Chapelle de la Nonciature

Cachée dans l’Ambassade du Vatican au 10 avenue du Président Wilson, dans le 16ème arrondissement (01 53 23 01 50 – 01 45 02 10 99), cette chapelle n’en ouvre pas moins ses portes sur rendez-vous, avec étonnement et chaleur.

En dehors de la façade de la Basilique du Rosaire à Lourdes, il s’agit de la seule mosaïque du Père Rupnik et de ses ateliers en France et à Paris. L’oeuvre du Père Rupnik soulève volontiers des discussions, notamment sur la présence forte de ces mosaïques qui distraient » de la prière ou y participent ?! A lire le Père Rupnik, on ne peut douter de sa foi qui reste l’objet fondamental de son discours.

C’est dans un Hôtel Particulier des Princes de Monaco que le Vatican s’installe à Paris en 1923. Et c’est entre 1960 et 1969 que la salle à manger des lieux se trouve transformée en chapelle. « C’est le Christ qui contient et assume toute l’orientation du mouvement des fonds de parois et celui des personnages », nous précise le Père Rupnik .

Le Père Rupnik, avec son équipe du Centre Aletti à Rome (au pied de la basilique Sainte-Marie Majeure), quant à lui, travaille à la chapelle d’octobre 2003 à août 2004. Si le thème religieux de l’Appel de Pierre et les matières employées (marbre, pierres, émaux de Venise) restent du domaine de la tradition, « la tradition n’est pas un livre mort, mais un organisme vivant », nous répliquera-t-il. « Les périodes et styles fondamentaux » sont selon lui, on l’aura deviné : le préroman, le roman, le gothique et le byzantin ancien. Il dit aussi son admiration pour Van Gogh, Matisse « pour le dessin réduit à l’essentiel mais vivant », Nicolas de Staël « pour la couleur », l’Arte Povera pour la matière.

Pour les mosaïstes que nous sommes ; les jeux de modules dans leurs dimensions et leur forme, souvent particulière ; les contrastes du mat et du brillant, du lisse et du relief, du brut et du précieux ; les enduits peints ; les scènes qui se répondent d’un mur à l’autre (La croix du Christ dans la Résurrection se continuant sur le mur de gauche ; le Christ fait homme appelant St Pierre à lui qui descend de sa barque sur le mur d’en face pour le rejoindre ; ou les vaguelettes qui se prolongent, seules et de façon très sobre, vers les deux portraits de Saints : le pape Jean XXIII et St Irénée, symbole de lien à l’ensemble et de missions uniques) ; sans compter l’incrustation de véritable cordage et de flotteurs en bois pour le filet de pêcheur ; le tout force l’admiration…

Texte et photos Nelly Charamnac

Lieux du Paris chrétien

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse