« Cette école s’adresse à ceux qui cherchent Dieu »

Vicaire général en charge de la formation, Mgr Alexis Leproux est le nouveau président du Collège des Bernardins et le directeur de l’École Cathédrale, le pôle de formations diocésaines. Alors que la rentrée du Collège se prépare, il fait le point sur ce lieu de formation, ouvert à tous.

Paris Notre-Dame – Vous avez succédé à Mgr Jérôme Beau à la tête du Collège des Bernardins et vous assurez, notamment, la fonction de directeur de l’École Cathédrale. En quoi ce lieu se distingue-t-il d’une faculté classique ?

JPEG - 47.5 ko
Mgr Alexis Leproux, directeur de l’École Cathédrale
© Yannick Boschat / Diocèse de Paris

Mgr Alexis Leproux – À la différence d’une faculté, l’École Cathédrale entend offrir une formation pour tout le peuple de Dieu, en dialogue avec la société. Il ne s’agit donc pas simplement d’une formation diplômante. La distinction est importante : au sein de l’École Cathédrale coexistent des cours publics, des MOOC, l’École des Responsables, un centre d’études juives, un Institut supérieur de Sciences religieuses (ISSR)… Les registres sont différents, les méthodes aussi, mais cette vaste palette a un même objectif : former les croyants, en lien avec le monde qui les entoure. Cette école s’adresse donc en priorité à ceux qui cherchent Dieu. Comme le rappelait Benoît XVI lors de l’inauguration du Collège, cette quête d’absolu est au coeur de la question humaine. L’homme a toujours cherché plus que lui-même, c’est ce qui fait sa grandeur. L’Église catholique se doit d’être à leurs côtés, afin qu’ils puissent accéder à la Vérité qui n’est la propriété de personne, mais qui nous est donnée dans la foi au Christ.

P. N.-D. – Vous évoquiez la palette des formations existantes. Quelles sont-elles ?

A. L. – Les cours publics et les MOOC font partie des formations les plus accessibles, mais l’ISSR l’est aussi, surtout pour ceux qui veulent un parcours diplômant, licence et master. La Faculté Notre-Dame, elle, propose un parcours diplômant à plein temps, qui s’adresse aux futurs prêtres et aux laïcs, pour l’obtention de diplômes canoniques. L’enjeu, ici, est aussi d’avoir la proposition la plus ouverte possible, s’adressant au plus grand nombre : le parcours Nazareth, par exemple, s’adresse à ceux qui ne souhaitent pas entrer dans un cursus scolaire classique. Les parcours EVEN, eux, s’adressent aux jeunes. Les Écoles de la foi sont des parcours délocalisés en paroisse, des formations « clé en main » pour les curés qui le souhaitent. L’École Cathédrale est, en un sens, la maison de la parole de Dieu. Une parole qui instruit, qui éclaire, une parole fraternelle. Aucune exigence de niveau n’est requise pour pouvoir entrer dans ce dialogue avec Dieu. Il nous faut porter ce charisme initial, en faisant l’effort de le remettre au goût du jour. Internet peut être un outil pour cela, mais le Collège l’est aussi, car c’est un lieu ouvert.

P. N.-D. – Vous êtes vicaire général, en charge de la formation. Pourquoi est-ce important de se former aujourd’hui ?

A. L. – La formation, c’est la respiration de l’âme. On passe son temps à penser, à lire, à regarder des images… Mais que lit-on ? Que regarde-t-on ? Est-ce nourrissant ou est-ce mauvais pour l’âme ? Nous faisons partie d’une communauté appelée à nourrir l’âme de choses belles. Aujourd’hui, notre société ne cesse de poser des questions complexes, que personne ne peut affronter seul. Mais dès qu’une communauté de personnes réfléchit à un sujet, alors nous ne sommes plus seuls. Quand on mutualise ces recherches, tous ces engagements humains, nous avons une civilisation, un berceau culturel. Le Collège des Bernardins est là pour permettre d’avoir, au cœur de Paris, un lieu d’échanges, de stimulation intellectuelle, afin de ne pas laisser ces sujets en déshérence.

Propos recueillis par Priscilia de Selve

Articles

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse