L’Église
Catholique
À Paris

Intervention du Cardinal André Vingt-Trois au Colloque « Les catholiques et les migrations. Histoire, actualité, perspectives »

Sur le thème “Foi et migrations, le regard des croyants”.

Lorsque nous réfléchissons, comme catholiques, à la rencontre des migrants, nous ne pouvons pas faire abstraction de notre histoire, car l’histoire du développement du catholicisme à travers le monde est liée étroitement aux migrations et aux mouvements de populations. On peut dire de façon globale -les historiens auront toujours le loisir de critiquer et d’analyser plus finement- que les mouvements de populations ont été à la racine de l’expansion du christianisme à partir de Jérusalem. On peut distinguer différentes phases : d’abord les mouvements de populations à l’intérieur de l’Empire Romain pendant sa période fastueuse, puis les mouvements de populations en Europe, et ensuite les mouvements de populations à travers le monde puisque d’une certaine façon, l’expansion européenne a entrainé un mouvement migratoire de l’Europe vers d’autres parties du monde. Cette migration a été aussi une occasion de rencontre du Christianisme pour beaucoup d’hommes à travers le monde. Ma première remarque consiste à dire que presque génétiquement, nous sommes en terre favorable chaque fois que nous parlons de mouvements de populations, parce que nous considérons que la rencontre de nouveaux interlocuteurs qui viennent d’autres pays, ou vers lesquels nous allons, est une occasion de vivre notre foi dans les conditions ordinaires de la société. C’est chaque fois l’occasion de voir comment cette expérience vécue de la foi chrétienne peut dire quelque chose à des gens qui ne la connaissent pas. Et quand j’emploie le mot dire, ce n’est pas seulement causer. Dire c’est exprimer quelque chose qui peut être un discours, des textes, un témoignage vécu, un compagnonnage et une vie commune selon les circonstances et selon les moyens dont on dispose.

Je voulais aborder un deuxième point qui concerne plus directement la situation française. Nous bénéficions d’une tradition relativement ancienne -plusieurs siècles en tout cas- jusqu’au XVIIe siècle, dite « missionnaire », c’est-à-dire la situation d’hommes et de femmes qui ont accepté de quitter leur pays d’origine pour aller vivre en d’autres pays, avec comme objectif principal d’annoncer le Christ là où ils allaient. Évidemment, cette annonce du Christ devait nécessairement s’accompagner d’autres activités de type plus culturelles et de communication à travers différents moyens selon les époques. Mais pour nous, la mission, la rencontre des peuples non évangélisés et la rencontre de peuples de cultures différentes impliquaient une dimension géographique : les étrangers, pour dire les choses brutalement, c’était ailleurs. Chez nous, nous étions entre nous, entre Européens, plus ou moins chrétiens, et en tout cas au sein d’un ensemble culturel qui avait une certaine cohésion, même si cette dernière est sujette à caution.

- Lire la suite de l’intervention.

Interventions du cardinal André Vingt-Trois

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse