Proposer des éléments de réflexion en période électorale

P.N.-D. - Paris Notre-Dame publie cette semaine le texte de la Conférence des évêques de France « Élections : un vote pour quelle société ? » Pourquoi et à quel titre l’Église prend-elle la parole dans ce contexte de campagne électorale ?

Cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris et président de la Conférence des évêques de France.
Cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris et président de la Conférence des évêques de France.
Photo : Gamil Grogy

Cardinal André Vingt-Trois – La question est souvent posée de savoir si l’Église catholique interviendra dans le débat électoral et de quelle façon. La réponse n’est pas évidente. L’Église a-t-elle quelque chose à dire sur les programmes qui seront présentés ? Peut-elle s’exprimer sans briser le pacte laïc qui caractérise notre société française ? Il me semble que, même si depuis longtemps l’Église ne donne plus de consignes de vote, chacun peut comprendre que ses responsables proposent des éléments de réflexion aux membres de leur communauté. De plus, quand – à propos de certains points du débat actuel – l’avenir de l’homme est en cause, il est de notre devoir de parler et d’éveiller les consciences. Nous ne cherchons pas à contraindre quiconque à adopter nos croyances sur l’homme et sur sa vocation, mais nous sommes convaincus que la sagesse chrétienne peut apporter un éclairage utile à tous ceux qui veulent.

P.N.-D. - Que peut dire l’Église sur les différentes questions du débat politique ?

Cardinal André Vingt-Trois – L’Église ne prétend pas fournir les solutions techniques qui ne sont pas de sa compétence. En revanche, elle s’emploie à diffuser et partager les fruits d’une réflexion séculaire sur la qualité humaine d’une société. Depuis un siècle et demi, cette réflexion a été plus directement orientée sur les questions de la vie sociale, économique et politique. Elle a produit ce qu’on appelle globalement la Doctrine sociale de l’Église. La mission des Églises particulières est non seulement de diffuser cet enseignement, mais encore de l’appliquer à chacune des différentes situations. Notre visée n’est pas de convaincre de voter pour tel ou tel programme ou tel ou tel candidat, mais de donner des éléments de décision au choix informé et libre des citoyens.

P.N.-D. - Vous présiderez le 11 octobre la messe annuelle des responsables politiques à Ste-Clotilde. Quel(s) sujet(s) allez-vous aborder à cette occasion ?

Cardinal André Vingt-Trois – Je ne l’ai pas encore défini dans le détail. Cependant, il me semble important de rappeler régulièrement que, pour mobiliser les énergies et les générosités, il faut que les efforts demandés s’inscrivent dans un projet d’ensemble qui permette une véritable lisibilité de la participation de tous à l’effort commun. C’est là, je crois, une part importante du travail politique, qui dépasse de beaucoup la mission régalienne de redistribution financière. Quelle société voulons-nous ? Quelle vision du travail, de la famille ou du bonheur proposons-nous aux jeunes ? Quelle solidarité souhaitons-nous dans l’ensemble européen et même à l’échelle de la planète en ce temps ? Comment intégrons-nous le souci écologique dans notre mode de vie ? Toutes ces questions devraient avoir la première place dans le travail politique et le débat de ces prochains mois. • Propos recueillis par Pierre-Louis Lensel

Lire le texte de la Conférence des évêques de France
« Élections : un vote pour quelle société ? »

Contact

Paris Notre-Dame
10 rue du Cloître Notre-Dame
75004 Paris
Tél : 01 78 91 92 04
parisnotredame.fr

Articles

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse