Régis Aubry, Chef du département douleur - soins palliatifs du CHU de Besançon, président de l’Observatoire national de la fin de vie, dans Libération : “Il est temps de parler de la fin de vie”

Le 22 juin 2012

Tribune parue le 22 juin 2012 dans Libération.

Extrait.

Dans un contexte économique difficile où celui qui ne produit plus pourrait être perçu comme une charge, et dans un monde où la fin de vie est vécue par beaucoup comme une mise en échec de la médecine, nous devons être très rigoureux dans la façon dont nous abordons ces questions. Il faut d’abord faire attention à ne pas réduire les questions de fin de vie à celles qui entourent l’euthanasie : à ne concentrer le regard et l’attention que sur cette question, nous risquons d’en laisser d’autres hors du débat de société, les condamnant à une discussion uniquement entre experts. Toutes les questions sur la fin de vie ne sont pas solubles dans celles sur l’euthanasie : les pratiques d’acharnement thérapeutique, l’insuffisante prise en compte de la douleur dans les hôpitaux, le coût du maintien à domicile pour les patients ou l’égalité d’accès aux soins palliatifs doivent eux aussi être au cœur du débat.

- Lire la tribune “Il est temps de parler de la fin de vie” de Régis Aubry, Chef du département douleur - soins palliatifs du CHU de Besançon, président de l’Observatoire national de la fin de vie, parue dans Libération.

Documents

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse