À Notre-Dame-de-Lorette, la Vierge reprend des couleurs

La chapelle de la Vierge de N.-D.-de-Lorette (9e) est en cours de restauration. Une chapelle peinte, au XIXe siècle, par Victor Orsel grâce à une technique particulière importée d’Italie : la peinture à la cire froide.

JPEG - 84.1 ko
Méliné Miguirditchian nettoie l’une des grisailles entourant les litanies de la Vierge.
© Charlotte du Genestoux

L’ambiance est calme, douce, mais chargée de concentration. Sous la voûte de la chapelle de la Vierge de N.-D.-de-Lorette (9e), on travaille dur. Masque de protection sur le visage, combinaison sur le dos, un bâtonnet à la main, quatre personnes s’attachent, ce lundi, à nettoyer les scènes de la peinture murale recouvrant la coupole de la chapelle. Le travail est minutieux. Il s’agit, après avoir trempé dans une solution chimique le bout, en coton, du bâtonnet, de déposer délicatement le produit sur la peinture murale afin d’enlever le vernis de protection qui y avait été déposé, en 1985. Année de la dernière restauration, après de premiers travaux dans les années 1930. À l’époque, on pose du vernis sur les parties endommagées et des papiers de protection sur des morceaux menaçant de tomber. « La chapelle est victime d’infiltrations d’eau, explique Pauline Duée, conservatrice du patrimoine en charge de la restauration de la chapelle. L’église, édifiée au XIXe siècle, est toute proche du métro et reçoit l’écoulement des eaux du quartier de Montmartre. » La peinture s’abîme. À des endroits, elle se détache même du mur. Pourtant, le peintre de l’époque à qui avait été confiée la chapelle, Victor Orsel, avait anticipé les risques de détérioration en utilisant une technique permettant d’imperméabiliser les murs : la peinture à la cire froide.

Nous sommes au XIXe siècle. Époque où viennent d’être découvertes les cités ensevelies par l’éruption du Vésuve : Herculanum, Pompéi… « Se développe alors ce désir de revenir à l’Antiquité, y compris en art », explique Pauline Duée. L’État français envoie quelques-uns de ses artistes en Italie rapporter de nouvelles techniques rappelant les fresques murales antiques. Victor Orsel est l’un d’eux. Il se spécialise dans la technique à la cire froide et choisit de l’utiliser pour la chapelle de la Vierge, l’une des quatre chapelles de l’église du 9e arrondissement. Comme les autres chapelles, elle doit représenter un sacrement. « Pour celle-ci, c’est le sacrement du mariage qui est choisi, précise Méliné Miguirditchian, restauratrice en charge du projet. Orsel décide d’y montrer la Vierge Marie à travers ses litanies. » Avec talent et minutie, il y présente Marie, refuge des pécheurs ; Marie, consolatrice des affligés, etc. et, au cœur, Marie, mère du Christ. Sur ces scènes, les personnages, tout en couleurs, se détachent d’un fond à l’époque fait de feuilles d’or. Comment restituer tant de détails et de couleurs ? « Après avoir nettoyé, il s’agit de restaurer », explique Méliné. Peindre, grâce aux dessins préparatoires de l’artiste conservés notamment au musée du Louvre et au musée du Petit- Palais, les endroits où la peinture se serait écaillée ou serait tombée. Le tout, sans jamais reproduire à l’identique. « La restauration reste de la restauration, précise-t-elle. Jamais nous devons nous substituer au travail de l’artiste. »

Par Isabelle Demangeat@LaZaab

Sauvons nos monuments !
Commandité par la Ville de Paris, le chantier de restauration de la chapelle de la Vierge débute à la fin de l’été 2019. Face à l’importance du chantier, la Ville fait alors appel à la Fondation Avenir du Patrimoine à Paris, sous égide de la Fondation Notre Dame, pour financer la seconde phase de restauration. En parallèle, le projet devient lauréat de l’opération Sauvons nos monuments lancée par Le Parisien et Dartagnans – financement participatif dédié au patrimoine culturel – en partenariat avec la région Île-de-France. La Fondation Avenir du Patrimoine à Paris abondera la collecte – la somme récoltée s’élevait le 10 décembre à 38 363 € – grâce à ses donateurs réguliers et la région apportera un financement complémentaire à hauteur de 20% du montant total collecté. Plus d’informations : fondationavenirpatrimoineparis.fr

Articles

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse