Dans le Christ priant (P. Michalon)

Cette unique prière du Christ rassemble les baptisés. Mieux encore, elle tisse entre eux le tissu de l’Unité, car elle les porte au-delà d’eux-mêmes pour entrer dans une communion meilleure avec le mystère d’amour et de lumière dont vit le Christ en communion parfaite avec le Père dans l’Esprit. « Père, qu’ils soient un en nous ». « Comme toi, Père, tu es en moi et moi en toi ». « Père, que l’amour dont tu m’as aimé soit en eux et moi en eux ». Il n’y a qu’un seul amour : celui qui vient du Père et que l’Esprit répand.

Une transfiguration de la prière
Le Christ est le seul « orant », le seul qui puisse prier le Père dans la communion parfaite à tout l’amour, à toutes les volontés, à toutes les pensées du Père. Sa prière de contemplation, d’action de grâce d’intercession demeure toujours actuelle et vivante. Cette prière sacerdotale, que nous lisons au chapitre 17 de saint Jean, est là, perpétuellement présente, depuis que, dans le mystère de la glorification du Christ par le Saint-Esprit, elle est éternisée « auprès du trône de la Majesté divine ». Le Saint-Esprit pousse chacun des baptisés, pousse chaque groupe chrétien à se jeter « à genoux dans le cœur de notre Christ pour redire tous ensemble dans un acte d’amour unique et immense : Qu’arrive, Seigneur, L’Unité que Tu as demandée pour tous ceux qui T’aiment ».
Bien plus, cette prière de Jésus devient présente à l’intime de chaque baptisé, comme au cœur de toutes les communautés chrétiennes. Le Saint-Esprit la place en tous ceux qui veulent s’ouvrir à lui ; comme dit Jésus : « II prendra de ce qui est en moi pour vous le donner » : il prend la prière du Christ et nous la donne. Ce n’est plus moi qui prie, c’est le Christ qui prie en moi. « Je le laisse en moi » prier sa propre prière. Dès lors, surpassant toutes les barrières spirituelles, doctrinales, culturelles, cette prière du seul Christ fait que tous ne forment qu’un unique cœur d’amour qui chante au Père le cantique d’espérance de l’Unité.
Ainsi il n’y a qu’un seul Christ priant le Père, aimant le Père.

« Communion » par la prière et par l’amour
Dès lors se crée une intercommunication des âmes. À travers cette unique prière de Jésus, passent la prière et la vie de chacun : « Ma prière pour l’Unité sort de mon cœur, s’infiltre par la circulation spirituelle du Corps mystique dans la prière de mon frère... C’est dans sa prière que ma pauvre prière trouvera... son plus rapide envol vers l’Éternel.... Avec moi et en moi, prient mes frères protestants, anglicans, orthodoxes. Et tout aussi bien... je passe dans la prière loyale, sincère de la Divine Liturgie et des Offices des orthodoxes convaincus, dans les prières publiques et privées des fervents anglicans, dans les ferventes commémorations de la Sainte Cène ». Il n’y a pas confusionnisme ; il y a convergence.

Cette unique prière du Christ rassemble les baptisés. Mieux encore, elle tisse entre eux le tissu de l’Unité, car elle les porte au-delà d’eux-mêmes pour entrer dans une communion meilleure avec le mystère d’amour et de lumière dont vit le Christ en communion parfaite avec le Père dans l’Esprit. « Père, qu’ils soient un en nous ». « Comme toi, Père, tu es en moi et moi en toi ». « Père, que l’amour dont tu m’as aimé soit en eux et moi en eux ». Il n’y a qu’un seul amour : celui qui vient du Père et que l’Esprit répand.

Amour sanctifiant : « Père, sanctifie-les ». Le Christ s’est tout entier consacré au Père. Il fait maintenant pénétrer tous ses frères les baptisés et toutes les communautés chrétiennes dans cette unique consécration à son Père. « Celui que le Père a consacré et a envoyé », à son tour, conduit les siens sur les chemins de la sanctification par l’Esprit, pour les envoyer toujours plus avant vers le monde, comme les témoins transparents de l’amour : « Qu’ils soient un, afin que le monde connaisse que tu m’as envoyé et que je les ai aimés comme tu m’as aimé ».
P. Michalon [1]

[1Extrait de l’article « La prière de l’Abbé Couturier, tournant d’une vie »
par le Père Pierre Michalon, dans la revue Unité Chrétienne, 1982, No 66, pp 11-17

Méditations et Prières

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse