culture et Foi.

________

A Montmartre et alentour

JPEG - 4.6 ko
Courtesy Zilvinas Kempinas & Yvon Lambert Gallery, Paris et Galerija Vartai, Vilnius

Église Sainte-Marie des Batignolles (17e) : Zilvinas Kempinas, Big O, 2008, Installation.

Pour l’église Sainte-Marie des Batignolles, Zilvinas Kempinas présente Big O, une nouvelle création sur le principe de ses installations déjà réalisées avec des ventilateurs et des bandes magnétiques. En jouant sur les phénomènes de perception, les installations de Kempinas créent le trouble, désorientent le spectateur. Les recherches de l’artiste sur la lumière, le mouvement, le son et l’environnement prennent dans ce lieu sacré une dimension mystique.

- De 21 h à 6 h, 77 place du Dr Félix-Lobligeois, Paris 17e - M° Rome / Brochant / La-Fourche.
● Et aussi... ● voir plus ● ● Video.
Avec le soutien d’ Art, Culture et Foi.

Né en Lituanie en 1969, Zilvinas Kempinas vit et travaille à New York. Depuis les années 2000, il met en jeu l’espace du spectateur et une conception dynamique de la sculpture, privilégiant comme matériaux la bande magnétique et les ventilateurs. Ces derniers produisent un souffle régulier qui va provoquer la mise en mouvement dans l’air d’une ou plusieurs bandes magnétiques, dessinant ainsi des formes. Empreintes de poésie, ses sculptures vivantes jouent sur notre perception de l’espace. L’artiste a représenté la Lituanie à la 53e biennale de Venise en 2009. Il a dernièrement exposé au MoMA de New York (2010) et au Garage à Moscou (2011).

________

JPEG - 21.4 ko
Courtesy the Artist and Peter Blum Gallery, New York

Église Saint-Pierre de Montmartre (18e) : Adrian Paci, Per speculum, 2006, Film 35mm.

À l’église Saint-Pierre de Montmartre, Adrian Paci présente un film 35 mm Per Speculum de 2006, ce qui signifie en latin de « l’autre côté du miroir ». L’œuvre met en scène des enfants dans un paysage champêtre jouant avec des miroirs, des frondes et la réflexion du soleil. Le verre brisé devient ici une source lumineuse qui transperce l’écran de projection jusqu’à fondre ses reflets dans le faisceau du projecteur. Une œuvre méditative qui se nourrit des grands mythes, de la peinture classique et du cinéma de Pier Paolo Pasolini où la lumière et le clair-obscur tiennent une place symbolique.

- De 21 h à 7 h, 2 rue du Mont-Cenis, Paris 18e - M° Anvers.
● Et aussi... ● ● Video.
Avec le soutien d’ Art, Culture et Foi.

Avec beaucoup de poésie, l’artiste albanais Adrian Paci mêle dans son travail (vidéo, installation, peinture, photographie et sculpture) expériences intime et universelle. Inspiré par sa propre histoire, l’artiste - qui a fui la guerre civile albanaise en 1997 pour se réfugier en Italie - s’est tout d’abord intéressé aux questions de l’exil et de la migration. Puis, il s’est peu à peu détaché de son vécu pour aborder l’histoire collective dans des mises en scène qui révèlent comment l’identité est conditionnée par le contexte socio-économique. Son travail a été montré au Fresnoy - Studio national d’art contemporain, à la biennale de Lyon en 2009 et au Maxxi de Rome en 2010.

________

JPEG - 3.4 ko
© Mairie de Paris

Cour de l’église Saint-Pierre de Montmartre (18e) : Anne-Sophie Tchiegg, Performance ; Paris Mômes, Ciel Etoilé, Installation lumineuse.
Le magazine Paris Mômes propose un point d’accueil pour les familles dans la cour de l’église Saint-Pierre de Montmartre, à deux pas du Sacré-Cœur. On y trouvera le parcours Paris Mômes, une installation lumineuse et interactive sur le thème des étoiles, ainsi qu’une performance de l’artiste Anne-Sophie Tchiegg, qui peindra sous nos yeux sa vision de la nuit.

- De 19 h à 22 h 30, 2 rue du Mont-Cenis, Paris 18e - M° Anvers.
● Et aussi...

________

JPEG - 4.8 ko
© Sigalit Landau

Église Saint-Jean de Montmartre (18e) : Sigalit Landau, Barbed Salt Lamps, 2007, Installation.

Depuis plusieurs années, la mer Morte est au cœur du travail de Sigalit Landau. Un lieu extrême et fortement symbolique, partagé entre Israël, la Jordanie et l’autorité Palestinienne. Pour Nuit Blanche, elle présente dans l’église Saint-Jean de Montmartre une nouvelle version de son installation Barbed Salt Lamps. Composée de suspensions en fils de fer barbelés recouvertes de cristaux de sel de la mer Morte, cette œuvre s’inscrit dans une réflexion poétique et engagée sur un pays à l’avenir incertain, contraint d’évoluer avec les traumatismes du passé.

- De 20 h à 7 h, 21 rue des Abbesses, Paris 18e - M° Abbesses.
● Et aussi... ● voir plus ● ● Video.
Avec le soutien des services de l’ambassade d’Israël en France et d’ Art, Culture et Foi.

Depuis une quinzaine d‘années, l’artiste israélienne Sigalit Landau développe une œuvre singulière, engagée et poétique. Dans son travail, elle associe différents médiums (installation, sculpture, objets, films et performances) et aborde les notions complexes de frontière, d’histoire, de mémoire et d’identité. Elle a notamment participé à la triennale de Yokohama en 2011 et exposé au Centre Pompidou à Paris en 2010 et au Museum of Modern Art (MoMA) à New York en 2008. Cette année, elle représente Israël à la 54e Exposition internationale d’art de la biennale de Venise avec une installation intitulée « One man’s floor is another man’s feelings ».

________

JPEG - 8.1 ko
Liverpool Biennial 2010 commission

Crypte de l’église Saint-Jean de Montmartre (18e) : Filip Gilissen, The Winner Takes It All, 2010, Installation.

Réalisée en 2010 pour l’ouverture de la biennale de Liverpool en hommage à l’artiste Felix Gonzalez Torres, l’installation The Winner Takes It All est adaptée à la crypte de l’église Saint-Jean de Montmartre. Jouant pleinement le jeu de l’attente et de l’événement, cette œuvre s’activera une seule fois durant la nuit. Le passage du 5 000e visiteur déclenchera une explosion dorée. Proposant une véritable « expérience de la secousse », Filip Gilissen poursuit sa réflexion amusée sur la nature même de l’art, son système et ses modes d’expositions.

- De 19 h à 6 h, 22 rue André Antoine, Paris 18e- M° Abbesses.
● Et aussi... ● ● Video.
Avec le soutien d’ Art, Culture et Foi.

Qu’il suspende une sculpture lumineuse à une grue de construction « It’s All Downhill From Here On », transforme l’entrée d’une galerie en un chemin quasi-infini de fils d’or « A Warm Welcome », l’artiste belge Filip Gilissen parle d’un monde voué à combattre l’ennui, le découragement et la résignation provoqués par l’inexorable fuite du temps. Face à l’expérience de l’oubli, de la précarité, de la perte et de la disparition, Filip Gilissen déploie une œuvre à vivre, radicale et déceptive, qui déstabilise nombre de nos certitudes. Son travail a été récemment exposé au Witte de With (Rotterdam) et au Torrance Art Museum (Los Angeles).

________

JPEG - 6.6 ko
© Ludovic DUHEM

Crypte du Martyrium Saint-Denis (18e) : Ludovic Duhem, Bruno Abt, Noli me tangere, Sculpture interactive sonore.

Disposées dans la crypte, quatre sculptures-peintures émettent des sons, des musiques et des voix dont l’émission est déclenchée par les mouvements des visiteurs. À chaque visite, Noli me tangere offre ainsi une nouvelle expérience de l’espace et du corps, au gré des résonances engendrées.

- De 19 h à 7 h, 11 rue Yvonne le Tac, Paris 18e - M° Abbesses.
● Site.
Avec le soutien de l’Ucar.

________

● ● ● Toute la Nuit Blanche.

Programmes

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse