L’Église
Catholique
À Paris

Pèlerinage sur les pas d’Édith Stein

Du 14 au 19 février 2011, un pèlerinage a permis aux pèlerins de découvrir la vie d’Édith Stein et son message dans l’Europe d’aujourd’hui.

Quel itinéraire que celui d’Edith Stein ! Une lumière spirituelle dans ce XXe siècle marqué par de nombreuses barbaries. Jean Paul II ne s’y trompa pas en la canonisant et en la proclamant co-patronne de l’Europe.

Retour de pèlerinage
Témoignages

« J’ai marché aux côtés d’une orante qui me redit combien la prière est le lieu tout privilégié de rencontre avec le Dieu Vivant. »

Par mon baptême, appelée aujourd’hui à la sainteté ! Voilà ce que, par son exemple de vie, Edith Stein me rappelle ! Marcher sur les pas de Sainte Thérèse Bénédicte de la Croix, en Allemagne et en Hollande a été une grande joie ! Oui quelle joie de découvrir une sainte si proche de nous dans le temps et les évènements vécus !

J’ai découvert une personne en quête du sens des choses et des êtres ; en quête de la vérité qui seule rend libre. Comment ne pas suivre sa quête de la vérité dans le concret de ma vie aujourd’hui ? J’ai marché sur les traces d’une femme qui ayant vécu pleinement dans son temps, souligne l’importance du rôle de la femme dans la société, dans le monde et dans l’histoire du salut. Rôle de la femme inséparable de celui de l’homme et rappelant à chacun sa particularité. En tant que femme, je me sens touchée par cet appel à suivre Marie, la figure féminine par excellence, et à l’imiter en tout.

J’ai également découvert une juive, attachée à son peuple, jusqu’à le rejoindre pour vivre le martyre d’Auschwitz. Elle m’invite à me plonger dans l’Ecriture Sainte pour comprendre l’histoire du Salut du Peuple de Dieu, pour comprendre l’histoire du salut de l’homme, l’histoire de mon salut.

J’ai marché aux côtés d’une orante qui me redit combien la prière est le lieu tout privilégié de rencontre avec le Dieu Vivant. Enfin j’ai traversé l’Allemagne et la Hollande avec une européenne, consciente de sa responsabilité civile à une époque ou le droit et la vérité avaient laissé place au mensonge et au pouvoir de la mort. Comment à sa suite ne pas ressentir le besoin de réfléchir aux questions de notre société et devenir responsable ?

Il me reste à apprendre à la connaître par sa philosophie et sa spiritualité. Il me reste aussi à découvrir les nombreux saints d’Europe qu’elle a mis sur notre route pendant ce pèlerinage : Albert Le Grand, Dun Scott, Mgr von Galen, le bienheureux Titus Brandsma, Etty Illesum… et puis à suivre mon propre chemin vers la Sainteté…

Je rends grâce pour tous les saints qui nous invitent à suivre le Christ. Ils nous rappellent à quel point l’Amour de Dieu est plus fort que le mal déployé dans ses formes les plus extrêmes et les plus diverses. Quelle Espérance !
Le Seigneur Dieu est Vivant au milieu de nous. Il a planté sa Tente ! Quelle joie d’être Enfant de Dieu !

Anne-Cécile

« Tous ces saints nous appellent à unir mystique et politique et à vivre notre engagement de chrétien, au milieu du monde. »

"Là où le péché abonde, la grâce surabonde ;" Au milieu du déchaînement des forces du mal, apparaissent de grandes figures de sainteté, que nous fait découvrir ce pèlerinage. C’est la force intérieure d’Édith Stein, enracinée dans la science de la croix, qui l’amène à l’offrande tout entière de sa vie, au nom de son peuple. C’est la figure du bienheureux Clément von Galen, évêque de Munster, en Allemagne, de 1933 à 1946, qui, en 1941, s’est dressé pour dénoncer, du haut de la chaire, l’iniquité du national-socialisme, parce qu’il bafoue la loi morale naturelle et décide l’euthanasie des malades mentaux, considérés comme des êtres sans valeur, n’ayant plus le droit de vivre. C’est le bienheureux Titus Brandsma, carme hollandais,recteur de l’université de Nimègue, de 1932 à1942, mort à Dachau, arrêté pour avoir professé un cours sur les effets néfastes de l’idéologie nazie.

Tous ces saints nous appellent à unir mystique et politique et à vivre notre engagement de chrétien, au milieu du monde. Même si le contexte n’est pas aussi tragique, le combat spirituel contre le mal reste une exigence, toujours actuelle, de notre foi ? Ainsi, la visite à la fondation Konrad Adenauer a mis en lumière le rôle des laïcs en politique, pour promouvoir la paix et la défense de la dignité de la personne humaine.

"Plus quelqu’un est attiré vers Dieu, plus il doit ensuite sortir de lui-même pour aller vers le monde, afin d’y porter l’amour divin." (Edith Stein, lettre du 12-2-1928 à Sœur Callista Kopf )

Marie

« La lucidité avec laquelle Édith Stein a avancé au cours de l’histoire frappe. »

Pour la seconde fois je suis partie avec joie en pèlerinage sur les pas d’Edith Stein, juive allemande devenue carmélite. Avec un regard neuf, je souhaitais de me laisser conduire un peu plus par Edith et sa spiritualité de la croix. Nous sommes allés à Göttingen (berceau de l’École phénoménologique), Münster, Cologne, camp de transit de Westerbork, Echt, sur ces lieux marqués par son passage.

Notre groupe, encadré par Mgr Renauld de Dinechin et Sophie Binggeli que je remercie vivement, a profité d’enseignements très enrichissants et a découvert ou approfondi le cheminement vers le silence intérieur. A chaque étape, nous avons rencontré des personnes passionnantes, attachantes. Au carmel de Cologne, Mère Ancilla nous a conté sa joie d’avoir été à Rome pour la canonisation de Sr Thérèse-Bénédicte de la Croix. A Cologne encore, le monument dédié à Édith est exceptionnel et parlant. On y voit notamment une statue d’Edith tenant dans ses bras deux écrits de référence : « Le problème de l’empathie » et « La Science de la Croix ».

Pendant ce périple, nous avons été imprégnés du chaos politique de l’époque d’Edith, lu les textes alarmants de Pie XI, des évêques de Hollande et de Mgr Clemens von Galen face au drame de l’extermination de tant d’innocents imposée par le régime nazi. Je retiens les visages de celles qui ont suivi Édith et sa sœur Rosa à Westerbork : Ruth Kantorowicz qui a tapé beaucoup de manuscrits d’Edith (« Vie d’une famille juive »par exemple), Alice Reis filleule d’Edith. D’autres figures exceptionnelles également nous ont accompagnés : Etty Hilllesum et Titus Brandsma.

La lucidité avec laquelle Édith Stein a avancé au cours de l’histoire frappe. Sa personnalité déterminée pétrie d’empathie (Einfühlung) saisit. Sa fidélité à sa famille, à son peuple et la présence de Rosa à ses côtés touche. Sa quête de la vérité jusqu’à son abandon au Christ interpelle. L’Amour est plus fort que la mort. Édith en est le témoignage vivant.

Canonisée, Sr Thérèse-Bénédicte de la Croix est proclamée co-patronne de l’Europe en 1999. Le témoignage de sa vie est signe d’Espérance et tient sa place dans l’actualité politique et religieuse du monde. Édith Stein ouvre une voie à la connaissance de Dieu et au respect de la personne humaine. Elle est une étoile dans la nuit obscure.

Ce formidable pèlerinage a été très fécond !

Catherine

___

Née dans une famille juive à Breslau à la fin du XIXe siècle, Edith Stein finit par perdre consciemment et librement sa pratique juive. Au contact du philosophe E. Husserl, professeur à Göttingen, Edith Stein expérimente une vraie libération intellectuelle. C’est dire si sa dette à l’égard du « Maître » Husserl est grande… Et pourtant, le chemin sera « long, obscur et dur » – « ma quête de la vérité était ma seule prière » – jusqu’au jour de la rencontre indicible avec le Christ. Tout prend pour elle un sens nouveau.

La personne humaine se découvre dans toute sa profondeur spirituelle. En 1933, elle entre au carmel de Cologne avant de devoir fuir en Hollande.
« Fille d’Israël, fille du Carmel », Edith oppose à l’idéologie nazie une pensée exigeante, l’expérience radicale de Dieu et le témoignage lumineux du martyre.

Suite à l’intervention des évêques hollandais, la gestapo arrêt les moines et moniales d’origine juive, dont Edith et sa sœur Rosa. Toutes deux seront déportées à Auschwitz et exterminées le 9 août 1942. Edith n’est pas seule dans ce combat ; nombreux sont ceux qui s’y engagent : Rosa Stein, sa sœur, le cardinal Clemens von Galen, Titus Brandsma, Etty Hillesum, les évêques de Hollande, et tant d’autres.

Ce pèlerinage, organisé du 14 au 19 février 2011, a permis aux pèlerins de découvrir la vie d’Edith Stein et son message dans l’Europe d’aujourd’hui. Il s’est accompagné d’une introduction à ses œuvres mêmes par la lecture et l’étude de certains de ses textes. Différents thèmes ont été abordés : la recherche du sens de l’histoire, le lien entre les racines juives et la foi chrétienne, le rapport entre foi et raison, l’anthropologie et sa pensée sur la femme, ainsi que la spiritualité de la Croix.

Points forts
- Le Carmel de Cologne
- Rencontre avec la Société Edith Stein
- La bibliothèque de l’université de Göttingen
- La cathédrale de Munster
- La cathédrale de Cologne
- Le camp de concentration de Westerbork
- Le Carmel d’Echt

Ville étapes
- Göttingen
- Munster
- Cologne
- Westerbock
- Echt

Comptes-rendus

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse