Accompagner les catéchumènes : un chemin de disciple

Paris Notre-Dame – Comment devient-on accompagnateur de catéchumène ?

P. Jean Laverton – Le curé appelle certains paroissiens à cet accompagnement, puis ceux-ci sont envoyés en mission lors d’une messe, en septembre, présidée par un évêque auxiliaire. Ils sont appelés à rencontrer un catéchumène, en général tous les quinze jours, pour l’aider à grandir dans
la vie de disciple du Christ, par la connaissance de la Révélation, l’avancée dans la vie de prière et la découverte des sacrements, la vie chrétienne qui implique la conversion du cœur, et enfin, la participation à la vie de la communauté chrétienne.

P. N.-D. – Quelles sont les qualités requises pour cette mission ?

P. J. L. – Le catéchumène a déjà, d’une manière ou d’une autre, une certaine expérience de Dieu qu’il s’agit de servir de la façon la plus personnalisée possible. L’accompagnateur aura une attitude très accueillante, dépassant ses propres schémas sociaux et son vocabulaire, pour accueillir un chemin qui pourra être déroutant. Il s’agit d’instaurer un climat de confiance qui permette au catéchumène d’engager son histoire et sa vérité vers la rencontre du Dieu vrai révélé en Jésus-Christ. C’est une certaine façon de participer à la maternité de l’Église.

P. N.-D. – Il joue donc un peu le rôle d’un confident ?

P. J. L. – C’est plus que cela. Il doit aussi faire œuvre de vérité et s’engager. Le catéchumène va lui poser des questions sur le mal, la foi, la prière, qui l’amèneront à se remettre devant Dieu et à témoigner. L’accompagnateur et le catéchumène sont tous deux des disciples qui veulent vivre du Christ. L’un ne peut aider l’autre à faire le chemin s’il n’y est pas engagé lui-même, l’aider à prier
s’il n’a pas une vie de prière, répondre à ses questions s’il ne médite pas l’Écriture. Il est invité à avancer dans l’unification de sa vie personnelle, afin d’être humblement un témoin du Christ, un aîné dans la foi.

P. N.-D. – Que propose le diocèse pour aider les nouveaux accompagnateurs ?

P. J. L. – Chaque année, je leur propose, au Collège des Bernardins, un parcours de huit séances ainsi qu’une sorte de formation permanente qui comporte des journées sur l’écoute et l’accompagnement chez les pères jésuites à Manrèse et une autre journée qui aborde un grand thème du catéchuménat. Enfin, une retraite spirituelle est proposée, le thème en étant cette année « Miséricorde et alliance ». Par ailleurs, les accompagnateurs sont en lien constant avec le Service diocésain du catéchuménat pour l’élaboration du dossier de chaque catéchumène qui est préparé avec le curé. Régulièrement, nous organisons des formations sur les situations personnelles complexes pour inciter les accompagnateurs à être vigilants, dès le début du parcours, à tous les éléments de la vie de chaque catéchumène qui chemine avec toute son histoire vers cette vie nouvelle dans le Christ. ● Propos recueillis par Pauline Quillon Contact : Service du catéchuménat, 01 78 91 91 56 (du mar. au jeu., de 9h30 à 17h et ven. de 9h30 à 13h).

Articles

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse