L’Église
Catholique
À Paris

Retour sur le Festival de la Charité

Du 28 janvier au 5 février 2008, le Festival de la Charité s’est tenu au sein des paroisses parisiennes. Vivre la charité comme une fête, échanger et partager avec des personnes différentes, donner leur juste place aux pauvres sont les actions qui ont permis de mettre en lumière la richesse des initiatives des parisiens. Autant du signes d’espérance pour le monde.

De nombreux médias se sont intéressés au Festival de la Charité.

- Pour voir les photos

« Ce Festival est avant tout un point de départ »

Propos du P. Olivier Ribadeau-Dumas, vicaire épiscopal pour la solidarité :

« Le fait que trois quarts des paroisses de Paris se soient investies dans ce Festival montre combien la charité est une dimension de la foi importante pour les chrétiens d’aujourd’hui. Aussi bien dans les paroisses de l’Ouest que de l’Est parisien, de nombreuses manifestations ont été organisées, souvent en lien avec des associations caritatives comme le Secours catholique, le CCFD, les Captifs. _ Nombre de ces manifestations ont été l’occasion de resserrer des liens existants avec des élus, des travailleurs sociaux…Par ailleurs, ces propositions ont touché toutes les générations et ont permis de sensibiliser des personnes qui, a priori, ne se sentaient pas forcément concernées par la charité. Plusieurs manifestations paroissiales ont été organisées avec des personnes en difficulté. En faisant ou en vivant quelque chose avec – et non pour – les personnes démunies, je crois que les chrétiens ouvrent de nouveaux horizons. Ces initiatives peuvent vraiment nous aider à exercer la solidarité d’une façon toute nouvelle. Ce Festival de la Charité est donc avant tout un point de départ dont nous verrons les fruits plus tard. D’ores et déjà, des paroisses ont décidé de s’engager encore plus dans l’action caritative. A St-Laurent (10e), par exemple, un café Ozanam destiné à accueillir des personnes démunies va ouvrir ses portes. »

A l’occasion du Festival de la Charité, l’Ecole Cathédrale a organisé 3 tables-rondes :
- Table ronde sur « Charité, justice, solidarité ? Où en est le débat après l’encyclique de Benoît XVI Dieu est amour »
Une conférence de Jean Guilhem Xerri, Président de “Aux captifs la libération”
Avec : Vincent AUCANTE (philosophe, Collège des Bernardins) ; Luc BOLTANSKI (sociologue, EHESS) ; Henry DE VILLEFRANCHE (bibliste, Ecole Cathédrale)
- Table ronde sur « Paris invisible. État des lieux des pauvretés dans notre ville »
Une conférence de Jade Lindgaard, journaliste
Avec : Claire CARRIER (psychiatre et psychanalyste) ; Charles GAZEAU (président de la délégation parisienne du Secours Catholique) ; P. Olivier RIBADEAU DUMAS (Vicaire épiscopal pour la solidarité) ; Bruno ROULIN (Conférences de saint Vincent de Paul)
- Table ronde sur « Charité personnelle et solidarité institutionnelle »
Une conférence du Cardinal André VINGT-TROIS et de Eric AUBRY, conseiller social du premier ministre
Avec : Anne et Damien DE BLIC (Education sans frontières) ; Patryck BREITBURD (président de Tibériade)

La société de Saint Vincent de Paul propose un compte-rendu sur le Festival de la Charité dans son numéro de mars 2008.

Solidarité à la Une, à Saint-Séverin (5e)

Le samedi 2 février à Saint-Séverin, se sont tenus une demi-douzaine d’ateliers sur le principe de la réciprocité dans l’échange : « je donne, tu reçois, nous partageons »

Les visiteurs étaient accueillis par ceux qui habituellement reçoivent de l’aide. Ainsi, autour d’un feu de bois dans le jardin du cloître, les gens de la rue proposaient du bouillon et des merguez.

Plus loin, les passants ont pu être initiés à des rudiments d’écriture arabe ou tamoul. Ou encore créer des objets, colliers, T-shirts habituellement faits par les femmes sans papiers du dépôt de la Préfecture. Et aussi découvrir leur talent d’expression dans l’atelier d’écriture. Et enfin tester le livre de recettes préparée par « les grand-mères » visitées à domiciles.

A cette occasion, une bourse de mise en relation de besoins, de talents et de services a été mise en place sous la forme d’une (vraie) urne dans laquelle ont été glissés des billets portant inscription de demandes et de propositions.
Les trésors de l’urne, les bijoux créés, les livres de recettes achetés, les poèmes composés, les échanges avec les amis de la rue…. plus que des souvenirs, sont pour nos participants de précieux petits pas dans la compréhension et l’attention aux autres.

Exposition et Quizz à la paroisse Saint-Gabriel (20e)

Dès samedi matin 26 janvier, une exposition, à l’intérieur de l’église, indiquait aux visiteurs , 13 lieux, équipes ou mouvements œuvrant pour la charité sur la paroisse.

Les enfants de la catéchèse et les jeunes des aumôneries de collège et de lycée pourront tout au long de la semaine découvrir cette réalité au moyen d’un quizz sur les différents panneaux.

Café Ozanam à la paroisse de Saint-Laurent (10e).

Le 2 février 2008 à 8h30, rendez-vous est pris pour offrir aux personnes de la rue un accueil et un petit-déjeuner.
_ “La bénédiction des pauvres est celle de Dieu… Allons aux pauvres !” » s’écrie Frédéric Ozanam.
Sous le patronage de Frédéric Ozanam et de Saint Vincent de Paul, ancien paroissien de l’église Saint Laurent, une équipe de bénévoles s’est lancée dans une nouvelle aventure auprès des personnes à la rue dans notre quartier.

Et nous voilà, à la rencontre de ces hommes - une soixantaine d’afghans, kurdes, iraniens ainsi que quelques européens, “on éprouve une sorte de honte de sa propre sécurité” (Maurice Zundel). Leur histoire est bien gravée sur le visage – guerre, persécution, kilomètres de marche sans fin, une lutte pour survivre, deuil et souffrance, et malgré tout cela ils gardent une flamme d’espoir. Ils nous sourient, contents d’être accueillis et nous nous sentons accueillis à notre tour. Pour une petite heure ils se détendent. Notre regard est en train de changer. Ce ne sont plus des étrangers, éloignés et qui ne nous concernent pas ; ce sont des frères qui partagent et respirent dans la même espace que nous. Nous nous rendons compte que ces mêmes frères, ainsi que des mineurs parmi eux, dorment souvent dehors dans notre quartier dans des conditions inhumaines.

Ce partage au cours d’un petit déjeuner nous a permis d’abord de voir l’importance d’être d’un même cœur au niveau de l’équipe d’accueil et nous a ouvert l’esprit à une sérieuse réflexion aux causes du mal de cette pauvreté à nos portes et l’amitié qu’on peut avoir avec ces personnes.

Je laisse le dernier mot à Frédéric Ozanam qui nous guide avec compassion : “Cette charité, qui mêle ses larmes aux larmes des malheureux qu’elle ne peut consoler autrement, qui caresse et recueille l’enfant nu et abandonné, qui porte les conseils de l’amitié à la jeunesse timide, qui s’assied avec bienveillance au chevet du malade, qui écoute, sans donner signe d’ennui, les longs et lamentables récits de l’infortune, cette charité, ô mes amis, ne peut être inspirée que par Dieu."

Jean Vanier à l’église du St-Esprit (12e)

Jeudi 31 janvier, environ 200 personnes se sont retrouvées à la paroisse du St-Esprit (12e) pour écouter une conférence de Jean Vanier, sur le thème : « Qu’est-ce que signifie être bénévole aujourd’hui ? »

Des propositions variées à Notre-Dame de la Croix (20e)

Le Festival a commencé lundi 28 au soir par une soirée de témoignages sur le thème "Agir. Comment faire ?". Nous avons pu écouter le témoignage très prenant de Harry et Michel qui sont visiteurs à l’hôpital Tenon, et celui de Georges qui a monté l’association La Main de l’Autre pour aider les personnes en grande précarité.

Jeudi 31 nous nous sommes réunis avec nos frères musulmans, sikhs et protestants pour une veillée de prière interreligieuse pour la paix. Le pari était non pas de prier ensemble mais d’être ensemble pour prier. Ça a été une grande réussite. Sans masquer nos différences, sans en faire des frontières, nous étions tous réunis pour prier Dieu pour la paix. Une expérience bien à l’image du quartier de Ménilmontant et qui a donné à tous l’envie de recommencer.

Samedi 2 des responsables de l’ACAT sont venus nous présenter leur action. Leur moyen d’action : le stylo et la prière. Il est frappant de mesurer les résultats que l’on peut obtenir dans la du-rée, avec persévérance, par le simple envoi de lettres. Un flocon de neige est insignifiant mais une congère pèse des tonnes.

Vendredi, Samedi et Dimanche soir, l’association La Main de l’Autre a invité les paroissiens à se joindre à ses bénévoles. Des paroissiens ont participé à des collectes de produits alimentaires réalisées dans des supermarchés du quartier, vendredi et samedi. Ils ont également pu participer à la distribution de ces denrées dimanche soir.

Pendant la messe du dimanche 2, les enfants du jardin évangélique ont préparé des cartes qui ont ensuite été envoyées aux personnes seules de la paroisse.

Mardi, l’épicerie sociale Magaliménil a ouvert ses portes aux personnes du quartier qui voulaient en savoir plus et voir comment cette épicerie fonctionne. À 17h les enfants du catéchisme sont allés distribuer des crêpes aux passants et aux commerçants du quartier.

Mardi soir nous avons terminé le Festival par une soirée festive avec buffet partagé, poésies, chorales, balafons. Nous étions plus de 100 personnes avec une bonne partie de personnes non paroissiennes venues écouter la chorale l’Echo Râleur qui s’est produite à partir de 21h.

Rallye pour les familles dans le 5e arrondissement

Les paroisses du 5e arrondissement, St-Etienne du Mont, St-Jacques du Haut-Pas, St-Médard et St-Séverin organisaient un« rallye pour les familles » pour découvrir quatre figures de la charité qui ont œuvré dans le 5e : saint Vincent de Paul pour St-Séverin, la bienheureuse Sœur Rosalie Rendu pour St-Médard, l’abbé Cochin pour St-Jacques du Haut-Pas et le bienheureux Frédéric Ozanam pour St-Etienne du Mont.

Des événements forts à Sainte Jeanne de Chantal (16e)

D’abord : « La Prière Rue » préparée par Aux Captifs la Libération. Nous étions une centaine : des personnes vivant dans ou de la rue, des membres de l’association et des paroissiens pour prier ensemble et échanger sur « l’Hymne à la Charité ». Puis ce fut un repas « tiré du sac », préparé par l’association. Plusieurs paroissiens ont dit : "nous étions les invités".

Ensuite : soirée crêpes. Différents groupes : jeunes des collèges et lycées, scouts, groupes de prières, MCR, Aux Captifs la Libération, Distribution Alimentaire, Conférence Saint Vincent de Paul, Pastorale de la Santé, chorale…. sont venus accompagnés de leurs invités pour manger des crêpes dans une ambiance chaleureuse et festive.

Ce qui nous semble aussi important c’est que dès le départ un comité a été créé, rassemblant tous les groupes caritatifs de la paroisse. Nous avons aussi travaillé en doyenné.

Le travail abordé à N.-D. du Travail (14e)

A N.-D. du Travail, mardi 29 janvier, une veillée d’adoration consacrée aux difficultés et aux joies rencontrées au travail a ouvert le Festival. Pendant cette semaine, deux propositions ont été faites à des jeunes du quartier : une soirée cinéma et un grand jeu rallye. Tracts et affiches dans les collèges, bouche à oreille… au total, une cinquantaine de jeunes ont répondu à l’invitation. « Tous étaient étonnés de découvrir qu’une église est un lieu convivial où se vit de belles choses, explique le P. François Potez, curé. Ce premier contact avec les jeunes a été très bon. Nous avons déjà rendez-vous pour une prochaine rencontre. »

Livre d’Or à St-Joseph des Epinettes (17e)

Un livre d’or des gestes d’amour reçus et donnés a été ouvert, dès la première semaine de l’Avent. Il restera ouvert jusqu’à Pâques, pour tous les paroissiens et visiteurs qui veulent rendre grâce.

Relais d’immeubles à St-Eloi (12e)

A St-Eloi, samedi 2 février, une veillée de prière animée par le groupe de louange« Transcendance » a rassemblé une centaine de personnes de tous âges. N.-D.de la Croix (20e)
Une carte du territoire de la paroisse a été disposée au fond de l’église, et chacun est invité à indiquer d’un point de couleur l’endroit où il habite. A l’image de ce qui se fait à St-François de Sales (lire Paris Notre-Dame du 10 janvier 2008) la paroisse invite chaque fidèle à devenir « relais d’immeuble ». Le but est double : repérer les pauvretés et transmettre les informations paroissiales au plus grand nombre. Pour mardi gras, les enfants du catéchisme ont offert des crêpes aux commerçants du quartier.

« Pourquoi tant de pauvretés ? » au Doyenné Italie-la Gare (13e)

Mardi 29 janvier, une conférence-débat était organisée par le doyenné Italie - la Gare à la mairie du 13e sur le thème « Pourquoi tant de pauvretés, que faire ? » Y participaient essentiellement des chrétiens du doyenné et des élus : Jérôme Coumet, maire du 13e, Serge Blisko, député, Jean-François Pellissier, adjoint au maire chargé de la démocratie participative. La réunion a débuté par des témoignages d’acteurs locaux et s’est poursuivie avec les interventions de Christian Corméliau, économiste du développement et Jean-Baptiste de Foucauld, président fondateur de « Solidarités nouvelles face au chômage ». Dans une salle comble, le maire, Serge Blisko, a exprimé toute la satisfaction des élus pour ce type de rencontre.

Charité par et pour tous à Immaculée Conception (12e)

Mercredi 30 janvier, environ 250 enfants du catéchisme ont écouté le témoignage de Monique Blachier, responsable de l’aumônerie de l’hôpital Trousseau. Elle a notamment parlé de son expérience auprès des enfants malades et de leurs familles. Dimanche 3 février, après l’Eucharistie préparée avec des personnes démunies, un repas partagé servi par les jeunes de l’aumônerie et des scouts a rassemblé170 participants (dont des personnes démunies). Lors du repas un « accueillant » et un « accueilli » de l’association Aux captifs la libération ont témoigné. La soirée s’est conclue par un spectacle donné par un paroissien magicien, œuvrant notamment auprès des personnes âgées de l’hôpital Bretonneau.

Une paroissienne témoigne : "Comme dans tout le diocèse de Paris, du 28 janvier au 5 février, la paroisse de l’Immaculée Conception a vécu son premier festival de la Charité. Mais, qu’est-ce qu’un festival de la charité ?
Nous n’avions ni définitions, ni références. "Il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir" (Ac 20,55) était notre point de départ. Nous avons appris à mieux connaitre les différents groupes caritatifs de notre communauté par des temps d’échanges sincères, des témoignages vrais et des prières profondes.
Mais, surtout, tout au long de la semaine, la relation à l’Autre a été transcendée. Juste avant d’entrer dans le Carême, il nous est réapparu comme primordial d’écouter, de s’ouvrir aux autres car la charité commence par le don de soi. Et, c’est ainsi, animés par la grâce de Dieu, que nous construirons un monde meilleur. Cette semaine fut belle, très belle. Chacun a vécu des moments intenses. Moi, je n’oublierai pas notre église, illuminée de cierges, pleine d’espérance, un vendredi soir gris et pluvieux."

Le Festival de la Charité vécu à Saint-Ambroise (11e)

Parmi les nombreuses manifestations proposées par les divers mouvements caritatifs de notre paroisse nous retenons :
- le Rallye des jeunes partis à la découverte des différentes associations caritatives de notre quartier pour découvrir leurs actions
- le Petit café, qui a servi tous les jours le café du matin et la soupe du soir aux amis de la rue
- les portes ouvertes, aux paroissiens des diverses associations : équipes saint Vincent, conférence saint Vincent de Paul, CCFD

Le moment fort de ce Festival a été le dimanche 3 février.

Au cours de la célébration dominicale, à laquelle les amis de la rue avaient été invités, chaque mouvement caritatif a porté en procession un objet symbole de son action. Ouvrant la marche : l’icône de la Trinité de Roublev : puzzle réalisé par les jeunes lors du rallye, des fleurs : cadeau toujours offert par la conférence Saint Vincent de Paul aux personnes âgées du club du dimanche pour leur anniversaire ; une grande enveloppe pour l’action de domiciliation des gens de la rue par les équipes saint Vincent, un panier avec les produits du commerce équitable par le CCFD, un sac contenant les produits de la boutique saint Vincent, un tableau de sœurs de Mère Térésa : « Je suis la source », enfin le pain et le vin apportés par les amis de la rue du Petit café.

Ensuite un repas, préparé et servit par les sœurs de Mère Teresa et l’équipe des repas de saint Ambroise a été offert à nos amis de la rue.

Impressionnante, cette longue file d’attente devant la salle saint Ambroise ! Nous avons eu la joie d’accueillir 250 amis de la rue. !

Ce temps convivial a permis à ces deux partenaires de mieux se connaitre et de travailler ensemble.
Nos amis de la rue ont apprécié la salle accueillante et décorée et le repas offert ainsi qu’en témoigne Anne marie :

« Tout s’est très bien passé grâce à l’organisation très encadrée des bénévoles des petites sœurs. Les participants avaient tous l’air très contents de leur bon repas. Puis quand tout a été rangé dans la bonne humeur, les bénévoles ont pu prendre un repas en commun et faire connaissance mutuellement. Cela a été un moment très sympathique car nous travaillons à des endroits différents mais tous dans le même esprit et pour une même cause. »

Nous, paroissiens, avons pu ainsi mieux prendre conscience de l’action menée quotidiennement par les sœurs de Mère Térésa rue de la Folie Méricourt auprès de nos amis de la rue, et de la grande disponibilité de l’équipe des repas saint Ambroise.

« Nous avons en effet touché du doigt pendant cette semaine comme une « vie de famille » cette fraternité vraie à laquelle nous nous sentons appelés » nous dit Nathalie.

Le Festival de la Charité à la paroisse de la Sainte Trinité (9e)

La paroisse de la Sainte Trinité avait décidé de répondre « présente » à l’appel du diocèse de Paris concernant l’organisation d’un « Festival de la Charité » sur la semaine du 28 janvier au 5 février.

Temps fort pour notre communauté paroissiale, le Festival de la Charité a été l’occasion d’une profusion d’idées, d’initiatives et (heureusement) de réalisations, sous l’invocation : « Seigneur, apprends moi à aimer comme toi… ».

Cela s’est passé à la Trinité : lancement de l’adoration quotidienne de jour, exposition présentant les différentes activités du pôle « solidarité/charité » de la paroisse, confection et distribution d’un journal « Trinité & Charité », conférence du Père Louis Pelletier sur le thème « La charité du Christ nous presse », portes ouvertes à la Soupe, à Macadam Café , à l’association Accueil Logement Saint Lazare, rencontre pour développer la Mission sur la paroisse, Forum de l’engagement des jeunes organisé par la paroisse Saint Augustin et messe autour des malades.

Pour lire l’intégralité du bilan de la paroisse de la Sainte-Trinité

Profusion d’idées à Saint-Pierre de Chaillot (16e)

Le festival de la charité a été l’occasion d’une profusion d’idées, d’initiatives et de quelques réalisations auxquelles notre paroisse Saint Pierre de Chaillot a participé.

Tout d’abord nous nous sommes retrouvés au cours de la messe du dimanche 3 février 2008 pour prier ensemble et ouvrir nos cœurs aux nombreuses pauvretés qui nous entourent et que nous ne pouvons ignorer.

Ensuite un certain nombre des accueillis de l’Entraide, les paroissiens et les habitués de la Paroisse Saint Pierre de Chaillot étaient invités à un moment de partage autour d’un repas organisé après la messe, avec la participation du Père ESPOSITO, le Vicaire Marc GUELFUCCI et le diacre Jacques de CLEBSATTEL.

Un magnifique buffet particulièrement réussi grâce à la générosité et au dévouement des bénévoles de l’Entraide a permis d’accueillir un très grand nombre de personnes dans des locaux un peu étroits. Les paroissiens sont venus très nombreux car s’ils connaissaient l’Entraide de la paroisse, ils n’ont guère l’occasion d’y entrer, ni de voir ce que les bénévoles y font tous les mercredis, jeudis et samedis matin : constitution de dossiers - accueil - petits déjeuners - aide alimentaire - vestiaire pour les femmes & enfants, vestiaire pour les hommes...

Comme les photos nous le montrent, des rencontres se sont faites et cela a permis à tous dans la joie de se parler, de se connaître, d’échanger des idées afin d’aider les plus démunis, mais aussi de faire connaissance avec d’autres services de la paroisse, comme l’alphabétisation par exemple.

Tous sont d’accord pour dire qu’il serait souhaitable de renouveler ces rencontres 2 ou 3 fois par an, à l’occasion des grandes fêtes chrétiennes, toujours autour d’un buffet, même si c’est plus simplement, afin de voir ce qui a été fait et ce qui reste encore à faire... ce qui permettrait de mieux impliquer les paroissiens et toutes les bonnes volontés qui veulent apporter leur aide.

C’est un long travail que nous devons tous porter dans nos prières. Et dans l’espérance.

"Jean-Paul II au début du 3e millénaire nous invitait à une « nouvelle imagination de la charité ». C’est sans doute le moment d’y répondre." Nous a rappelé le Père Olivier Ribadeau Dumas, Vicaire épiscopal pour la solidarité.

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse