L’Église
Catholique
À Paris

Prendre contact avec Dieu

Sans attendre une preuve matérielle pour croire, nous devons chercher à entrer en relation avec Dieu.

Lorsque l’apôtre Thomas voit Jésus ressuscité, il s’écrie : « Mon Seigneur et mon Dieu ! [1] ». C’est un cri d’adhésion. Il croit. Voyant Jésus devant lui, il croit en Dieu. C’est un acte de reconnaissance de sa présence. C’est un acte d’adhésion à une réalité qui s’impose à lui. Dans les jours qui précédaient, il en avait refusé l’idée car normalement, quand un homme est mort, il ne peut revenir à la vie. Maintenant que Jésus est vivant devant lui, le mystère de Dieu s’impose à lui et il consent.

Qu’est-ce que la foi ?

Jésus aurait pu se réjouir de ce signe d’adhésion de Thomas. Pourtant, il lui fait un reproche : « Parce que tu m’as vu, tu crois. Heureux ceux qui croient sans avoir vu ». On n’a pas attendu Thomas pour apprendre cela. Depuis l’expérience d’Abraham, la Bible nous apprend que la foi n’attend pas d’avoir une preuve pour se mettre en mouvement. La foi est une prise de contact avec Dieu. C’est une capacité pour entrer en relation avec Dieu. C’est un acte d’adhésion. Dans la foi, je demeure toujours libre. Je ne puis jamais être contraint. En revanche, je ne suis jamais isolé ; j’ai toujours besoin de témoins qui me précèdent et m’indiquent le chemin.

Pour m’unir à Dieu

Je n’invente pas Dieu, j’en reçois le témoignage par mes aînés dans la foi. Et par mon adhésion, j’en deviens à mon tour le témoin. Ce qu’est l’acte de foi, saint Jean de la Croix l’exprime dans une formule concise : « La foi est le seul moyen prochain et proportionné pour l’union de l’âme avec Dieu [2] ».

+ Mgr Renauld de Dinechin
Évêque auxiliaire de Paris

Au point de départ de toute réflexion que l’Église entreprend, il y a la conscience d’être dépositaire d’un message qui a son origine en Dieu même (cf. 2 Co 4, 1-2). La connaissance qu’elle propose à l’homme ne lui vient pas de sa propre spéculation, mais du fait d’avoir accueilli la parole de Dieu dans la foi (cf. 1 Th 2, 13).

À l’origine de notre être de croyants se trouve une rencontre, unique en son genre, qui a fait s’entrouvrir un mystère caché depuis les siècles (cf. 1 Co 2, 7 ; Rm 16, 25-26), mais maintenant révélé : « Il a plu à Dieu, dans sa bonté et sa sagesse, de se révéler lui-même et de faire connaître le mystère de sa volonté (cf. Ep 1, 9), par lequel les hommes ont accès auprès du Père par le Christ, Verbe fait chair, dans l’Esprit Saint, et sont rendus participants de la nature divine » [3].

C’est là une initiative pleinement gratuite, qui part de Dieu pour rejoindre l’humanité et la sauver. En tant que source d’amour, Dieu désire se faire connaître, et la connaissance que l’homme a de Lui porte à son accomplissement toute autre vraie connaissance que son esprit est en mesure d’atteindre sur le sens de son existence.

Jean-Paul II, Fides et Ratio (Foi et raison) n. 7.

- Article extrait de la Revue Vocations juillet 2011 “La vocation, un acte de Foi !”, à feuilleter et à commander.

[1Jn 20, 28.

[2Montée du Carmel, Liv. 2, ch. 8.

[3Concile oecuménique Vatican II, Constitution dogmatique sur la Révélation divine Dei Verbum, n° 2.

Ressources et formations

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse